Santé : Un contrat-programme pour la création de près de 16 000 emplois industriels au Maroc    Maroc – Paraguay : Composition officielle des Lions de l'Atlas    Murcie : La sélection du Maroc U20 de football s'impose face au Chili    Tanger-Med: saisie de pièces en or d'une valeur de plus de 500.000 dirhams    Salé : Quand le cinéma se conjugue au féminin    Abdellatif Hammouchi reçoit le patron de la Sûreté nationale en Mauritanie    Le Gabon présidera le Conseil de sécurité de l'ONU à partir du 6 octobre    BAM: le taux directeur passe de 1,5 à 2%    Maroc : 9 morts après la consommation d'alcool frelaté, 2 arrestations    Une caravane de l'Association Moltaka B'ladi pour la citoyenneté cible 950 bénéficiaires    Santé : le Groupe AKDITAL met en service sa 12éme infrastructure de santé à Sidi Maarouf    فيروس كورونا : الحالة الوبائية تتميز بانتشار جد ضعيف للفيروس بالمغرب    Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale    Vidéo / Festival « Symphonyat » : A la rencontre d'artistes de la 2ème édition    Maroc-Paraguay: Un match amical sous haute surveillance    Inclusion financière des artisans :convention entre le ministère du Tourisme et Crédit agricole    «Ormindo», un opéra baroque le 30 septembre à Rabat    Sefrou: Clôture du 20ème Festival national des pommes d'Imouzzar Kandar    Covid-19 : l'épidémie poursuit son déclin au Maroc    Nul fou mais en trompe-l'oeil entre Angleterre et Allemagne    Sommet de la Ligue arabe: le ministre algérien de la Justice reçu par Nasser Bourita    Le Maroc lance un appel à l'Algérie pour reprendre le processus des tables rondes    Le Conseil de la concurrence dénonce l'absence de toute concurrence sur les prix et la forte concentration du marché    Football pour amputés: «L'équipe nationale en stage de préparation en Turquie»    Politiques culturelles. Le Maroc participe aux travaux de Mondiacult de l'UNESCO    Béni Mellal: plusieurs blessés dans un terrible accident d'autocar (PHOTOS)    M. Akhannouch représente SM le Roi Mohammed VI aux funérailles d'Etat de l'ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe    Sitel et Majorel abandonnent leur projet de fusion    L'Italie a voté – à l'extrême droite, craintes en Europe    Pénuries alimentaires et crise financière aggravée en Tunisie    Ukraine : Quatre régions vont passer à la Russie    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mardi 27 septembre 2022    Le programme complet du Festival Moga, cinq jours de fête et une soixantaine d'artistes    Fakhreddine Rajhi fait l'éloge de Walid Regragui    Abdelfattah El Harraq, une figure du sport à la télé, est décédé    Des publications attribuées à Brahim Saadoun font le buzz, son père réagit    Botola: voici le programme de la 4ème journée    Le torchon brûle entre le comédien Taliss et «un collègue» (PHOTO)    Le 1er Rabie-I 1444 correspond au mercredi 28 septembre 2022, Aid Al Mawlid Annabaoui célébré le dimanche 9 octobre    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    BMCE Capital lance un fonds pour le financement des startups marocaines innovantes    Zone euro : La BCE prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt    Le Malawi élimine le trachome, une maladie tropicale qui provoque la cécité (OMS)    Interview avec Nawal Sfendla : « L'Everest est mon rêve ultime »    DGSN: Hammouchi exige de ses hommes plus de réactivité dans le traitement des plaintes    Tunisie: Un nouveau parti politique annonce son boycott des prochaines législatives    Washington cherche à appuyer une réforme improbable du Conseil de sécurité    Le Roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de feue Aïcha Ech-Channa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Monde arabe: l'hospitalité du nihilisme", un ouvrage qui invite à pourchasser les démons du défaitisme
Publié dans MAP le 01 - 04 - 2011

" Monde arabe: l'hospitalité du nihilisme", le dernier ouvrage de l'universitaire Aziz Haddadi, se refuse d'être classé comme une énième lecture des travaux de Michel Foucault ou de Friedrich Nietzsche, tout en revendiquant une haute prétention philosophique lançant un appel au monde arabe pour se libérer du joug du défaitisme et s'approprier son propre destin.
