Maroc : 1 819 agents d'autorité concernés par un mouvement de mutation    Maroc : Les contrôleurs aériens vent debout contre l'ONDA    Maroc : Le Radisson Hotel Group ouvre son deuxième resort à Saïdia    Maroc : 20 morts et 34 blessés dans un accident entre Khouribga et Fqih Ben Saleh [nouveau bilan]    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C entre vendredi et dimanche    Dakhla : Une touriste française succombe à ses blessures causées par des chiens errants    L'ambassadeur chinois à Washington met en garde les Etats-Unis contre les conséquences de son soutien à Taïwan    Guerre et paix : Manœuvres tous azimuts    Myanmar : Les Rohingyas exigent un environnement favorable à leur rapatriement    France : Des stations de métro noyées à Paris    Ronaldo promet la "vérité" en réponse aux "mensonges" des médias    Serie A: ouverture d'une enquête après les cris racistes contre Osimhen    Compétitions africaines interclubs : La participation des Raja, Wydad (LDC) ,AS FAR et RSB officiellement validée par la CAF    Ronaldo, le footballeur ''SDF'! : Il pourrait trouver refuge chez l'Atletico !    Le roi Mohammed VI félicite les présidents indonésien et gabonais    Israël et la Turquie décident la reprise totale des relations diplomatiques    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à 94,6% des voix    Face au mutisme des autorités, des étudiants venus d'Ukraine cherchent d'autres pays d'accueil    Saisie à Djeddah de plus de 2 millions de comprimés d'amphétamine    Mo.Salah : Un ''King'' reconnaissant et généreux envers sa patrie !    Le Gabon célèbre sa fête nationale à Laâyoune, en fanfare, événement majeur    Le Nord plébiscité par les touristes    Coupe du monde 2022: La FIFA a organisé des séminaires sur trois continents pour 129 officiels de match    La Fifa suspend la Fédération indienne pour «violation grave»    Charte de l'Investissement : Les non-dits d'une réforme censée tirer le secteur privé de son marasme    L'Ukraine annonce le départ du 1er navire de céréales pour l'Afrique    À Laâyoune, l'ambassadeur gabonais a déposé une gerbe sur la tombe des martyrs marocains    «Vaste manifestation marocaine vers Tindouf»: séisme en Algérie après les propos d'Ahmed Raïssouni    Tiznit : Commémoration du 43ème anniversaire de la récupération de Oued Eddahab    Penser l'amour : Dans le jardin amoureux de Fatéma Mernissi    Culture et conflits : Une crise de mutation pour sauver le monde    Tarfaya / Forteresse : "Casa del Mar" 50 MDH pour restaurer un joyau architectural    Essaouira : La tribu Oulad Tidrarine Alansar fête son 46è moussem culturel et religieux    20ème édition du Tremplin L'Boulevard: 17 artistes attendus du 23 septembre au 2 octobre    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de 26 individus à Fès    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Colonies de vacances sous le thème « Consolider le cinéma de l'enfant »    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les canons de la mort
Publié dans MarocHebdo le 07 - 05 - 2014

L'organisation de l'élection de Miss monde 2002 au Nigeria tourne au drame
Les canons de la mort
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tout a commencé le 16 novembre 2002, à la suite de la publication d'un article du journal This Day, consacré à l'élection de Miss Monde 2002 dont l'organisation était prévue à Abuja, la capitale fédérale du Nigéria, le 7 décembre 2002 avant d'être reportée à Londres en Angleterre. Un article jugé diffamatoire par les Musulmans nigérians, suggérant que "le prophète Mahomet (lire Sidna Mohammed) aurait pu choisir pour femme l'une des participantes au concours de Miss Monde". Fioritures ? Figure de style ? Provocation délibérée ?
Toujours est-il, les conséquences immédiates engendrées par ce brûlot a provoqué la fureur des Musulmans des Etats du nord de la fédération nigériane et les émeutes qui en ont suivi ont déjà fait plus de 215 morts dans le nord du pays surtout.
Au-delà de ce brûlot, avouons que c'est peu dire que ce n'est pas bienséant d'organiser une cérémonie de concours de miss pendant le mois de jeûne du Ramadan surtout dans un pays, disions-nous, où les conflits inter religieux font rage. Pour les Musulmans nigérians, une telle cérémonie est une provocation pure et simple.
D'autant plus que la colère de ces populations était déjà perceptible bien avant les préparatifs de la cérémonie factuelle de l'organisation de Miss monde 2002. Une colère qui remonte à quelques mois, quand les miss représentant la France, le Canada, la Belgique, la Côte d'Ivoire, le Kenya et la Norvège proférèrent des menaces de boycott de l'événement si les autorités fédérales nigérianes n'intervenaient pas pour sauver Amina Lawal Kurami, une jeune nigériane qui avait défrayé la chronique pour avoir été condamnée à mort par lapidation pour adultère par une cour islamique de Kaduna.
Garantie
Les canons de la beauté avaient fini par obtenir des garanties sur la révision de son procès. Mais l'engagement d'Abuja pour empêcher l'application de cette sentence ne rassure pas Amnesty International pour se départir de son doute: "malgré les assurances du président Obasanjo, le gouvernement n'a toujours pas pris de mesures efficaces pour garantir que la nouvelle législation pénale soit conforme à la constitution du Nigeria". Il faut dire que depuis le retour de la démocratie en 1999 dans ce pays, 12 Etats des provinces nord ont adopté la loi islamique. Leurs tribunaux ont déjà prononcé cinq condamnations à mort, bien qu'aucune ne soit appliquée.
En attendant, la rue fait la loi. Les émeutes, plus éparses, continuent de faire des victimes. Rien, même pas les excuses publiques du quotidien, ne peut arrêter plus rien l'engrenage de la violence déclenchée dans ce pays, secoué par des conflits religieux où des affrontements inter religieux et inter ethniques avaient fait plusieurs milliers de morts en 2000.
Des groupes de populations musulmanes que certains qualifient de fondamentalistes musulmans s'en sont pris aux locaux du quotidien This Day, mis à sac et à feu sans autre forme de procès. L'engrenage de la violence s'est saisi de Kaduna et plusieurs autres grandes villes du nord du pays où des profanations et incendies des édifices religieux (églises) ont servi de réaction, laissant place à des manifestations qui ont dégénéré en affrontements entre Chrétiens et Musulmans. Reste à espérer que les émissaires dépêchés par les autorités fédérales d'Abuja, pour mener des négociations avec toutes les parties en conflit, arrivent à bout de leur mission.
À six mois de l'élection présidentielle nigériane, ces événements risquent fort d'enticher la candidature du président sortant Olusegun Obasanjo, ce chrétien du Sud qui a été élu en 1999 grâce aux voix des musulmans du Nord.
Retour