Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Celui qui milite pour la parité homme-femme en vêtement    Plan Maroc Vert. 813 nouveaux projets dans le cadre de l'acte II    La durabilité selon Tariq Sijilmassi    Pas besoin d'en savoir plus    Le Maroc et l'Allemagne s'engagent pour le projet DIAF    Michael Kiwanuka au Jazzablanca !    Orange Cyberdefense mise sur le Maroc    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Intelligence artificielle : Peut-on faire confiance aux algorithmes ?    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    «La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    L'identité plurielle assumée    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    Dur des portugaises!    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Rude épreuve soussie pour le Wydad    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Organisation de la Femme Istiqlalienne
Complémentarité à renforcer dans l'action politique et sociale
Publié dans L'opinion le 21 - 03 - 2019

L'Organisation de la Femme Istiqlalienne, à travers son comité de la société civile, a organisé une conférence sur le thème : Acteur politique et acteur social, quelle relation ? L'approche consiste à s'éloigner un peu des rituels de ces événements commémoratifs, pour ce qui est de la journée internationale de la femme, et de s'attaquer à des questions réelles et d'actualité.
A travers un débat consciencieux et serein, une concertation sur le sujet, en dehors des échéances électorales,
pour sortir avec des recommandations servant de plaidoyer. Surtout dans un contexte où les jeunes éprouvent des réticences, quant à la politique, et que les femmes ont aussi des points de vue assez critiques sur le même volet.
Toujours est-il que les deux acteurs s'accordent et deviennent complémentaires et solidaires pour tout ce qui est des lois et libertés. Les deux veulent participer, différemment, à la gestion de la chose publique, les deux étant des acteurs de développement.
La question de la relation entre l'acteur social et l'acteur politique intrigue et interpelle les citoyens, le commun des mortels, qui voient, de leurs places respectives, que ces rapports sont conflictuels, qu'il y a des frictions et que tout est entremêlé, relève Khadija Zoumi, Présidente de l'Organisation de la Femme Istiqlalienne. L'acteur politique fait du social et l'acteur social fait de la politique.
La société civile est mise en place dans le cadre du partenariat. C'est une passerelle entre la démocratie représentative, fondée sur la critique, et la démocratie participative, qui essaie d'élargir le cercle des préoccupations réelles et pleines des citoyens. Surtout que les élections ne sont pas tout à fait représentatives des volontés et choix réels des citoyens. D'où la nécessité du recours à un autre système de gouvernance, celui de la société civile, en relation directe avec le citoyen, lequel fait état de critique, parle du concret et est à la quête de la bonne gouvernance. Quant à l'acteur politique, il s'occupe des législations et du pouvoir judiciaire, s'il est dans la majorité. Ces deux forces ne sont, donc, ni conflictuelles, ni opposées, mais complémentaires. Elles ont pour objectifs, après tout, l'amélioration de la situation des citoyens et le développement de la société.
Pour débattre de la relation entre l'acteur social et l'acteur politique, les invitées de Mme Rahima El Ouazzani, modératrice de la séance et Présidente du comité de la société civile au sein de l'OFI, étaient, d'une part, Rokaya Achmal, acteur associatif, Docteur en droit public et sciences politiques. Son intervention s'est étalée sur les rôles constitutionnels, entre problématiques et défis. Dr Layla Bensadrine, Docteur à la Faculté des sciences économiques et sociales, qui a, à son actif, plusieurs publications, dont : « Code de la famille et conventions internationales », a débattu du travail participatif et collaboratif, entre l'acteur civil et l'action politique. Le thème traité par Dr Khadija Rabbah était : « Quel rôle de l'acteur civil et de l'acteur politique dans le projet de développement ? » et celui du Dr Khadija Zoumi portant sur : « Le social et le politique, quelle approche ? ».
La dynamique sociale, en dehors des échéances électorales, définit deux fronts : politique et social. Les interventions ont couvert plusieurs angles, d'abord celui des définitions de l'acteur social et de l'acteur politique, mais aussi du volontariat ; des rôles ou fonctions constitutionnels, articles de loi à l'appui, en relation avec l'environnement de travail et la catégorie sociétale ciblée. Toujours est-il que les deux veulent atteindre le pouvoir, différemment, pour ce qui est de la gestion de la chose publique. Ce sont aussi des partenaires, compte tenu de certains articles de lois, transversales, de la Constitution. Le problème réside dans la pratique, pour ce qui est de la couverture territoriale. La législation, certes, existe, mais il y a un manque de structuration
Les résultats d'une étude scientifique a été mise en exergue lors de la conférence. Sur 1041 jeunes filles et garçons, 1% sont des jeunes adhérents à la politique et 15% intègrent la société civile. La problématique est dans les 84% qui restent. Où sont-ils ? Sur des questions relatives à la priorité pour les jeunes, 8% trouvent qu'elle est dans l'action politique et 33% dans l'action sociale.
Toutes ces actions sont en faveur du développement social, sachant que le bénéfice est plutôt moral que matériel. La problématique réside dans le partenariat entre les deux acteurs. Le travail associatif joue un grand rôle dans la société, un travail de professionnalisme, un rôle que devrait combler l‘Etat.
L'objectif des deux acteurs, après tout, est le développement. Il est d'intérêt général. C'est lutter contre les disparités sociales et la marginalisation.
Bouteina BENNANI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.