Maroc/Covid-19: la répartition des 214 nouveaux cas par région    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Casablanca: arrêtés pour avoir tenté de corrompre un commissaire    Coronavirus : 214 nouveaux cas, 15.542 au total, samedi 11 juillet à 18h    Royal Air Maroc : Les passagers au départ du Maroc dispensés de tests, mais ...    Message du roi Mohammed VI au président de la Mongolie    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    ONEE. Il n'y aucune campagne de recrutement    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    Vols prévus à partir du 15 juillet: nouvelles précisions de la RAM (PHOTO)    La loi de finances rectificative expliquée par un fiscaliste    Recrutement : L'ONEE dément le lancement de toute campagne    Gel hydroalcoolique et soleil, quels risques ?    Les derniers indicateurs de BAM en 5 points clés    Météo: le temps prévu ce samedi 11 juillet au Maroc    7 destinations insolites à visiter cet été    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Le plan de relance au menu d'un sommet européen    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    La cochenille fait des ravages à Sidi Ifni    Erdogan provoque les chrétiens    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les médicaments doivent être pris avec prudence chez la femme enceinte ou allaitante (experts)
Publié dans MAP le 07 - 06 - 2011

La prudence doit être de mise chez la femme enceinte ou qui allaite, appelées à prendre des médicaments dont il faudrait évaluer auparavant les risques sur leur état respectif, ont indiqué les participants à une journée sur le médicament à Fès.
Selon des spécialistes marocains et étrangers, réunis récemment dans le cadre de cette rencontre, initiée par la Commission de Pharmacovigilance et de Pharmaco-épidémiologie de Fès, sous le thème: "la pharmacovigilance et la reproduction", il est nécessaire de créer un " Réseau Mère-Enfant" dans la ville en vue de mettre en commun les données sur la grossesse recueillies par les différents partenaires au niveau de la région.
Ils ont également estimé indispensable de travailler en collaboration avec les autres centres à l'échelle nationale pour mieux gérer l'alerte sur les risques médicamenteux, de manière plus précoce, mais aussi anticiper l'alerte.
Interrogé sur la portée de cette journée, Dr. Youssef Khabbal, spécialiste en pharmacologie médicale, a rappelé que depuis le drame du thalidomide, l'exposition d'une grossesse à des agents exogènes suscite de vives inquiétudes partagées par le grand public et le corps médical, soulignant qu'au cours d'une grossesse connue (ou prévue), des thérapeutiques peuvent toutefois être nécessaires, voire indispensables au bon équilibre de la mère.
Le thalidomide est un médicament utilisé durant les années 1950 et 1960 comme sédatif et anti-nauséeux, notamment chez les femmes enceintes. Or, on découvrit qu'il provoquait de graves malformations congénitales. D'abord occultés ou niés par le fabricant, ces effets tératogènes furent au coeur d'un scandale sanitaire qui aboutit au retrait du médicament du marché mondial en 1961.
Aujourd'hui, le thalidomide est de nouveau utilisé de façon contrôlée pour ses propriétés immunomodulatrices et antitumorales. Selon Dr Khabbal, le prescripteur du médicament devra donc faire l'exercice d'évaluer correctement le bénéfice attendu d'une thérapeutique, au regard des risques connus (ou potentiels) pour le futur enfant, en fonction de son âge gestationnel au moment du traitement.
Le risque de l'exposition foetale aux médicaments est lié essentiellement au moment de cette exposition et au médicament lui-même, affirme-t-il. Ce risque est rare mais très anxiogène nécessitant parfois un avis spécialisé auprès des services de la pharmacologie clinique.
Selon ce spécialiste, la prise de médicaments reste constante au cours de la grossesse, sachant que la plupart des médicaments pris par la mère passent dans la circulation foetale à l'exception des molécules de poids moléculaire élevé comme l'insuline ou l'héparine.
Le risque foetal de tout médicament, qui suscite une vive inquiétude du corps médical et des patientes, est donc possible mais doit être évalué à l'aune des données actuelles de la science, souligne-t-il, estimant par ailleurs nécessaire d'organiser la diffusion de l'information pour les professionnels de santé et les patientes pour gérer le risque à l'échelon individuel


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.