Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Billet/ Pierre Nkurunziza, après moi le déluge
Publié dans L'opinion le 30 - 01 - 2016

Rien n'y fait. Pierre Nkurunziza, le président de Burundi, persiste et signe : moi ou le chaos. Et apparemment, rien ne l'arrêtera. L'ONU, à travers ses médiateurs, lui a tout proposé pour une sortie de crise. Obama lui aussi fait les gros yeux, l'Union européenne le critique. Pierre Nkurunziza reste sourd et muet, au fait de marbre. Sa doctrine : après moi le déluge. A chaque médiation, le président burundais rétorque par sa méthode dictatoriale : moi ou rien.
Comme en témoigne la dernière médiation de la forte délégation du Conseil de sécurité des Nations Unies, jeudi 21 janvier 2016 à Bujumbura, la capitale du pays. Une délégation forte de 33 personnes, dont les Représentants des 15 pays membres de l'Organe décisionnel des Nations Unies. Une délégation qui s'est retournée bredouille car Pierre Nkurunziza a dit tout simplement niet : pas de prise de langue avec les opposants, pas de déploiement de forces d'interposition pour protéger la société civile.
Pire : aux manifestations de Bujumbura, organisées par la société civile, comme aux pétitions qui circulent au sein de son parti, le chef de l'État contesté se contente d'opposer une « fin de non-recevoir ». Seul contre tous, Pierre Nkurunziza semble défier le monde entier. D'ailleurs, l'Union européenne, début mars, avait confirmé son opposition de principe à cette tentative de briguer un nouveau mandat.
Cet entêtement à toute épreuve, pour certains, ressemble fort à de la provocation. Car comment peut-on continuer à gouverner dans la terreur ? À moins que cet évangélique « born again » ne croie tout simplement en sa bonne étoile. Celle qui lui a permis, pendant les années de rébellion, de coiffer au poteau des officiers aux états de service bien plus fournis que les siens pour prendre les rênes du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD) et de négocier en son nom l'accord d'Arusha, en 2000.
Que reste-t-il donc à faire, dans ces conditions, étant donner que le risque d'un génocide est patent ? La seule formule appropriée est et reste le langage de la force. L'Union africaine qui tient son assemblée annuelle, ce weekend, entendra-il de cette oreille ? L'espoir est permis car il y va de la crédibilité de cette institution continentale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.