Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Real Madrid-Elche: Benzema cambriolé pendant le match (PHOTO)    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Températures prévues pour le mardi 25 janvier 2022    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Covid-19/France : Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire à compter de ce lundi    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rassemblement à Paris à la mémoire de Brahim Bouarram, victime d'un "crime raciste"
Publié dans MAP le 01 - 05 - 2010

Plusieurs dizaines de personnes ont rendu hommage, samedi à Paris, à la mémoire du Marocain Brahim Bouarram, victime d'un crime raciste commis en 1995 à l'occasion du défilé du 1-er mai par des militants du parti d'extrême droite, le Front National (FN).
Ce rassemblement annuel en présence du fils de la victime, Said (24 ans), a réuni des militants associatifs sur les lieux du crime, près du Pont du Carrousel d'où Brahim avait été jeté dans la Seine par ses assassins.
Auparavant, le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë avait déposé une gerbe de fleurs au pied de la plaque portant l'inscription "A la mémoire de Brahim Bouarram, 1965-1995, victime du racisme, assassiné en ces lieux le 1-er mai 1995", à l'initiative de sa mairie en signe d'engagement de la ville et de ses habitants contre le racisme et la discrimination.
Brahim Bouarram, âgé de 29 ans au moment des faits, se promenait tranquillement près du fleuve traversant Paris quant il avait été agressé par des jeunes nazillons sortis du cortège du FN, avant d'être jeté à la Seine où il avait péri par noyade.
Arborant une pancarte où l'on peut lire "Pour que la mémoire de Brahim Bouarram et toutes les victimes de racisme reste vivante", les manifestants dont plusieurs Marocains, réunis à l'appel de différentes associations de défense des droits des migrants et de lutte contre le racisme en France, ont exigé la poursuite en justice et la condamnation sévère de tous les crimes racistes.
Les associations signataires de l'appel ont souligné que depuis l'assassinat de Brahim Bouarram, d'autres noms sont venus allonger la sinistre liste des victimes de crimes racistes.
"Si toutes les victimes ne connaissent pas la fin tragique de Bouarram, les actes sont, eux, tout aussi immondes, car ils se nourrissent de la même source, la haine, et suivent la même trajectoire, le rejet de l'autre", ont-elles relevé.
Les manifestants ont saisi cette occasion pour dénoncer "les politiques racistes et xénophobes qui criminalisent les immigrés et violent leurs droits" en France, une situation aggravée par le lancement des débats sur l'identité nationale et la burqa, de nature à "stigmatiser cette composante de la société française".
Etaient notamment présents à ce rassemblement, des représentants de l'Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), de la Ligue française des droits de l'Homme et de plusieurs partis politiques français.
Le maire de Paris avait, à son tour, réaffirmé sa condamnation de l'assassinat de Brahim Bouarram, "un acte abjecte dirigé contre un homme simplement par ce qu'il est arabe".
Il a dit regretter l'instrumentalisation par certains partis du débat sur l'identité nationale de la France et la burqa, motivé, selon lui, par des considérations électorales destinées à "récupérer les voix" de l'extrême droite.
Pour M. Delanoë, l'identité de la France "s'enrichie des apports culturels des uns et des autres".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.