El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Météo : Une semaine pluvieuse en perspective    TGV. Khlie lève le voile sur la grille tarifaire    Le PLF 2019 adopté à la majorité par les représentants    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    La Chambre des représentants approuve la première partie du projet de loi de finances 2019    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Lo Celso restera sûrement à Betis    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Education financière : Crédit Agricole organise la 5ème session au profit des petits producteurs agricoles    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Esbroufe    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    News    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique, reconnaissante
Publié dans MarocHebdo le 07 - 05 - 2014


La CAF honore Abdellatif Semlali
L'Afrique, reconnaissante
La Confédération africaine de football a décerné sa médaille de mérite à titre posthume à feu Abdellatif Semlali. Une marque de reconnaissance africaine à l'ex-ministre de la Jeunesse et des Sports.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
• Abdellatif Semlali.
L' homme politique survit à sa mort physique. Abdellatif Semlali, homme de gauche qui a fini sa carrière en tant que chef d'un parti libéral, l'Union constitutionnelle, est de ces personnalités dont on parlera encore longtemps. Et pour cause.
Me Semlali, comme le décrit d'ailleurs son fils Zaki, lui-même membre du bureau politique de l'UC, était un "modeste, volontaire et simple". Un homme qui a gardé ses liens avec les milieux populaires tout en étant au sommet de sa carrière de dignitaire de l'Etat. Et quoi de plus populaire que de rester attaché au football et à ses fans ?
Candidature
En effet, pour celui qui allait être ministre de la Jeunesse et des Sports pendant une dizaine d'années, et superviser entre autres les Jeux méditerranées de Casablanca, en 1983, celui qui a préparé le dossier de la première candidature marocaine pour l'organisation du Mundial, le sport, en général, et particulièrement le foot, ce n'est pas un simple passe-temps. C'est une passion, voire une façon de vivre. Et Me Semlali en a presque fait une de ses raisons d'être.
En 1998, la rumeur avait donné Me Semlali président potentiel du Wydad de Casablanca, alors que le grand club de la métropole sombrait dans une grave crise.
Et ce n'est pas par hasard que la Confédération Africaine de Football (CAF) lui a rendu un grand hommage, samedi 17 avril en fin d'après-midi à Rabat et ce, en présence de Issa Hayatou, président de la CAF, et de Slim Aloulou, deux personnages clés du sport africain et qui ont accompagné le parcours de Me Semlali. "Ils sont de grands amis", précise-t-on.
Les interventions n'ont pas tari d'éloges sur Me Semlali. Des témoignages sur l'homme, le politicien, le ministre, et le sportif à travers ses innombrables activités au sein des instances nationales, maghrébines, arabes, continentales et internationales ont ravivé les mémoires. Et comme l'a si bien rappelé Slim Aloulou, M. Semlali était loin de la tricherie et avait beaucoup donné au sport en général et au football en particulier.
La CAF a donc décidé de remettre à Me Semlali, à titre posthume, la Médaille du mérite. Une médaille en reconnaissance des efforts entrepris par Me Semlali grâce à qui l'Afrique a commencé à espérer organiser la Coupe du monde. Une organisation qu'elle aura finalement en 2010.
Homme de dialogue, dirigeant du Raja de Casablanca pendant des années, Me Semlali a aussi gravé son nom en tant que dirigeant politique de premier plan.
Amitié
Hissé tout naturellement à la tête de l'Union constitutionnelle, suite au décès du président fondateur, Me Maâti Bouabid, le 1er novembre 1996, Me Semlali a su dépassionner le débat autour des responsabilités et a mis en chantier un vaste programme de réforme interne. "Il fallait que les statuts du parti correspondent à la réalité sur le terrain, et pour cela des mises à jour régulières s'imposent", nous avait-il déclaré quelques semaines avant sa mort.
Pour lui, il est obligatoire que les structures partisanes soient à la hauteur.
Et, bien entendu, les règlements régissant l'action partisane ne doivent pas tomber en désuétude. "Il faut les réactualiser pour répondre à la fois à la nouvelle mission de l'UC en tant que parti de l'opposition et aux nouvelles générations de partisans qui n'ont pas forcément la même conception des choses que les fondateurs du parti", nous avait-il expliqué.
Ce qui était remarquable chez Me Semlali c'est sa capacité à préserver ses amitiés, au-delà des divergences politiques. Il est resté l'ami des dirigeants de la gauche même quand il défendait des idées libérales.
C'est ce qui fait qu'aujourd'hui on s'accorde sur le plan continental à lui attribuer la médaille de mérite. Fut-elle à titre posthume.
Retour