Affaire Pegasus : « 2M » déconstruit la manipulation des leaks    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Le Maroc, « partenaire solide » sur lequel peuvent compter la France et l'Europe    Casablanca-Settat : perturbations de l'approvisionnement en eau potable dans certains quartiers    Revue de presse quotidienne de ce jeudi 27 janvier 2022    Représentant 6% du PIB : Un déficit budgétaire de près de 71 milliards de dirhams à fin 2021    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les marchés actions troublés après la Fed    Le Canada prolonge sa mission de formation militaire en Ukraine    La CAF suspend le stade d'Olembé après une bousculade meurtrière    Le Sénégal passe en quarts face à des Capverdiens réduits à neuf    Météo : fortes averses attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    Covid-19: Moderna entame les essais d'un rappel de vaccin anti-Omicron    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    400 ans de Molière : Le Maroc présent à Versailles à travers l'œuvre de Tayeb Saddiki    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    CAN 2021: voici le programme des quarts de finale    Premier League/Covid: plus de report de matchs sans au moins 4 cas positifs    La Corée du Nord effectue son sixième essai de missiles en 2022, selon Séoul    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    Lutte contre le changement climatique : L'ONU salue le leadership du Maroc    Météo Maroc: les températures prévues pour ce jeudi    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Glencore et Managem : un partenariat pour produire du cobalt à partir de batteries recyclées    Province de Taroudant : visite de projets agroalimentaires et de développement agricole et rural    Auto: Mini veut convertir ses modèles historiques à l'électrique    CAN 2021: la CAF change le lieu et l'horaire de Maroc-Egypte    L'ambassade américaine à Kiev appelle ses ressortissants à « quitter le pays sans tarder »    Sahara : Des avions Mirage et F-16 des FAR bombardent des positions du Polisario    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    L'Agence Bayt Mal Al Qods approuve une série de projets de développement à Al Qods pour 1 million USD    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    CAN 2021 : Les Lions de l'Atlas se sont entrainés sans Nayef Aguerd    Après la France, le siège du Parlement andalou accueille une réunion de soutien au Polisario    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    Casablanca : Report de l'audience d'un universitaire soupçonné de harcèlement sexuel    Covid-19 : l'Autriche met fin au confinement des non-vaccinés    CAN 2021 : Vahid Halilhodzic et son arme dernière génération, Achraf Hakimi    "أحسن Pâtissier": La saison II est lancée, (re) vivez le Premier prime en Replay    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Histoire d'une réussite
Publié dans MarocHebdo le 08 - 05 - 2014


Aziz Akhannouch
Histoire d'une réussite
Par Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Au commencement était évidemment le père fondateur, l'amghar, ou la version tachelhit du patriarche. Haj Ahmed Akhannouch, Ahmed Oulhaj pour les intimes. Un homme de peu, un homme de bien, un homme de caractère et de conviction. Lorsqu'on voit le jour à Tafraout, au début du siècle dernier, on connaît la valeur des choses, parce que rien n'arrive sans effort. On est comme pris en tenaille entre un sol ingrat auquel il faut arracher son pain quotidien, et un Soleil écrasant qui vous nargue à longueur de journée. Tout invite à quitter ce Sud où rien ne pousse hormis des hommes, aussi ascètes que stoïques. Agadir comme étape, Casablanca comme point de chute. C'est en 1932 que Ahmed Oulhaj débarque dans cette future mégapole, d'ores et déjà une ville folle où tout est possible. Il y ouvre sa première épicerie. Dix ans après, il en possède sept. Un réseau dans le contexte d'antan. Du commerce de détail, il passe à la pêche puis à l'exploitation du marbre.
Le lancement semble consommé et irréversible. Pas vraiment. Ahmed Oulhaj est nationaliste de la première heure. Son engagement lui vaut cinq années d'incarcération et la ruine. Mais on ne casse pas une détermination aussi inflexible d'un Ahmed Oulhaj, qui se relève, repart de plus belle et se permet même de changer de secteur d'activité. Il se reconvertit dans le pétrole en créant la première société totalement marocaine de distribution. Après les produits pétroliers, le gaz butane tombe dans son escarcelle. Afriquia prend de l'ampleur et Haj Ahmed Akhannouch de l'envergure. Il donne libre cours à son sens d'initiative et à son goût du risque. Des traits de caractère dont héritera son fils et successeur dans la gestion des entreprises familiales. Aziz Akhannouch aura été à bonne école.
