Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    CGI lance son école U'DEV à Fès    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    PAI Souss-Massa: Vers une extension de l'usine de production de la Silda    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Edito : FMI    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'heure de vérité
Publié dans MarocHebdo le 07 - 05 - 2014

L'ONU saisie du dossier des disparus sahraouis à Tindouf
L'heure de vérité
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
La participation marocaine à la 60ème session annuelle de la commission onusienne des droits de l'homme, tenue récemment à Genève, était une réussite.
Les délégués des ONG marocaines, implantées majoritairement dans les provinces du Sud, ont, en effet, tenu la dragée haute aux propagandistes patentés venus des camps de Tindouf dans le Sud-ouest algérien.
Cette fois-ci, "la vérité s'est révélée comme étant une arme autrement plus redoutable que la diffamation", pour reprendre une phrase de Ramdan Messaudi, président de l'Association de défense des droits de l'Homme au Sahara (ASADEDH).
Les participants à la rencontre de Genève ont pu voir le Polisario, qui se présente prétendument comme "un mouvement de libération" sous son vrai jour. Des femmes, issues de la vieille noblesse saharienne, comme Fatima Mansour, Kelthoum Kheyat et Saadni Malainine, ont relaté devant cet aréopage mais aussi dans les médias internationaux venus couvrir l'événement les propres mésaventures en tant qu'ex-bannies à Cuba par les séparatistes. Elles ont dénoncé cette "méthode de bannissement d'enfants" utilisée par les maîtres de Tindouf "pour contraindre leurs parents à rester dans les camps dans l'espoir de leur retour".
"Le Polisario et les Algériens ont tout mis en œuvre pour dépersonnaliser l'homme sahraoui", affirme Mme Mansour.
Cette femme originaire de Dakhla, diplômée en anglais, qui travaille actuellement dans la mission diplomatique marocaine à Genève ne mâche pas ses mots à l'égard de "cette supercherie nommée le Polisario". D'autres témoignages de rescapés de bagnes de Tindouf ont davantage mis en lumière les violations gravissimes des droits de l'homme perpétrées par le Polisario avec la complicité de la sécurité militaire algérienne dans les camps de Lahmada.
Complicité
Le Collectif des ONG sahraouies, qui comprend, entres autres l'Association des parents des disparus à Tindouf (PASVERTI), dirigée par Hocine Baida et l'Association des victimes du Polisario (ASVIPO) de Dahi Agai, a organisé des rassemblements, au cours desquels les portraits de plusieurs disparus et victimes de la torture dans les bagnes du Polisario ont été brandis, pour sensibiliser l'opinion publique internationale sur les crimes des séparatistes.
Mais, l'acquis le plus important au cours de ce voyage reste, sans doute, la saisine du haut commissariat des Nations unies pour les droits de l'homme du dossier des disparus sahraouis à Tindouf. La démarche a été effectuée conjointement par les dirigeants de l'ASADEDH et PASVERTI avec "le concours précieux", selon Ramdan Messaoudi, de Mustapha Bouh dit Barazani, ex- membre du bureau politique du Polisario, rallié au Royaume, qui est actuellement l'un des plus sincères et convaincants avocats de la marocanité du Sahara dans les forums internationaux.
Le dossier remis, le 1er avril 2004 à Genève, à Carla Edelebos, contient des renseignements précis sur une liste partielle de 78 disparus sahraouis dans les camps de Tindouf. Dans cette liste figurent notamment El Béchir Ould Salek Ould El Hissen, probablement exécuté en 1974 par la sécurité militaire algérienne, El Ouali Cheikh Slama, ancien instituteur de la prestigieuse famille d'Ahl Cheikh Maalainine, disparu en 1978. Il est le propre père de l'ex-déportée à Cuba Saadni Maalainie. M'barek Ahmed Bighiden, de la tribu d'Ait Baamrane et Moussa Ould Mohamed Moussa, fils d'une célèbre famille de lettrés de Oued Eddahab, sont, eux également, des figures assez connues de cette liste macabre.
Les deux associations précitées avaient auparavant saisi Eric Sottas, directeur de l'organisation mondiale contre la torture (AMCT), d'un autre volumineux dossier sur les victimes de la torture dans les bagnes de Lahmada. Les défenseurs des droits venus du Maroc ont, à cette occasion, exprimé leur indignation de la présence sur le sol européen de représentants du Polisario, comme Brahim Ghali, à Madrid, et Khalil Sidi M'hamed, personnellement impliqués dans la torture d'ex- détenus sahraouis à Tindouf.
Retour