Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Lutte contre les maladies non transmissibles : le Maroc réitère son engagement    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Atlanta Assurances : le plan stratégique continue de porter ses fruits    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    El khalfi: "Le chef du gouvernement a entamé les concertations sur le remaniement ministériel"    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Entretien avec Fouad Hani, auteur-compositeur et interprète : «Je travaille beaucoup sur ma musique»    Premières Assises nationales du Développement humain    Après les Assises du développement humain, quelles priorités ?    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Crise économique mondiale : L'OCDE tire la sonnette d'alarme !    Bordeaux accueille le sommet Afrique-France en juin 2020    «#b7arblaplastic» : Une opération de collecte de déchets dans les plages signée Label'Vie    PLF 2020. Le calendrier se précise    Le RNI organise la 3ème Université d'été ce vendredi à Agadir    Question d'intégration    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces    Ces stars qui se sont mariées en secret    La gestion des risques de santé, sécurité et environnement débattue à Casablanca    Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Appel aux dons    Un plan d'action pour la relance du tourisme à Béni Mellal-Khénifra    Tenue à Rabat du Forum des parlementaires arabes sur la population et le développement    Paris corrige Madrid : L'issue de parité sanctionne le choc Atlético-Juventus    Di Maria, la "MCN" à lui tout seul    Le stade d'Honneur d'Oujda fait peau neuve    "Woh!" d'Ismahan Lahmar projeté au Festival international du film de femmes    "Esthétique de la création poétique'', un nouvel ouvrage célébrant l'œuvre de Mohamed Serghini    Bouillon de culture    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Espagne s'enfonce dans le Madridgate
Publié dans MarocHebdo le 08 - 05 - 2014

Les services espagnols étaient au courant de la présence d'une cellule islamiste à Madrid et de l'existence d'un trafic d'explosifs. Mais ils avaient les yeux tournés vers le Maroc et n'ont pas vu venir le massacre du 11 Mars.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
L'Espagne connaît un véritable bouillonnement autour du comportement des forces de sécurité espagnoles avant la survenue des attentats de Madrid. L'Association des victimes du 11 mars, présidée par Pilar Manjon, promet de faire le blocus du Parlement espagnol à partir du jeudi 30 juin pour protester contre la fermeture des travaux de la Commission d'enquête parlementaire, qui a fini en eau de boudin, soulevant plus de questions qu'elle n'en a résolues. C'est le quotidien El Mundo, qui, un mois plus tôt, a levé le lièvre en publiant les fac-similés de fiches d'audition de l'imam marocain de la mosquée Takoua, à Madrid, Abdelkader el Farssaoui, par ailleurs informateur rémunéré, désigné sous le nom de code de Cartagena, par les agents de l'Unité centrale d'information extérieure (UCIE), service de renseignement de la police. On y apprend que, dès le 22 octobre 2002, Farssaoui, 32 ans, avait sonné l'alarme sur le réseau d'islamistes qui allaient plus tard être impliqués aussi bien dans les attentats de Madrid que dans ceux de Casablanca.
Les plus importants sont Rabeï Osmane, dit l'Egyptien, actuellement détenu en Italie pour être considéré comme l'auteur intellectuel des attentats du 11 mars ; Serhane Abdelmajid Fakhet, dit le Tunisien, mort dans le «suicide collectif» de Lavapiès; Mohamed Larbi Ben Sellam, en fuite au Maroc; et Mustapha Maïmouni, condamné au Maroc dans le cadre du 16 mai. Farssaoui avait même fourni leurs numéros de portables.
La police savait donc qu'un réseau d'extrémistes musulmans à majorité marocaine s'était formé à Madrid et n'était pas animé par de bonnes intentions. De son côté, la Guardia civil, gendarmerie espagnole, était informée depuis 2001 un autre collaborateur marocain, Rafaël Zouheir, 25 ans, de l'existence d'un bande d'Asturiens qui cherchaient à échanger des explosifs contre du haschich. Encouragé par ses commanditaires, Zouheir a mis en relation Asturiens et Islamistes, par l'entremise de Jamal Ahmidane, dealer marocain notoire.
Les ingrédients d'attentats étaient donc réunis, mais, étrangement, ni la gendarmerie ni la police n'ont bougé le petit doigt pour les empêcher. Le mystère s'épaissit encore plus lorsque l'on sait que les fameux Asturiens sont également des indicateurs. Plus bizarre encore, Jamal Ahmidane a été arrêté par trois fois alors qu'il convoyait les explosifs vers Madrid, le 29 février 2004, sans permis de conduire, et trois fois il a été relâché. Devant ce brouillard, El Mundo, dans un éditorial anonyme au vitriol, écrivait le 6 juin que «à la lumière de ces révélations (les fiches d'audition de Farssaoui), il devient clair que les attentats du 11 mars auraient pu être empêchés par une action diligente de la police ou par une intervention judiciaire ; aucune des deux n'a eu lieu».
C'est qu'on était trop occupé à montrer le Maroc du doigt, au plus haut niveau.
La polémique est un genre journalistique à part entière s'il obéit à certains critères, notamment de logique. Alors procédons logiquement. D'abord, excluons que les services espagnols aient sciemment mis en jeu la vie de milliers de personnes. Aux yeux de n'importe quel «Code des contrats et obligations», ils seraient quand même considérés, en tant que professionnels de la sécurité publique, comme «responsables par omission». Pourquoi donc a-t-on laissé traîner une quantité non-négligeable d'explosifs, alors que l'Espagne est depuis des décennies en prise au terorisme basque ? Parce qu'on ne prévoyait pas qu'ils tomberaient aux mains de la cellule de Lavapiès. On supposait qu'ils seraient exportés hors d'Espagne. Jouez à deviner vers où.
Retour