SM le roi reçoit le président du gouvernement Espagnol Pedro Sanchez    Alger fait le dos rond    Madrid réitère son soutien aux efforts de l'ONU pour une solution politique et durable à la question du Sahara    Un projet royal mis sur les rails    Ghosn Gate. Qu'est-il reproché à l'homme puissant de Renault-Nissan?    Les jeunes golfeur marocains se distinguent lors des 19ème Championnats Panarabes Juniors    Dir iddik Summit, le nouveau rendez-vous incontournable du volontariat par inwi    Rabat : Pedro Sanchez annonce un forum économique maroco-espagnol    Flash hebdomadaire    Comment BAM a bravé la crise    La princesse Lalla Hasnaa reçoit à Tokyo plusieurs femmes japonaises leaders dans différents domaines    FIFM: Hommage à Jillali Ferhati    Migration : L'Espagne veut débloquer le budget européen    Arabie saoudite : Le roi Salmane fait l'éloge de l'appareil judiciaire sans mentionner Khashoggi    Les diplomates de l'UE valident le projet de Brexit    CMC : PLF 2019, un budget aux objectifs potentiellement contradictoires    Vidéo – Casablanca : Une habitation s'effondre (encore) au cœur de la Médina    La Chine tient son propre soleil artificiel    L'acteur Tarik Bakhari en deuil suite au décès de son fils    Conversation téléphonique et commérages, le sketch hilarant de The Tberguig !    Arrivée à Rabat du président du gouvernement espagnol    La France veut augmenter les frais de scolarité pour les non-européens    La Fondation Attijariwafa bank, partenaire de la 12e édition de la caravane AMGE    La HACA présente son bilan 2016-2017    CSEFRS/UNICEF. Comment lutter contre les inégalités éducatives    Point de vue : La jeunesse nous met face à nos responsabilités!    Aide à la production cinématographique : 16 projets subventionnés    CAN-2019 : Première qualification pour la Mauritanie    Le cheval Taymour remporte le Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI du pur-sang Arabe    Amazigh. Les parlementaires appelés à rapprocher leurs visions    Financement sportif. Comment rétablir la confiance des investisseurs    La Renaissance de Berkane remporte la coupe du trône, la toute première de son histoire    Sanofi récompense les travaux de recherche sur le diabète au Maroc    Takrim 2018: L'inventeur marocain Rachid Yazami remporte le prix Innovation scientifique et technologique    Les relations maroco-libanaises en débat à la FSJES de Mohammedia    Grâce au PSOE et au PP, le Parlement espagnol n'a pas servi de lieu de propagande séparatiste    Un collectif espagnol dénonce l'instrumentalisation de la question féminine par le Polisario    China Trade Week Morocco 2018 se tiendra à Casablanca    La CDG présente à Rabat son programme international pour l'Afrique    Divers    Michael Gove, l'improbable sauveur de Theresa May    Pourquoi l'équipe de France est passée au travers    Doublement gagnant    News    Le Maroc à la conquête de l'espace    Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés    Dakhla abrite la 11ème édition du Festival de la mode africaine    Le Liban invité d'honneur au Festival international du cinéma d'auteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahousseine Maouhoub, un paravent pour la paix
Publié dans L'opinion le 18 - 12 - 2014

Le peintre et sculpteur Lahousseine Maouhoub participe actuellement en France à une exposition comprenant une collection de paravents signés des plus grands noms passés maîtres en la matière.
Maouhoub y expose un important paravent intitulé « Qu'on vive en paix ! ».
Figure de proue de la scène culturelle à Meknès et, plus généralement au Maroc, Lahousseine Maouhoub fait partie de ces artistes peintres qui ont marqué de leur empreinte la peinture marocaine depuis les années soixante.
Lahousseine Maouhoub s'initie au dessin et à la peinture en copiant les revues illustrées que vendait son père. Paysage, portrait, reproduction d'œuvres des grands peintres dans les revues d'art, tout y passe et il est insatiable. Sa famille quittant Marrakech pour Meknès, il montre certaines de ces œuvres à un professeur coopérant. Didier Lemaire lui organise une première exposition au Centre Culturel Français. Ce dernier regagnant la France en fin de contrat. Lahousseine Maouhoub décide de la suivre et arrive à Paris en 1967.
Pour Lahousseine Maouhoub, ce fut la découverte d'un monde artistique qui l'enthousiaste. Didier Lemaire lui fait connaissance de Jacques Allègre, ami d'Hervé Bazin, qui le présente à des artistes rencontrés au Dômes ou à la coupole, puis se lie d'amitié avec Edouard Roditi, collectionneur, critique d'art traducteur à l'UNESCO. Ses premières expositions débutent à Paris.
Installé à Meknès, il expose régulièrement et jouit d'une grande renommée dans le monde artistique marocain et français, dont il obtient en 2012 un diplôme de médaille d'étain de la société académique d'éducation et d'encouragement des arts – sciences – lettres Paris France. Très attentif à la société dans laquelle il vit, il présente ces toiles qui contestent les événements du moment, relais historique sublimés par l'artiste. Il expose au Maroc en Espagne puis de nouveau en France.
L'artiste a reçu plusieurs distinctions, dont.
1992 : médaille de la ville de Cholet, France
1994 : médaille publique au salon de la peinture sur musique de St Barthelemy d'Anjou, France.
2012 : diplôme de médaille d'étain Académie des Arts – sciences lettres Paris, France.
Autrefois utilitaire, le paravent est devenu au fil des siècles un objet à part entière. A l'initiative de Daniel Couturier, une soixantaine d'artistes contemporains de 17 pays différents a redonné vie à cet objet meublant ancien qui connut son apogée dans les années 30.
En le transformant en « paravent-tableau », en œuvre d'art où chacun a laissé vagabonder son imagination en s'exprimant dans la ligne de son art, le paravent trouve ainsi une seconde vie. Il devient un élément décoratif indispensable dans nos maisons modernes.
On notera l'éclectisme des artistes figurant au gré de cette collection exceptionnelle : du breton Daniel Girault (« Pont-Aven ») à Franco Costa, ami de Matisse, Picasso et Le Corbusier (« The Card »),en passant par le peintre, sculpteur et dessinateur Lahousseine Maouhoub (« Qu'on vive en paix ! ») et Claude Maillard (« Le Jardin Enchanté »)... éclectisme qui se retrouve dans les thèmes abordés et les techniques utilisées.
Exposée depuis plus de 20 ans en France, en Belgique, en Allemagne ou encore au Maroc, cette collection reste encore aujourd'hui unique au monde et fascine à chaque fois le public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.