Le Souverain plaide pour une coopération internationale plus conséquente    Sahara Marocain : Bourita reçoit Staffan de Mistura    L'Espagne adopte l'Accord de Marrakech portant création de l'Alliance Solaire Internationale    Campagne agricole 2021-2022 : la superficie récoltée s'élève à 1,2 million d'hectares au 1er juillet    Focus sur les secteurs de l'industrie électrique, de l'électronique et de l'offshoring    Officiel: le derby Wydad-Raja délocalisé et à huis clos    La MDJS remporte la médaille d'or dans la catégorie gaming    Akhannouch souligne les efforts déployés pour la généralisation du préscolaire et la réduction du décrochage scolaire    Akhannouch appelle à accélérer la mise à niveau du système éducatif    La Bourse de Casablanca démarre en bonne mine    Dakar: la RAM signe cinq conventions avec des partenaires au Sénégal    Chaos au Stade de France: trois hommes condamnés    La réforme du système éducatif, l'autre casse-tête du gouvernement    Croissance économique : 0,8% attendue pour le T3 2022 (HCP)    Zone franche à Nador : Une première tranche pour bientôt    La météo pour ce mercredi 06 juillet 2022    L'ancien PDG de l'aéroport d'Alger condamné à 8 ans de prison pour corruption    CAN féminine : Le Maroc bat l'Ouganda et se qualifie aux quarts de finale    Covid-19 : Le ministère de la Santé recommande en urgence une dose de rappel    Maroc : Le Comité CEDAW recommande des avancées égalitaires en arrondissant les angles    Le Groupe AKDITAL lance la Fondation AKDITAL    La FM6E lance Anaboundif, l'appli écocitoyenne pour tous    CAN – Maroc 2022 : Les Lionnes de l'Atlas battent les Grues et se qualifient (vidéo)    L'ONU répond à l'Algérie et au Polisario sur l'annulation des visites de De Mistura au Sahara    BTS : 2.186 candidats réussissent l'examen cette année    CAN féminine: le Sénégal, 1ère équipe qualifiée pour les quarts de finale (VIDEO)    Covid-19: La vague actuelle est une "copie conforme" de la première vague d'Omicron    Série de réunions au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    France : L'épreuve de feu pour Borne II    « Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Covid-19: Le Maroc a enregistré 3849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    Sahara: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Yémen : L'irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaâ
Publié dans L'opinion le 15 - 11 - 2014

Après avoir pris le contrôle, il y a deux mois, de la capitale Sanaa, les Houthis poursuivent leur fulgurante avancée dans le pays, très loin de leur fief ancestral du nord-ouest du Yémen. Qui sont ces rebelles chiites?
Sanaa, la capitale du Yémen est entre leurs mains depuis deux mois. Les rebelles houthis poursuivent leur avancée vers le centre et le sud du pays, et bouleversent la donne au Yémen, un pays déjà ébranlé par une instabilité chronique depuis le départ négocié en 2012, sous la pression de la rue, de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, dans la foulée du Printemps arabe. Lundi 20 octobre, un attentat suicide et des combats entre Houthis chiites et insurgés sunnites ont causé la mort de plus d'une trentaine de personnes dans la ville d'Al Odaïn dans le centre du Yémen.
Qui sont les Houthis ?
Les Houthis tirent leur nom de leur guide spirituel, le chef religieux Badreddine al-Houthi et de son fils, Hussein, un influent prédicateur tué par l'armée yéménite en 2004. Ce mouvement rebelle, dont la branche politique porte le nom d'Ansarullah, appartient à la communauté zaïdite, issue du chiisme et concentrée dans les montagnes du nord-ouest du pays, à la frontière de l'Arabie saoudite. Les Zaïdites représentent environ un tiers de la population yéménite majoritairement sunnite.
Engagé dans un bras de fer depuis le début des années 2000 avec le pouvoir central, les Houthis dénoncent la marginalisation de la communauté zaïdite et les inégalités et le sous-développement dont est victime le nord-ouest du pays, où se trouve leur bastion ancestral Saada. Cette ville est le berceau du zaïdisme, fondé en 898 par la un régime politico-religieux, dit «l'imamat zaïdite», renversé plus de mille ans plus tard, en 1962, par un coup d'Etat militaire.
