Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Organisation de la Femme Istiqlalienne
Complémentarité à renforcer dans l'action politique et sociale
Publié dans L'opinion le 21 - 03 - 2019

L'Organisation de la Femme Istiqlalienne, à travers son comité de la société civile, a organisé une conférence sur le thème : Acteur politique et acteur social, quelle relation ? L'approche consiste à s'éloigner un peu des rituels de ces événements commémoratifs, pour ce qui est de la journée internationale de la femme, et de s'attaquer à des questions réelles et d'actualité.
A travers un débat consciencieux et serein, une concertation sur le sujet, en dehors des échéances électorales,
pour sortir avec des recommandations servant de plaidoyer. Surtout dans un contexte où les jeunes éprouvent des réticences, quant à la politique, et que les femmes ont aussi des points de vue assez critiques sur le même volet.
Toujours est-il que les deux acteurs s'accordent et deviennent complémentaires et solidaires pour tout ce qui est des lois et libertés. Les deux veulent participer, différemment, à la gestion de la chose publique, les deux étant des acteurs de développement.
La question de la relation entre l'acteur social et l'acteur politique intrigue et interpelle les citoyens, le commun des mortels, qui voient, de leurs places respectives, que ces rapports sont conflictuels, qu'il y a des frictions et que tout est entremêlé, relève Khadija Zoumi, Présidente de l'Organisation de la Femme Istiqlalienne. L'acteur politique fait du social et l'acteur social fait de la politique.
La société civile est mise en place dans le cadre du partenariat. C'est une passerelle entre la démocratie représentative, fondée sur la critique, et la démocratie participative, qui essaie d'élargir le cercle des préoccupations réelles et pleines des citoyens. Surtout que les élections ne sont pas tout à fait représentatives des volontés et choix réels des citoyens. D'où la nécessité du recours à un autre système de gouvernance, celui de la société civile, en relation directe avec le citoyen, lequel fait état de critique, parle du concret et est à la quête de la bonne gouvernance. Quant à l'acteur politique, il s'occupe des législations et du pouvoir judiciaire, s'il est dans la majorité. Ces deux forces ne sont, donc, ni conflictuelles, ni opposées, mais complémentaires. Elles ont pour objectifs, après tout, l'amélioration de la situation des citoyens et le développement de la société.
Pour débattre de la relation entre l'acteur social et l'acteur politique, les invitées de Mme Rahima El Ouazzani, modératrice de la séance et Présidente du comité de la société civile au sein de l'OFI, étaient, d'une part, Rokaya Achmal, acteur associatif, Docteur en droit public et sciences politiques. Son intervention s'est étalée sur les rôles constitutionnels, entre problématiques et défis. Dr Layla Bensadrine, Docteur à la Faculté des sciences économiques et sociales, qui a, à son actif, plusieurs publications, dont : « Code de la famille et conventions internationales », a débattu du travail participatif et collaboratif, entre l'acteur civil et l'action politique. Le thème traité par Dr Khadija Rabbah était : « Quel rôle de l'acteur civil et de l'acteur politique dans le projet de développement ? » et celui du Dr Khadija Zoumi portant sur : « Le social et le politique, quelle approche ? ».
La dynamique sociale, en dehors des échéances électorales, définit deux fronts : politique et social. Les interventions ont couvert plusieurs angles, d'abord celui des définitions de l'acteur social et de l'acteur politique, mais aussi du volontariat ; des rôles ou fonctions constitutionnels, articles de loi à l'appui, en relation avec l'environnement de travail et la catégorie sociétale ciblée. Toujours est-il que les deux veulent atteindre le pouvoir, différemment, pour ce qui est de la gestion de la chose publique. Ce sont aussi des partenaires, compte tenu de certains articles de lois, transversales, de la Constitution. Le problème réside dans la pratique, pour ce qui est de la couverture territoriale. La législation, certes, existe, mais il y a un manque de structuration
Les résultats d'une étude scientifique a été mise en exergue lors de la conférence. Sur 1041 jeunes filles et garçons, 1% sont des jeunes adhérents à la politique et 15% intègrent la société civile. La problématique est dans les 84% qui restent. Où sont-ils ? Sur des questions relatives à la priorité pour les jeunes, 8% trouvent qu'elle est dans l'action politique et 33% dans l'action sociale.
Toutes ces actions sont en faveur du développement social, sachant que le bénéfice est plutôt moral que matériel. La problématique réside dans le partenariat entre les deux acteurs. Le travail associatif joue un grand rôle dans la société, un travail de professionnalisme, un rôle que devrait combler l‘Etat.
L'objectif des deux acteurs, après tout, est le développement. Il est d'intérêt général. C'est lutter contre les disparités sociales et la marginalisation.
Bouteina BENNANI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.