Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Installation du nouveau premier président de la Cour d'appel de Rabat    Bank Al-Maghrib: Légère hausse du résultat net en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Message de félicitations de SM le Roi au champion olympique Soufiane El Bakkali    Covid-19 : Nouvelles mesures restrictives à partir de mardi    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Virus : face à la pénurie d'oxygène, l'Algérie lance un appel à la diaspora et à la société civile    RDC : 33 morts dans la collision d'un camion et un bus    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    JO 2020. Abdelati El Guesse et Nabil Oussama éliminés en demi-finales du 800 m    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A quand la fin de la boucherie
Publié dans MarocHebdo le 21 - 09 - 2012

DEBAT. Au Maroc, 600 avortements sont pratiqués chaque jour, mais 200 sont considérés comme “non médicaux". Les associations marocaines montent au créneau et demandent des lois plus souples pour sauver des vies.
Le bras de fer continue entre les associations marocaines de lutte contre l'avortement clandestin et le gouvernement. En effet, le mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI), présidé par Ibtissam Lachgar, a lancé mi-septembre 2012, une pétition électronique demandant la légalisation de l'avortement au Maroc.
Un appel relayé par d'autres associations féminines qui soutiennent ce projet et veulent arriver à un consensus avec le gouvernement de Abdelilah Benkirane sur cette épineuse question de l'avortement. On le sait, au Maroc, l'avortement n'est autorisé qu'en cas de danger pour la vie de la mère ou bien en cas de viol. Cette loi contestée ne cesse d'attiser la polémique, et des réclamations pro-avortement continuent de circuler.
Le mouvement a précisé que cette pétition appelle à l'abolition des chapitres 449 à 458 du Code pénal marocain, qui punit tout acte et toute tentative d'avortement. Cette volonté de la société civile de sauver des vies humaines, qui sont fauchées par des interventions dites non médicales, se heurte à des réalités marocaines plus enracinées dans le tissu social, religieux et culturel du pays. Pourtant, les vérités sur les morts dues à des avortements clandestins sont là. Comme le souligne Ibtissam Lachgar, «les conséquences de l'avortement clandestin sont aberrantes. Nous lutterons jusqu'au bout pour la légalisation de cet acte afin qu'il puisse se faire dans des conditions saines et propres sans le moindre dégât».
D'ailleurs, le MALI joint son appel d'un document où l'on peut lire dans les détails les chiffres de la mort à cause de la clandestinité des avortements. Selon ce document, ce sont entre «600 et 800 avortements clandestins qui ont lieu quotidiennement dans des conditions malsaines, engendrant ainsi la mort toutes les dix minutes.»
Débat national
La réalité du terrain est telle qu'il s'agit aujourd'hui pour le gouvernement marocain de trancher. Sans verser dans l'hypocrisie de mauvais aloi, qui ignore encore que de nombreuses jeunes filles, des femmes célibataires, des veuves, des femmes divorcées, des mineurs ont recours à des avortements? Plus personne. Il suffit de payer pour interrompre sa grossesse. Le hic, c'est que l'hypocrisie des lois a créé de l'emploi pour des pseudos-médecins, qui sont de fait, comme le souligne une activiste de la société civile, «des bouchers en blouse blanche». Résultat, des maisons improvisées en cabinets médicaux, des charlatans en guise de chirurgiens et des femmes qui meurent.
Une jeune femme, sans époux, ne peut pas garder un enfant. Une femme célibataire, une veuve ou encore une divorcée sont dans le même cas de figure. Aucune autre alternative que l'avortement clandestin. Avec toute la panoplie de risques que cela peut entraîner. Comme le précise une mère célibataire, qui a eu recours par deux fois à l'avortement clandestin, «c'est un crime contre la société d'obliger une femme de garder un enfant dans des conditions pareilles. Sans père, le nouveau-né sera un né sous X, sans état civil, et il devra porter le poids de la société sur les épaules. Dans un pays qui se respecte, on ne crée pas des tares sociales supplémentaires juste par hypocrisie alors que tout le monde sait que ce n'est plus que dans la légalité du mariage que les Marocains ont des relations sexuelles».
Légal, illégal
Malgré quelques évolutions, les lois sur l'avortement sont restées en déphasage total avec leur époque. En effet, la loi sur l'avortement a été relativement libéralisée pour la première fois en 1967 au Maroc. L'article 453 du code pénal a été modifié par un décret royal, en juillet 1967, pour prévoir que «...l'avortement n'est pas puni lorsqu'il constitue une mesure pour sauvegarder la santé de la mère». L'article ajoute «...il est ouvertement pratiqué par un médecin ou un chirurgien avec l'autorisation du conjoint».
Autrement, en l'absence du mari, en cas de son refus ou du moins par défaut de consentement, l'avortement est illégal, selon le Code pénal. Sauf si le médecin chef de la préfecture ou de la province est saisi par le médecin ou chirurgien censé intervenir. Lequel doit impérativement attester que «la santé de la mère ne peut être sauvegardée qu'au moyen d'une telle intervention».

Sauver des vies
L'article 449 du Code pénal punit de 1 à 5 ans de prison et d'une amende de 200 à 500 DH quiconque par aliments, breuvage, médicaments, manœuvres, violences ou par tout autre moyen, a provoqué ou a tenté de provoquer l'avortement d'une femme enceinte, qu'elle y ait consenti ou non.
Pour l'article 453, l'avortement n'est pas puni quand il vise à sauvegarder la vie de la mère à condition qu'il y ait consentement du conjoint. En l'absence de ce consentement, il faut avoir celui du médecin-chef de la préfecture et, en cas d'urgence, il suffit que ce dernier soit seulement avisé.
L'article 454 punit de 6 mois à 2 ans de prison toute femme qui s'est livrée à l'avortement. Quant à l'article 455, celui-ci punit l'avorteur de deux mois à deux ans, même si l'acte n'a pas abouti, et des mêmes peines le vendeur des produits avortants et les complices de l'avortement.
Face à de telles lois combinées aux réalités atroces de la vie moderne, la législation actuelle ne permet pas de pratiquer un avortement dans des conditions permettant de sauver des vies. La porte demeure grande ouverte devant la clandestinité