Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Air Arabia Maroc lance Casablanca-Rennes    Agadir : Inauguration du 5ème Sela Park    Ahmed Belhassan, PDG des Huileries du Souss, n'est plus    Brahim Nekkach s'est trouvé un club    LDC: toujours positif, Ronaldo non convoqué face au Barça    Le Prix de la littérature arabe : Deux auteurs marocains entrent en lice    Nos vœux    Communiqué du bureau politique du PPS    La main de Bouchaïb Habbouli...    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Bir Jdid : Quatre fkihs chasseurs de trésors mis sous les verrous    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    SM le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection    Reda El Hajhouj signe au FUS pour trois ans    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Le ministère des Finances propose aux investisseurs ses lignes de crédits    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Le roi Mohammed VI écrit au président tchèque    PLF 2021 : les appréciations du patronat    Ligue des champions : les résultats de la soirée    «Plaidoirie pour un Maroc laïque»    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Khalid Ait Taleb fait son plaidoyer    Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué    France-Islam : Halte à l'escalade    Un gouvernement terne et indolent!    GP du Portugal de F1 : Lewis Hamilton bat le record de victoires de Michael Schumacher    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    L'ONMT fonde ses espoirs sur l'international    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Ecomondo et Key Energy basculent vers le digital : 15 jours d'économie verte en Italie    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    Edito : Software    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    Covid-19 : Le président algérien hospitalisé    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    S.M le Roi félicite la Renaissance de Berkane suite à sa consécration en Coupe de la CAF    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le déficit commercial se creuse de 21,7% à fin février
Les phosphates, l'aéronautique, l'électronique et l'industrie pharmaceutique tirent les exportations Les recettes des MRE chiffrées à 8,8 milliards de dirhams
Publié dans L'opinion le 28 - 03 - 2017

Le déficit commercial s'est aggravé de 21,7% à fin février 2017, pour s'établir à 26,7 milliards de dirhams. La DEPF impute cette évolution à la hausse de 8,9% des importations, plus importante que celle des exportations qui ont affiché une progression de 1,5%, pour se chiffrer à 38,1 milliards de dirhams. Par conséquent, le taux de couverture a baissé de 4,3 points, d'un an à l'autre, pour s'établir à 58,8%. Hors énergie, ce taux s'est établi à 70% contre 71,2% un an auparavant.
Pour ce qui est des exportations, la Direction des Etudes et de la Prévision Financière attribue leur hausse, essentiellement, au raffermissement des ventes de phosphates et dérivés (contribuant pour 88,4% à la hausse totale des exportations), et dans une moindre mesure à la bonne tenue des secteurs de l'aéronautique, de l'électronique et de l'industrie pharmaceutique.
Les exportations de phosphates et dérivés se sont établies à 5,6 milliards de dirhams, soit une amélioration de 9,7%, en variation annuelle. Leur part dans le total des exportations a atteint 14,6% contre 13,5% un an auparavant. Sur la courbe des hausses figurent, également, les exportations des secteurs électronique et aéronautique qui se sont améliorées de 6,2% et 5,3% respectivement, à près de 1,5 milliard de dirhams chacun.
La DEPF note, également, la progression des exportations du secteur de l'industrie pharmaceutique de 7,6% à 183 millions de dirhams lors de la même période.
En revanche, les ventes du secteur de l'« agriculture et agroalimentaire » ont marqué une baisse de 1,2% pour s'établir à 9,8 milliards de dirhams. Cette évolution recouvre, d'une part, la baisse des exportations des produits agricoles (-5,4% à plus de 4 milliards de dirhams) et, d'autre part, la hausse des exportations de l'industrie alimentaire (+3,8% à 4,8 milliards de dirhams).
Suivant la même tendance, les exportations du secteur de l'automobile se sont repliées de 6,4% pour s'établir à plus de 8,7 milliards de dirhams, soit 22,9% des exportations nationales des biens. Ce résultat est imputable, essentiellement, au repli des expéditions des segments de construction de 11,8%, ramenées à 4,4 milliards de dirhams, et de celles de câblage de 1,5% à 3,5 milliards de dirhams.
