Migration : L'Union européenne souligne «l'engagement fort» du Maroc    Le Maroc et l'Arabie Saoudite concluent un accord de transport aérien    Inflation: une nouvelle rallonge budgétaire de 12 MMDH (Conseil de gouvernement)    France-Maroc-Algérie-Kabylie: C'est celui qui dit qui l'est !    Football : la candidature Maroc-Espagne-Portugal au Mondial 2030 otage de la mémoire courte européenne ?    Fustal : La liste des joueurs convoqués pour les matchs amicaux Maroc-Brésil    Benmoussa: Les statuts fondamentaux régissant les enseignants-cadres des académies régionales seront annulés    Covid-19/Maroc : 135 cas actifs à l'échelle nationale (0.01%)    Manque du lait sur le marché national: nouvelle annonce du gouvernement    Marrakech : Ouverture de la 4ème édition de la Conférence Internationale sur la Mobilité Durable et la conférence annuelle de l'IRF    Casablanca : Halte aux charrettes à traction animale !    Sahara : la réponse cinglante de Samir Addahre au représentant de l'Algérie à l'UNESCO    Standard&Poor's plus optimiste que la Banque Centrale    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret déterminant l'organisation du ministère de la justice    La chaine CNews mise à nu après l'annulation d'une émission consacrée au leader du MAK, Ferhat Mehenni    [Vidéo] Alger: tentative de suicide d'un policier    Mohamed Mehdi Bensaid à l'AG de la FAAPA: «Une nouvelle Afrique se dessine»    À Alger, un policier harcelé par sa hiérarchie tente de se suicider    Championnat arabe de cyclisme sur piste (1ère journée) : Le Maroc remporte trois médailles, dont deux en or    Ciments du Maroc : Le résultat net consolidé en recul de 17,8% au S1-2022    Sahara : l'Algérie invitée à assumer ses positions    La Charte de l'investissement adoptée en commission à la Chambre des représentants    Botola: découvrez le programme de la 5ème journée    Le chanteur « Sy Mehdi » répond à ses détracteurs (VIDEO)    Ligue des champions: PSG, Manchester, Real...tous les résultats de la 3e journée (VIDEO)    Mondial de football pour amputés: le Maroc écrase l'Argentine et file en quarts (VIDEO)    Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement nouveau président du Burkina Faso    Symposium de l'eau à Casablanca: Focus sur l'efficacité et la sécurité hydriques au Maroc (VIDEO)    Annie Ernaux remporte le prix Nobel de littérature 2022    Quand la numismatique nous raconte l'Histoire !    Décès de 66 d'enfants en Gambie: l'OMS ouvre une enquête concernant 4 sirops contre la toux    Fès : Enquête judiciaire contre un policier accusé d'attentat à la pudeur sur une mineure    Mondial féminin U17 : Le Maroc s'incline face à son homologue chilienne en match amical    L'OPEP+ réduit considérablement la production de pétrole    Sécurité : Une délégation de l'OTAN s'est rendue au Maroc    Mondial Amputées : Maroc – Turquie en 1/4. Pour suivre le match    Exposition « Regard à travers l'art» : Une invitation à l'observation et à la révélation    Une 3ème édition à l'espace Toro et pour tous les goûts    250 cavaliers au 16ème Festival de tbourida à Inezgane    Cacao. La Côte d'Ivoire maintient son leadership    Ghana. Une nouvelle stratégie pour le tourisme    Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger...des températures assez douces ce jeudi    Forum mondial de l'Alliance des civilisations à Fès. Moratinos exprime ses remerciements au Roi Mohammed VI    Khaled Nezzar. Le grand comploteur contre le Maroc serait agonisant    Santé : 1,7 MMDH pour la mise à niveau et l'équipement de CHU    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce jeudi 6 octobre 2022    Mathafi : lancement du programme d'initiation à l'art    Le Maroc et la France appelés à préserver leur relation et à la projeter face aux nouveaux défis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Envers et contre tous, Boris Johnson s'accroche au pouvoir
Publié dans Barlamane le 06 - 07 - 2022

Malgré une avalanche de départs au sein de son gouvernement, le Premier ministre britannique Boris Johnson a rejeté mercredi les appels à la démission venant y compris de ses fidèles, malgré la crise sans précédent dans laquelle l'ont plongé les scandales à répétition.
