Le 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique se conclut par la « Déclaration de Laâyoune »    Résultats annuels : Un chiffre d'affaires en hausse de 3,8%, et un bon comportement de l'automobile    Plafonnement des honoraires : Une grève au menu pour les notaires    Immatriculation des véhicules : Près de 900.000 cartes grises délivrées    Dakhla : un consulat général de Djibouti sera inauguré ce vendredi    La NARSA met le paquet dans un vaste programme de sensibilisation    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend l'octroi de visas à sept nationalités    La direction des prisons répond à un proche de Zefzafi    Le Conseil de la concurrence se penche sur son inventaire de l'année 2019    Coronavirus / Maroc: le nombre de cas suspects en hausse    Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin    Création à Kinshasa d'une Chambre de commerce RDC-Maroc    Mais où est Obama ? Le grand absent omniprésent face à l'ascension de Sanders    60e anniversaire du séisme d'Agadir    Agadir abrite le 27ème Rallye Maroc Classic en mars    Raja-Mazembe: à quelle heure et sur quelles chaînes ? (Champions League)    La FRMF annule la suspension à vie de l'arbitre Hicham Tiazi    Fouad Chafik prolonge avec Dijon!    Le Maroc, est-il une nation moderniste?    Sahara marocain: le Parlement espagnol précise sa position    La République dominicaine soutient l'intégrité territoriale du Maroc, au niveau des Nations unies    Il y a 60 ans, Agadir: Penser la catastrophe    Nadia Fettah Alaoui : Le tourisme contribue de 7% au PIB national    L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib    Hakim Ziyech s'offre une nouvelle villa aux Pays-Bas    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Le coronavirus plombe l'économie    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    Caravane multidisciplinaire    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La transition démocratique et la réforme de l'administration, au centre d'un colloque maghrébin à Settat
Publié dans MAP le 12 - 11 - 2010

"La transition démocratique et la réforme de l'administration publique au Maghreb : interactions, enjeux et perspectives", est le thème du 1er colloque maghrébin organisé, jeudi à Settat, par la Faculté des Sciences juridiques économiques et sociales, relevant de l'Université Hassan 1er de Settat, et le Laboratoire des Recherches sur la Transition démocratique comparée (LRTDC), en partenariat avec la Fondation allemande Hanns Seidel (FHS).
S'exprimant à l'ouverture de ce colloque de deux jours, qui s'est déroulée en présence du wali de la région de Chaouia-Ouardigha, gouverneur de la province de Settat, M. Mohamed El Yazid Zellou, le président de l'Université, M. Mohamed Rahj, a mis en exergue la portée de cette rencontre scientifique et le niveau des chercheurs maghrébins qui y prennent part, estimant qu'un tel débat académique est à même de jeter la lumière sur la transition démocratique en relation avec la réforme de l'administration publique au Maghreb.
Lors de cette manifestation, qui a connu la participation de plusieurs universitaires et chercheurs représentant les cinq pays maghrébins, le doyen de la Faculté, M. Rachid Essaid, et le directeur-adjoint du LRTDC, M. Najib El Hajjioui, ont souligné, de leur côté, que ce débat public sur les réformes démocratiques et de l'administration revêt un caractère académique qui s'écarte du politique et que l'initiative d'organiser cette première rencontre sur ce thème s'inscrit dans le cadre de la coopération entre les Universités des pays maghrébins
Ils ont, par ailleurs, insisté sur la nécessité pour les universitaires et chercheurs de la région de multiplier de telles rencontres en vue de faire évoluer la région et de contribuer à la mise sur pied d'un Maghreb solide et solidaire.
Pour sa part, la représentante la FHS, Mme Juliette Rosenberger, a relevé que ce thème figure dans l'agenda de nombre de pays en développement et souligné l'importance de la mise en Âœuvre des moyens institutionnels au service de la démocratie.
Mme Rosenberger, qui a passé en revue certains aspects de la démocratie tels que le droit de manifester, les droits de la femme et de l'enfant, le droit à la santé et à l'éducation, la bonne gouvernance et la gestion rationnelle des ressources publiques, a également souligné l'importance de renforcer l'arsenal juridique et de le mettre en pratique.
Quant au directeur du Laboratoire des Recherches sur la Transition démocratique comparée (LRTDC), M. Abdeljabbar Arrache, il a procédé à la présentation d'un rapport préliminaire sur le thème à débattre pour relever que les mutations économiques et politiques mondiales forcent les pays en développement à les accompagner.
La réforme administrative dans les pays du Maghreb s'inscrit dans ce cadre, a-t-il indiqué, faisant remarquer que cette réforme est emprunte de lacunes et reflète les politiques des Etats maghrébins du fait que l'Administration publique est liée aux structures de l'Etat.
Une note de présentation de ce colloque souligne notamment que les participants se doivent de débattre non seulement des interactions existantes entre le processus de démocratisation et la réforme de l'administration publique dans les Etats maghrébins, mais tenter également d'identifier les contraintes s'imposant à la modernisation de l'Etat et de son administration et de s'interroger sur les mutations politiques au Maghreb et dans quelle mesure influencent-elles l'administration publique ?
Comment caractériser aussi les administrations publiques maghrébines au regard des grandes typologies de l'administration publique notamment l'administration clientéliste voire patrimonialiste, méritocratique ou managériale ? Figure aussi parmi questionnements à l'ordre du jour de la rencontre.
Y figure également la question de savoir si la réforme de l'administration publique serait ou non un moyen visant à appuyer le processus de démocratisation, ainsi que le fait de savoir si cette réforme serait ou pas un objectif parmi d'autres de la démocratisation ?
Pour atteindre ces objectifs, trois axes de recherches sont proposés aux participants, en l'occurrence : "La transition démocratique et la réforme de l'administration publique : quelles interactions ?", "Les enjeux des dynamiques politico institutionnelles et administratives" et "Quel avenir pour le processus de la démocratisation et la réforme de l'administration publique au Maghreb ?".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.