Pour leur part, les ventes du secteur de textile et cuir ont reculé de 3,6% pour revenir à 5,9 milliards de dirhams. Cette baisse s'explique, essentiellement, par les contre-performances des exportations des articles de textile et habillement, notamment les vêtements confectionnés (-2,5% à 3,7 milliards de dirhams) et les articles de bonneterie (-3,7% à 1,2 milliard) et des articles de cuir, particulièrement les exportations de chaussures qui ont régressé de 11% à 517 millions de dirhams. Le reste des exportations, qui a représenté 13% des exportations totales, a enregistré une hausse de 20,1%.
Hausse des importations, tirée par le renchérissement de la facture énergétique
Les importations de biens ont continué à s'améliorer à fin février 2017, progressant de 8,9% à 64,9 milliards de dirhams. Ce redressement a concerné l'ensemble des groupes de produits à l'exception des produits alimentaires et des demi-produits.
Pour une valeur de 10,4 milliards de dirhams, les importations des produits énergétiques se sont considérablement raffermies de 53,4%, pour se situer à 16% des importations totales contre 11,4% l'année précédente. Ils ont contribué à hauteur de 67,9% dans la hausse des importations totales.
L'augmentation de ces produits s'explique, particulièrement, par l'appréciation des achats des gas-oils et fuel-oils de 81% à 5 milliards de dirhams et du gaz de pétrole et autres hydrocarbures de 28% à 2,2 milliards de dirhams. Avec une part dans les importations totales de 28,9%, les biens d'équipement représentent le premier poste des importations marocaines, affichant une progression de 11,8% à 18,7 milliards de dirhams, recouvrant, particulièrement, les acquisitions des voitures industrielles (+705 millions de dirhams), des diodes, transistors et dispositifs photosensibles (+449 millions) et des chaudières, turbines et leurs parties (+446 millions).
De même, les importations des produits bruts ont concouru au relèvement des importations globales, avec une hausse de 21,5% pour atteindre 3,1 milliards de dirhams. Cette hausse découle, en grande partie, de l'augmentation des achats de l'huile de soja brute ou raffinée de 54% à 710 millions de dirhams. Enfin, les achats des produits finis de consommation se sont améliorés de 1,2% pour ressortir à 11,9 milliards de dirhams, soit 18,3% des importations totales à fin février 2017. Ainsi, les importations des achats des ouvrages divers en fer ou en acier ont enregistré une croissance de l'ordre de 52,9%. Il en est de même pour les achats des sièges, meubles et articles d'éclairage et des parties et pièces pour voitures et véhicules de tourisme qui se sont, également, appréciés de 10,7% et 5,3% respectivement.
A contrario, les importations des produits alimentaires ont affiché un repli de 12,8% pour se chiffrer à 6,3 milliards de dirhams (9,7% des importations totales), en rapport, particulièrement, avec le recul des importations de blé de 57,2% à plus de 1 milliard dirhams.
S'agissant des achats des demi-produits, ils se sont inscrits, également, en légère baisse de 0,3% à 14,5 milliards de dirhams (22,4% du total des importations). Ce résultat a concerné, notamment, les accessoires de tuyauterie et construction métallique (-44,2% à 480 millions de dirhams) et les demi-produits en fer (-40,5% à 390 millions).
Côté flux financiers, les recettes au titre des voyages ont accusé un repli de 4,4% pour s'établir à 7,4 milliards de dirhams.
De même, les recettes des MRE se sont contractées de 3,1% à 8,8 milliards de dirhams. Au total, ces deux postes ne couvrent que 60,7% du déficit commercial contre 76,7% un an auparavant.
Par ailleurs, poursuit la DEPF dans sa note de conjoncture, fraîchement publié, le flux des investissements directs étrangers au Maroc a baissé de 25,7% pour se situer à 3,1 milliards de dirhams, recouvrant un repli des recettes de 28,4% à plus de 4 milliards de dirhams et un recul des dépenses de 35,9% à 952 millions de dirhams.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.