Loin du triomphe de ses débuts à Downing Street en 2019 sous la promesse de réaliser le Brexit, le chef du gouvernement conservateur a affronté mercredi la journée la plus difficile de son mandat, cerné par les affaires embarrassantes et leur flot d'accusations de mensonges.
Plusieurs ministres de premier plan, fidèles y compris, lui ont demandé de démissionner tant la situation est devenue intenable, selon les médias britanniques. Parmi les noms cités, la ministre de l'Intérieur Priti Patel, ou Nadhim Zahawi, moins de 24 heures après sa nomination comme ministre des Finances.
Mais comme il l'avait déjà fait plus tôt dans la journée face aux députés, il a rétorqué qu'il voulait rester pour se consacrer « aux problèmes extrêmement importants » auxquels le pays est confronté, selon la presse.
« Nous allons continuer avec le gouvernement de ce pays », a affirmé Boris Johnson dans l'après-midi face aux chefs des commissions parlementaires, quelques instants après avoir affirmé qu'il passait une semaine « formidable ».
Sans crier gare, les ministres de la Santé Sajid Javid et des Finances Rishi Sunak ont claqué la porte mardi soir, déclenchant l'hémorragie. D'autres membres du gouvernement, de rang moins élevé, ont à leur tour jeté l'éponge les uns après les autres. En fin de journée, le nombre de départs est proche des 40.
Boris Johnson est resté combatif. Il a jugé qu'il ne serait pas « responsable » de quitter le pouvoir dans le contexte actuel, entre crise du pouvoir d'achat et guerre en Ukraine.
Un peu plus tôt, lors de la séance hebdomadaire de questions devant les députés, ponctuée de rires et de moqueries sonores, Boris Johnson a affirmé que le « mandat colossal » qui lui avait été confié par les électeurs en 2019 lui conférait le devoir de « continuer ».
Le chef de l'opposition travailliste, Keir Starmer, a fustigé un « spectacle pathétique » de fin de règne, tandis que le leader du parti nationaliste écossais SNP à la chambre des communes, Ian Blackford, a exigé la tenue d'élections anticipées. Une idée que Boris Johnson a rejetée d'un revers de main.
– « Bye Boris » –
Les ministres démissionnaires ont eu des mots durs pour le chef du gouvernement, mettant en cause son honnêteté.
Devant les députés, Sajid Javid a détaillé les raisons de son départ, convaincu que Boris Johnson ne changerait pas: « ça suffit », a-t-il lancé, avant que certains députés ne reprennent un « bye Boris » moqueur lancé par l'un d'eux.
La démission de M. Javid et celle de son collègue des Finances ont été annoncées mardi soir alors que Boris Johnson venait de présenter des excuses après un nouveau scandale.
M. Johnson a reconnu avoir fait une « erreur » en nommant en février dans son gouvernement Chris Pincher, « whip » en chef adjoint chargé de la discipline parlementaire des députés conservateurs. Ce dernier a démissionné la semaine dernière après avoir été accusé d'attouchements sur deux hommes.
Après avoir affirmé l'inverse, Downing Street a reconnu mardi que le Premier ministre avait été informé dès 2019 d'anciennes accusations à l'encontre de M. Pincher, mais qu'il les avait « oubliées ».
– « Intégrité » en question –
Pour M. Javid, 52 ans, les Britanniques sont en droit d'attendre « de l'intégrité de la part de leur gouvernement ».
Boris Johnson a rapidement remplacé les deux démissionnaires en nommant son ministre de l'Education Nadhim Zahawi aux Finances et Steve Barclay, jusque-là chargé de la coordination gouvernementale, à la Santé. Mais depuis les départs se sont multipliés.
Selon un sondage Savanta ComRes publié mercredi, 72% des Britanniques estiment que le Premier ministre devrait démissionner.
Déjà considérablement affaibli par le scandale des fêtes illégales organisées à Downing Street pendant la pandémie de Covid-19, M. Johnson a survécu il y a quelques semaines à un vote de défiance de son propre camp.
Mais selon la presse britannique, en coulisses, les anti-Johnson sont à la manoeuvre pour permettre un nouveau vote rapidement, en changeant la règle actuelle qui protège le chef du gouvernement pour encore 11 mois. L'élection du bureau exécutif du puissant « Comité 1922 », compétent pour trancher la question, doit se tenir lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.