Les consulats français continuent « d'humilier » les Marocains en refusant à les demandes de visas    Banques: un portefeuille de créance en souffrance de près de 85 MMDH en 2021    Medradio à ses auditeurs : Grand Merci !    BCIJ : Interpellation à Tétouan d'un partisan de « Daech »    Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain    Reprise des livraisons de pétrole russe en Slovaquie    CAF: la Super Ligue africaine dès août 2023    Halilhodzic sur le départ, Regragui pour le remplacer?    Elon Musk vend pour 7 milliards de dollars d'actions du groupe Tesla    Attaque à Tessit au Mali: 42 soldats tués    Fès se met au rythme de la Journée nationale de la communauté marocaine de l'étranger    Dakhla met en avant la contribution des MRE au développement local    Jeux de la solidarité islamique : Le Maroc décroche quatre médailles, dont une en or    Football : La FRMF et Halilhodžić discutent du départ du sélectionneur du Maroc    Maroc : Oujda célèbre les Marocains du monde issus de sa région    Safi : Les Marocains du monde au cœur de la Journée nationale des migrants    Sahara : L'Algérie courtise les nouvelles autorités colombiennes    Météo Maroc: températures maximales en légère hausse ce jeudi 11 août    Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Hammouchi reçoit le patron de la police espagnole    Le secteur de la santé se réforme, les financements s'annoncent lourds    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    La FRMF convie Vahid Halilhodzic à une réunion qui déboucherait sur son licenciement    Global Policy Institute : Le Maroc se positionne comme un "hub d'affaires" vers l'Afrique    Bourse de Casablanca: Clôture en légère hausse    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 10 Aout 2022    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Première offre bancaire dédiée aux 12-17 ans : La Banque Populaire lance «Swipe»    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grande Bretagne: Boris Johnson peut-il rester Premier ministre ?
Publié dans Maroc Diplomatique le 07 - 07 - 2022

Le poste du Premier ministre britannique, Boris Johnson ne tient qu'à un fil, avec des spéculations qui font boule de neige selon lesquelles il sera évincé dans quelques heures à la suite d'une série de nouvelles démissions et de pressions de la part de ministres de haut rang.
Dans un coup dur pour le Premier ministre britannique, une délégation de certains de ses plus hauts ministres a marché à Downing Street mercredi et lui a demandé de démissionner.
Le groupe de députés comprend Nadhim Zahawi et Michelle Donelan, que M. Johnson a nommés chancelier et secrétaire à la Santé il y a quelques heures à peine.
Simon Hart, le secrétaire gallois, Grant Shapps, le secrétaire aux Transports, et Brandon Lewis, le secrétaire à l'Irlande du Nord, faisaient également partie de la délégation.
Si le premier ministre refuse de démissionner dans les prochains jours, le Comité des députés conservateurs d'arrière-ban de 1922 portera probablement le coup de grâce en convoquant un vote de confiance la semaine prochaine.
Les députés rebelles sont sur le point de modifier les règles parlementaires pour permettre un deuxième vote de confiance à M. Johnson, qui pourrait avoir lieu dès lundi.
Voici comment cela fonctionnerait et ce qui se passerait si le premier ministre perdait un deuxième vote de confiance :
1. Johnson a survécu de justesse à un vote de confiance le mois dernier, ce qui, selon les règles actuelles du parti, devrait signifier qu'il est à l'abri d'être évincé pendant une autre année.
Cependant, les députés d'arrière-ban du Comité de 1922 cherchent à modifier rapidement les règles pour permettre un deuxième vote de confiance au Premier ministre, craignant que M. Johnson ne tente de s'accrocher au pouvoir même si le soutien à son égard est une hémorragie.
Le Comité de 1922 est composé de députés conservateurs d'arrière-ban. Cela leur permet de discuter de leurs points de vue sur les questions du parti séparément des députés de premier plan et sans craindre d'être réprimandés par ceux qui sont plus haut placés dans le parti.
Ces dernières années, il est devenu une sorte de plate-forme pour les députés rebelles pour discuter des opinions dissidentes.
L'exécutif du Comité de 1922 devait profiter d'une réunion de routine mercredi pour tenter de modifier les règles parlementaires afin de permettre un nouveau vote de confiance.
Cependant, les députés conservateurs d'arrière-ban du comité ont choisi de ne pas modifier immédiatement les règles de leadership et ont plutôt avancé les élections pour l'exécutif à lundi prochain.
Le remaniement du Comité verra presque certainement 18 députés élus à l'exécutif qui veulent que M. Johnson démissionne. On s'attend ensuite à ce qu'ils convoquent un vote de confiance sur le premier ministre dès que possible.
Que se passera-t-il si Boris Johnson perd un vote de confiance ?
On s'attend de plus en plus à ce que M. Johnson perde un deuxième vote de confiance si un vote est convoqué dans les prochains jours.
Le premier ministre a obtenu une faible majorité dans la motion de confiance du mois dernier, rampant vers la victoire avec 211 voix contre 148. Cela signifiait que 40% des députés conservateurs ne l'avaient pas soutenu.
Mais le nombre de députés cherchant à l'évincer a considérablement augmenté ces derniers jours au milieu des questions sur la conduite de M. Johnson concernant les allégations contre le whip en chef adjoint Chris Pincher.
Les députés conservateurs de tous les coins du parti, y compris de nombreux ministres de haut rang, sont furieux contre M. Johnson pour ne pas avoir informé le public qu'il était au courant des allégations d'agression sexuelle contre M. Pincher avant de lui donner le poste.
Johnson devrait obtenir le soutien de plus de 50% de ses députés pour survivre au vote de confiance. Avec des dizaines d'autres députés qui ont annoncé leur perte de confiance envers le premier ministre au cours des derniers jours, y compris des alliés autrefois fidèles, c'est maintenant très peu probable.
Une élection à la direction sera déclenchée immédiatement si M. Johnson perd un vote de confiance, ou s'il démissionne avant qu'il n'en arrive à ce stade.
Etant donné que le Royaume-Uni doit avoir un Premier ministre à tout moment, il resterait probablement un mois environ pendant que les successeurs potentiels lancent leurs candidatures pour le poste de Premier ministre.
Pendant ce temps, M. Johnson offrirait officiellement sa démission à la reine et attendrait les résultats de la course à la direction avant de quitter son poste.
Le dernier exemple d'un Premier ministre démissionnant en dehors d'une élection générale est survenu lorsque Theresa May a démissionné en 2019 plusieurs mois après avoir survécu à un vote de confiance, M. Johnson ayant ensuite été élu à la suite d'une course à la direction contre Jeremy Hunt.
Si M. Johnson choisit de ne pas rester à la tête de facto pendant qu'une tentative de succession est en cours, il pourrait s'adresser à la reine et lui demander de nommer un Premier ministre par intérim.
Cette personne serait probablement un autre membre du Cabinet. Ce ne serait pas nécessairement Dominic Raab, le vice-Premier ministre, qui n'accédera pas automatiquement à la fonction suprême si M. Johnson est évincé.
Cependant, techniquement, rien n'empêche M. Johnson de refuser de démissionner même s'il perd un vote de confiance. Cette décision serait sans précédent et ne s'est jamais produite auparavant.
Le premier ministre a déjà fait allusion à la perspective que cela se produise.
Lors d'une grillade du Comité de liaison des Communes plus tôt mercredi, le député conservateur Bernard Jenkin lui a demandé de confirmer s'il démissionnerait s'il perdait un vote de confiance.
« Je ne démissionnerai pas », a répondu M. Johnson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.