Outre leurs revendications socio-économiques, identitaires et politiques, les Houthis s'opposent également à toute alliance du gouvernement yéménite avec « l'ennemi américain » et à l'ingérence du puissant voisin saoudien. Ce mouvement, actuellement dirigé par le populiste Abdel Malak al-Houthi, est quant à lui accusé par ses détracteurs d'être à la solde de Téhéran et de servir les ambitions régionales des Iraniens. Ses opposants le comparent également au Hezbollah libanais, le mouvement politico-militaire chiite pro-iranien.
Quels sont les objectifs des rebelles houthis ?
Après avoir été la cible de six campagnes de répression, orchestrées par le pouvoir central entre 2004 et 2010, à la suite de soulèvements populaires, les Houthis ont joué un rôle actif dans le soulèvement de 2011 qui a conduit au départ négocié, en février 2012, du président Ali Abdallah Saleh.
Depuis, ils s'étaient attelé dans un premier temps à consolider militairement leur domination sur la province de Saada. Puis, profitant de l'effondrement des institutions étatiques et surfant sur le rejet de la corruption généralisée et de la pauvreté, ils ont cherché à élargir leur zone d'influence en vue de la création du futur État fédéral du Yémen qui doit compter six provinces. Et ce afin d'obtenir, au terme de la transition, un partage du pouvoir en leur faveur. D'aucuns les soupçonnent aussi de vouloir rétablir l'imamat zaïdite aboli en 1962 pour laisser place à une République.
Le 21 septembre, la rébellion houthie est entrée dans une nouvelle dimension, illustrant leur approche plus offensive de la politique. À la suite d'un mouvement de contestation politico-social réclamant l'éviction du gouvernement, entamé au mois d'août et qui se voulait pacifique, ils lancent une offensive surprise et parviennent à prendre le contrôle de Sanaa. Une prise qualifiée de «révolution victorieuse pour tous les citoyens» par les responsables houthis.
Quelle est la situation dans le pays et la capitale Sanaa ?
Malgré la signature d'un accord de paix sous l'égide de l'ONU, qui prévoyait leur retrait de Sanaa et la reprise du processus de transition politique, les Houthis sont depuis descendus plus au sud, s'emparant du port stratégique de Hodeida sur la mer Rouge et s'enfonçant aussi vers les provinces centrales de Dharma, d'Ibb et de Baïda.
Les rebelles ont depuis étendu leur influence vers l'Est, où se trouvent les principaux gisements pétroliers du pays, et dans le sud-ouest, en direction du détroit stratégique de Bab al-Mandeb qui commande l'entrée sud de la mer Rouge. Pour de nombreux experts, l'avancée des miliciens chiites n'a pu se faire sans le soutien de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, qui les avait pourtant violemment combattus des années durant. Ce dernier, qui espère revenir au pouvoir, aurait notamment ordonné à ses partisans de rejoindre la rébellion chiite pour déstabiliser le gouvernement en place. Une thèse confortée par la passivité de l'armée, dont certaines unités sont restées fidèles à l'ancien régime, face à la progression des combattants houthis.
Par ailleurs, cette expansion fulgurante a maximisé les chances d'un conflit ouvert avec leurs ennemis jurés sunnites d'Al-Islah, parti islamiste affilié aux Frères musulmans. Ainsi qu'avec certaines tribus sunnites et avec al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), qui a juré de livrer une guerre sans merci aux Houthis. Depuis la semaine dernière, cette crainte s'est matérialisée puisque les affrontements entre chiites, sunnites et membres d'Al Qaïda se sont multipliés dans de nombreuses provinces du Yémen.
Face au chaos dans lequel s'enfonce le pays, le président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui a de son côté dénoncé une «tentative de coup d'Etat», se montre incapable, pour le moment, de contenir la montée en puissance des Houthis. Il a nommé un nouveau Premier ministre, Khaled Bahah, en début de semaine dernière, mais il ne semble plus avoir aucune prise sur les évènements qui menacent désormais l'unité du Yémen.
Et cette unité est menacée sur plusieurs fronts : en plus de l'expansion des Houthis, un mouvement sécessionniste dans le sud du pays milite pour la renaissance du Yémen du sud, pays indépendant avant 1990. Enfin, à l'est, la menace incarnée par AQPA va grandissant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.