Par Morad Khanchouli
Entre les deux bouts du livre, introduit par des appels au silence, au repli, à l'écoute de l'âme et à la révolte contre la démence intellectuelle et le nihilisme politique, l'auteur essaie de trouver des éléments de réponse à une grande interrogation: la chasse des démons du nihilisme est-elle un rêve philosophique irréalisable ou bien une réalité momifiée qui ne croit ni au rêve, ni à la liberté, ni à la pensée?.
Pour y répondre, Aziz Haddadi, le philosophe qui l'est, fouille dans cet "amour de la sagesse", véhiculé par la philosophie, en menant une recherche de la vérité, une méditation sur le sens de la vie et du bonheur, mais aussi en entreprenant un exercice systématique de la pensée et de la réflexion.
" Est-ce cette voie qui fait que la philosophie ne cesse de croire à un avenir des plus radieux ? Est-ce cette croyance qui nourrit les idées et concepts philosophiques pour devenir, un de ces jours, réalisable ? ", s'interroge-t-il.
D'une explication à l'autre, l'universitaire pense que le philosophe se trouve déboussolé, perdu "dans un exercice d'entrainement au bonheur, non pour dédaigner son présent, mais, seulement et simplement, pour animer au fond de lui ce plaisir d'anéantissement d'un nihilisme qui transforme l'être humain à un esclave".
L'issue de sortie, le livre la lie à ce qu'il nomme " l'art de jubilation": Ce rang si élevé qui ne peut être atteint que par une célébration de la liberté et une reconnaissance de l'appropriation de la pensée.
Au fur et à mesure que les pages s'égrènent, " liberté et pensée ", ces deux concepts intrinsèquement imbriqués, orientent le fil conducteur du livre et ouvrent la voie à une lecture sereine d'un présent amer.
A l'image du titre, pour le moins évocateur, la première partie du livre donne le ton d'une quête " douloureuse " de la libre pensée, des lumières et de la modernité. Ce beau projet qui rejette en bloc toute sélectivité ou partialité.
"Tel un médicament prescrit à des sociétés déshéritées, en voie de déchéance, la modernité est un projet complet indivisible et irréductible", s'insurge-t-il.
L'auteur pointe ensuite du doigt la responsabilité de la politique, telle qu'elle est pratiquée dans certaines sociétés arabes, dans cette submersion dans la mer houleuse du nihilisme.
Toutefois, il tente, tant bien que mal, de rester lucide en dissociant les vertus du concept noble de politique à son exercice effectif par des gens atteints d'une véritable "carence intellectuelle", à la limite de "la débilité politique".
Tout en poursuivant sa fouille dans les origines " funestes " de ce nihilisme, qui handicape le corps arabe, le livre essaie, toutefois, d'assaisonner son discours d'un grain d'optimisme en liant la politique à l'avenir et aux espoirs.
"La politique à laquelle nous aspirons est celle où l'être humain arrive à déguster le gout de la liberté, à s'armer de la capacité d'agir, à prendre son destin en main, à s'animer de la volonté de vivre dans un espace fort et solide, qui reflète l'opinion collective".
En posant des interrogations philosophiques, ça et là, le livre cherche enfin, comme l'envisage son auteur, à "secouer le lecteur arabe pour qu'il se réveille de cette longue hibernation et donne à son esprit une occasion, une seule, pour se détacher du joug du nihilisme et s'armer d'audace et de courage pour semer les germes d'un avenir où science et modernité, d'un coté, et foi et patrimoine, de l'autre, tiennent compagnie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.