Evolution du coronavirus au Maroc. 116 nouveaux cas, 1 166 100 au total, mercredi 18 mai 2022 à 15 heures    Efficacité énergétique: l'AMEE et l'ANEP coopèrent pour des bâtiments publics durables et résilients    Covid-19 au Maroc : 116 nouvelles infections et 1 mort ce mercredi    Tunisie : Les réformes politiques qui divisent    Elections législatives françaises pour le Maghreb et l'Afrique de l'Ouest : Mehdi Reddad lance sa campagne    Londres veut des garanties « juridiquement solides » pour autoriser la vente de Chelsea    L'AMDV dénonce l'instrumentalisation de la défense des droits humains contre le Maroc (vidéo)    Covid-19 : le protocole sanitaire marocain adapté aux annonces des autorités    Vidéo. « Green Card » en avant-première au Mégarama de Casablanca    Malgré la crise, les recettes douanières enregistrent un record avec 111,2 Mds de DH en 2021    Lions de l'Atlas: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-USA (Amical)    Amnesty International « inquiète » pour l'état de santé d'un militant en détention en Algérie    Le Marocain Nasser Larguet nommé directeur technique national en Arabie saoudite    Paris, première étape du "Light Tour" de l'ONMT    Covid-19. Voici les nouvelles conditions d'accès au territoire national par voie aérienne    Véhicules d'occasion : L'entreprise marocaine Kifal Auto achetée par le Nigérian Autochek    Safae Hbirkou a-t-elle mis fin à sa carrière ? (VIDEO)    Royaume-Uni: l'inflation atteint 9% en avril, une première depuis 1982    Régionales de l'investissement : Une approche sectorielle innovante adoptée pour l'édition 2022    Commerce frontalier en Afrique : Nécessité d'une stratégie de «transformation digitale»    Les villes intermédiaires au cœur du Sommet Mondial de Kisumu    La sélection marocaine scolaire remporte deux médailles de bronze    Equipe nationale : L'annonce de la liste des convoqués reportée à la semaine prochaine    Finale de la Ligue des champions : Les six conditions ''menaçantes'' d'Al Ahly !    Foot asiatique - Arabie Saoudite : Nasser Larguet Directeur Technique National de la Fédération saoudienne    Basketball : Plusieurs blessés après l'effondrement d'une tribune d'une salle à Tanger    Autoproduction électrique: «une réforme qui incitera le privée à investir», assure Leila Benali    Espagne/sécurité sociale: Les Marocains se maintiennent en tête du classement    Plus de 4 millions bénéficiaires du programme d'alphabétisation dans les mosquées    Températures prévues pour le jeudi 19 mai 2022    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    France : Gesticulations à Grenoble autour du «burkini», autorisé à Rennes depuis 2018    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    Littérature tunisienne : La clause paternelle ou la rupture atavique    Menart Fair : Les pionniers du mouvement de Casablanca célébrés à Paris    «Dak'art» 2022 : Le Maroc présent en force    Dynamique de Marrakech : Deux autres pays réitèrent leurs appuis à la marocanité du Sahara    Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire à Casablanca (DGSN)    Canada : Le Maroc à l'honneur du Festival du film de l'Outaouais    Voya envisage de racheter la majorité des activités de gestion d'actifs d'Allianz aux Etats-Unis    Ouverture des points de passage de Bab Sebta et Beni Ansar aux voyageurs    Le temps qu'il fera ce mercredi 18 mai 2022    Plus de 1,2 million d'hypertendus pris en charge en 2021    Marrakech : petite frayeur pour le ministre Skouri et son hôte européen après une panne d'automobile    Le Bahreïn remercie le roi Mohammed VI    France: coup d'envoi du Festival de Cannes    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Automobile : L'attractivité du marché marocain en forte hausse
Publié dans Maroc Diplomatique le 26 - 01 - 2022


Par Mouhamet NDIONGUE
Sur le marché de l'automobile international, le Maroc garde le cap, malgré l'intrusion de pandémie du Covid-19, qui n'a pas dit son dernier mot. Cependant au-delà des français, chinois, allemands et d'autres veulent faire du Maroc leur base arrière en termes de pays constructeurs de voiture. En octobre 2021, la société mère d'Opel, Stellantis, a annoncé son souhait de délocaliser des emplois de de son site Rüsselsheim en (Allemagne) au Maroc.
Le marché mondial de l'automobile reste largement ouvert malgré les contrecoups de la pandémie du Covid-19. Au Maroc, cette branche de l'économie du pays reste aussi encore élargie et suscite de nombreuses convoitises.
En octobre 2021, la société allemande Opel Stellantis a annoncé son intention de délocaliser des emplois de sa maison mère de Rüsselsheim en Hesse vers le Maroc. Une des raisons est apparemment le coût de la main-d'œuvre en Allemagne. Mais, plus que cet aspect, le Maroc est un marché très attractif et est devenu le premier constructeur automobile en Afrique ces dernières années.
Pourtant, les experts au Maroc n'ont pas été surpris par les plans d'Opel. Sur le plan de la compétitivité. Selon la Chambre allemande de l'industrie et du commerce au Maroc, « le Maroc est actuellement le deuxième site d'investissement le plus important pour les entreprises allemandes sur le continent africain – après l'Afrique du Sud. ». Aujourd'hui, 150 entreprises sont actuellement présentes au Maroc – elles y auraient accumulé un volume d'investissement de 1,2 milliard d'euros. Depuis 2010, le volume des investissements allemands a augmenté de 600 % – dans les secteurs de l'automobile, de l'électricité et de la chimie.