En haut: Aziz Akhannouch avec SM Mohammed VI. En bas: Haj Ahmed et Hassan II.
Il en fournira la preuve en assumant un passage du témoin entre deux générations, deux environnements, presque deux mondes. Tout en sauvegardant l'esprit et le fond comportemental qui ont fait le capital et non l'inverse.
Natif de Tafraout en 1961, Aziz Akhannouch y fait ses études primaires et secondaires, avant de partir pour le Canada, où il décroche un Master in Business Administration (MBA) à l'université de Sherbrooke, au Québec, en 1986. Pour donner de la consistance pratique à son diplôme, le jeune lauréat fera un stage à ELF, grande société pétrolière française. Dès son retour au pays, Aziz Akhannouch intègre la société Afriquia à titre de directeur général adjoint. Il y fourbit ses armes de jeune gestionnaire avide d'innovations et de performances. Après une période de latence sous l'œil, quelque peu fatigué mais toujours attentif, de son père, il met en application un plan de restructuration articulé autour de quatre pôles d'hydrocarbures: le carburant, les lubrifiants, les fluides et le gaz.
Le vieux pionnier, Haj Ahmed Akhannouch, rend son dernier souffle en 1995. Comme de coutume, c'est le fils aîné qui prend en charge les affaires de la famille. Il a été longuement préparé pour cela. Commence alors une nouvelle ère et une nouvelle vision en termes de domaines d'intervention et de dimensionnement des entreprises familiales. Progressivement, Aziz Akhannouch investira des secteurs qu'il juge indispensables au rayonnement et à la diversification de ses activités entrepreneuriales. Il s'agit en gros des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC).
Une volonté qu'il concrétise, dès 1999, par le rachat du groupe de presse Caractères qui édite, entre autres, La Vie économique.
En 1999, il élargit ses pérégrinations hors hydrocarbures par une incursion dans les télécommunications, en prenant 10,5% du capital de Méditel, propriétaire, à coup de milliards de dirhams, de la deuxième licence de téléphonie mobile. Actionnaire à part entière, Aziz Akhannouch précise que son groupe ne se contente pas de gérer des participations, mais s'occupe de la distribution des produits GSM pour le compte de ce deuxième opérateur. Grâce à ses deux sociétés spécialisées, il est même devenu leader dans ce segment. Mieux, pour donner de la cohérence à la maîtrise acquise de ce nouveau métier, Aziz Akhannouch a créé un pôle intégré sous l'appellation TMT (Telecoms, médias et technologie).
Toujours en 1999, Aziz Akhannouch introduit en bourse deux de ses sociétés, Afriquia et Maroc Oxygène. Chemin faisant, le groupe a changé de nom. Il s'appelle Akwa, "plus fort" en traduction littérale de l'arabe. Sauf que l'étymologie n'explique pas tout. Ce mot a une histoire qui se confond avec celle du groupe. Il est le condensé des patronymes de deux associés d'il y a 47 ans, Haj Ahmed Akhannouch et Haj Ahmed Wakrim. L'adoption de ce vocable composite prouve que l'association tient toujours. Aujourd'hui, Akwa gère un portefeuille d'une quarantaine de sociétés. La grande opération réalisée par Aziz Akhannouch reste, cependant, sa fusion avec le groupe Oismine, de Mustapha Amhal, qui a permis au groupe Akwa d'être le leader national dans le gaz et le carburant, avec 3.400 employés, 300 camions-citernes et un chiffre d'affaires, à fin 2005, de 15 milliards de dirhams.
Sous la houlette de Aziz Akhannouch, un empire est né. Son patron a su le moderniser et le diversifier en s'entourant de cadres nationaux compétents et complètement dévoués à l'entreprise. Avec son allure joviale, son sourire avenant et sa grande capacité d'écoute, la nonchalance apparente de Aziz Akhannouch est trompeuse. Elle n'a d'égal et de réel que sa rigueur sans faille en affaires et dans le travail. Aziz Akhannouch n'appartient à aucun parti politique. C'est tout au plus s'il a succombé aux sirènes de la responsabilité régionale. En octobre 2003, il a, en effet, été élu à la présidence du Conseil de la région de Souss-Massa-Drâa. En tant que SAP (Sans appartenance politique). Une tâche qui lui tient à cœur et qu'il assume avec un succès indéniable.
Retour