Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie mal placée pour parler des droits de l'homme (délégation marocaine)
Publié dans MAP le 28 - 01 - 2012

L'Algérie est mal placée pour parler des droits de l'homme en général et de la situation des droits de l'homme au Maroc, en particulier, a affirmé, vendredi, la délégation marocaine lors de la 18ème session du Conseil des droits de l'homme (CDH) de l'ONU.
Répondant aux assertions de l'ambassadeur algérien sur de prétendues violations des droits de l'homme dans les provinces du sud, la délégation marocaine a fait observer que l'Algérie persiste dans sa fuite en avant en évoquant à nouveau la situation des droits de l'homme au Sahara marocain, son objectif étant de détourner l'attention du Conseil sur son déficit national en matière de démocratie et des droits de l'homme.
La délégation marocaine a rappelé à son homologue algérienne, que l'Algérie est mal placée pour parler des droits de l'homme en général et de la situation des droits de l'homme au Maroc, en particulier, soulignant que les retards que l'Algérie accuse en termes de démocratie, d'ouverture politique et de réformes par rapport aux avancées réalisées par ses voisins maghrébins, ne la prédisposent pas à parler des droits de l'homme.
Le déphasage de l'Algérie par rapport aux mutations démocratiques en cours en Afrique du nord est confirmé par la nature passéiste et idéologique de son discours digne des discours des années soixante, a poursuivi la délégation marocaine.
Et d'ajouter : avant de critiquer ses voisins, l'Algérie devrait commencer par faire un travail sur elle-même, afin de se libérer des réflexes de la guerre froide, solder son passé douloureux en matière des droits de l'homme et dépasser ses difficultés en matière de justice transitionnelle.
La délégation marocaine a invité Alger à se départir de son obstination irrationnelle à instrumentaliser les droits de l'homme et à n'entrevoir son développement qu'à travers le démembrement de l'intégrité territoriale du Maroc, ajoutant qu'avant de parler des droits de l'homme dans les provinces du Sud du Maroc, l'Algérie devrait commencer par reconnaitre et assumer ses obligations internationales pour protéger les populations des camps de Tindouf.
Avant de critiquer la situation des droits de l'homme chez ses voisins, l'Algérie devrait relire, réfléchir et répondre aux conclusions et recommandations des multiples rapports annuels et spéciaux des différentes ONG et des mécanismes onusiens des droits de l'homme. Elle devrait se préoccuper de leur critique des violations des droits de l'homme en Algérie et répondre à leurs appels répétés à assumer ses obligations, en matière de respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, a recommandé la délégation marocaine.
Ce sont là des défis objectifs et des défaillances structurelles qui devraient retenir l'attention de l'Algérie au lieu de continuer à faire fixation sur le Maroc et son Sahara, a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.