Le Maroc en lice pour les succursales
Au cours des 20 dernières années, le Maroc s'est efforcé de devenir un lieu attractif pour les investissements internationaux. Entre 2014 et 2019 seulement, plus de 147 000 emplois ont été créés. Pour encourager les investissements étrangers, un certain nombre d'incitations fiscales a été mis en œuvre pour toutes les entreprises dont les activités sont orientées vers l'exportation/l'importation. Pour les investissements supérieurs à 200 millions de dirhams, il existe des exonérations de TVA sur l'importation de biens d'équipement, d'équipements et d'outillage. Ces régimes d'assouplissement ne sont pas des mesures spécifiques à l'automobile, mais les entreprises de l'industrie automobile en bénéficieront.
Lire aussi: Automobile: carton plein pour les marques de luxe
Sur le marché marocain, désormais les mastodontes internationaux se veulent une place au soleil. Ces dernières années, le Maroc n'a cessé de gagner en importance en tant que pays fournisseur de l'industrie automobile. Aux côtés de l'Afrique du Sud, le pays est aujourd'hui l'un des sites automobiles les plus importants du continent. Renault et PSA notamment ont investi largement investi au Maroc et de nombreux constructeurs automobiles européens souhaitent les rejoindre et leurs chaînes d'approvisionnement au Maroc. À cette fin, le gouvernement a créé des zones franches, offre des incitations à l'investissement et promeut la formation de spécialistes.
Paysage concurrentiel
L'industrie automobile marocaine est consolidée. Certains des principaux acteurs de ce marché sont Renault, Nissan, Peugeot, Volkswagen et Dacia. Le pays a attiré plusieurs investissements d'entreprises automobiles internationales, telles que Renault, Peugeot et le groupe Volkswagen. Le pays a enregistré 91 millions de ventes de véhicules en 2019.
Renault/Dacia détient une part de marché de plus d'un tiers des ventes de véhicules neufs, et c'est la plus grande entité automobile au Maroc. L'entreprise possède deux usines de production dans le pays et s'approvisionne pour environ 42 % de ses pièces auprès de fournisseurs locaux.
Lire aussi; Automobile: capitaliser sur les atouts pour appréhender les enjeux mondiaux du secteur
En janvier 2019, le groupe Renault a annoncé avoir fabriqué 402 155 voitures en 2018, dont 318 600 unités à Tanger et 83 550 unités à Casablanca.
En février 2019, la part de marché de la société progresse au Maroc (+1,7pt). L'empreinte industrielle régionale est en cours de déploiement pour devenir opérationnelle en 2019, avec le démarrage de la production de l'usine de Kénitra au Maroc
Le Maroc veut plus...
Les efforts du gouvernement ne sont pas passés inaperçus auprès des constructeurs automobiles. Pour preuve, le constructeur automobile français Renault-Nissan a construit une usine à Tanger en 2012 ; Désormais, elle est même représentée avec deux usines dans le pays. PSA exploite également un centre de recherche à Casablanca et a également ouvert à l'été 2019 une usine à Kénitra, près de la capitale. Le constructeur automobile allemand Volkswagen veut démarrer d'ici 2030 sur six sites européens la fabrication de batteries et de cellules, multipliant ainsi ses capacités face à l'accélération attendue des ventes de voitures électriques.
« L'Espagne pourrait devenir un pilier stratégique de notre stratégie électrique. Nous sommes prêts à implanter l'ensemble de la chaîne de valeur de la mobilité électrique dans le pays, y compris la production de véhicules électriques, ainsi que leurs composants, et une nouvelle usine de batteries du Groupe. En fonction du contexte général et du soutien du secteur public, dès 2025 la famille Small BEV pourrait être fabriquée en Espagne » a déclaré à Hespress, Herbert Diess, PDG du groupe Volkswagen, lors d'un événement au cours duquel le groupe VW a exposé sa stratégie pour 2030.
Une industrie d'approvisionnement dynamique s'est également développée autour des grandes entreprises au Maroc. Selon GTAI, environ 200 entreprises produisent principalement des câbles, des aménagements intérieurs et des moteurs.
ENCADRE
Le Maroc sera un candidat sérieux pour bénéficier de la restructuration de Renault et de PSA, car l'industrie automobile du pays est dominée par ces deux équipementiers et leurs chaînes d'approvisionnement sont déjà bien développées dans le pays. Nous notons également que la démographie favorable de la main-d'œuvre en Afrique du Nord donnera aux marchés de la région un avantage sur les pays d'Europe centrale et orientale (PECO), qui sont également des bénéficiaires potentiels des plans de restructuration des équipementiers, car l'Afrique du Nord a une main-d'œuvre plus importante et moins chère alors que la PECO Le marché du travail est de plus en plus tendu, ce qui fait grimper les coûts et réduit la disponibilité de la main-d'œuvre. Cela se reflète dans les performances de l'Egypte et du Maroc selon l'indicateur « Salaires moyens/coûts de la main-d'œuvre » de notre IRR Production automobile, qui mesure l'attractivité d'un pays pour la production automobile en fonction de plusieurs catégories de risque et de récompense. Le Maroc et l'Egypte obtiennent des scores de 89,3 et 69,6 sur 100 possibles (score plus élevé = coûts de main-d'œuvre plus attractifs), alors que les pays d'Europe centrale et orientale n'obtiennent en moyenne que 28,6. (voir graphique ci-dessous).
L'Afrique du Nord offre un marché du travail favorable
Indice de risque/récompense de la production automobile
Production totale de véhicules


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.