Changement de modèle ?    Le HCP appelle les entreprises à s'adapter à la situation    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc lance une radio interne    «La situation épidémiologique est maîtrisée pour le moment mais deux semaines cruciales nous attendent»    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Les sept consignes de Benchaâboun    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Campagne d'hébergement des SDF à Khénifra    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que cherche Alger?
Publié dans MarocHebdo le 09 - 05 - 2014

Si la présence de la Mauritanie aux négociations entre le Maroc Polisario peut se justifier, celle de l'Algérie n'a aucun sens.
Car le problème, c'est justement l'Algérie.
Que cherche Alger?
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Le soutien algérien à la thèse du Polisario «est devenu une énigme peu explicable par la légalité internationale que l'Algérie défend». Ce n'est pas une publication marocaine qui fait ce constat, mais un journal algérien, Le Quotidien d'Oran. Les témoignages réconfortants qui viennent de l'autre camp sont les meilleurs, dit un vieux proverbe arabe. C'est précisément le cas.
Comment faut-il prendre cet aveu si proche d'une vérité têtue, dans un pays où la presse indépendante, à peine naissante, souffre encore de la culture du parti hégémonique et de tous les anachronismes qui vont avec? Avec prudence, évidemment. Mais ce sursaut de parler-vrai vient, néanmoins, à point nommé. À savoir au moment où s'ouvraient, les 18 et 19 juin 2007, dans la banlieue new-yorkaise, des négociations directes entre le Maroc et le Polisario. En présence de la Mauritanie et de… l'Algérie.
Deux questions viennent d'emblée à l'esprit: Négocier quoi? Et pourquoi la présence pesante de l'Algérie, même si celle de la Mauritanie se justifie à plus d'un égard?
Un rappel pour commencer. Ces négociations ont été voulues, supervisées et organisées par les Nations Unies. Elles se sont déroulées sous la conduite de Peter Van Walsum, représentant personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara. Le dernier du nom, après une procession d'illustres prédécesseurs aguerris, tout au long de la trentaine d'années que ce conflit dure et perdure. Le Maroc s'y est préparé. Il était temps, pourrait-on dire. On lui a souvent reproché de ne pas fournir d'alternative aux gesticulations séparatistes du Polisario. C'est fait. Le plan d'autonomie élargie pour nos provinces sahariennes tient lieu de proposition de "solution politique" négociée, pacifique et soumise à une appréciation concertée par les parties prenantes à ce litige trentenaire. Des émissaires officiels ont sillonné le monde pour expliquer l'offre marocaine adaptée à la spécificité de cette région sans, pour autant, attenter à l'intégrité territoriale du Maroc et à sa souveraineté nationale. Les membres permanents du Conseil de sécurité et ses "intermittents" tournants ont été sensibilisés quant à la nature pernicieuse de ce dossier et à la pertinence de l'initiative marocaine. Malgré l'édulcoration par les canaux convenus de l'information, sur un sujet aussi sensible, les échos ont été plutôt compréhensifs.
Abdelaziz Bouteflika et Mohamed Abdelaziz.
Dans les salons feutrés de l'esplanade gazonnée de la résidence Greentree, à Long Island, où se déroule cette prise de langue aux allures de dernière chance, la meilleure des diplomaties marocaines ne pouvait donner que ce qu'elle a. La construction d'un avenir régional commun au mieux des intérêts bien compris des cinq pays du Maghreb. Dans cet espace de négociation, toutes les formes de coopération économiquement développantes et humainement porteuses sont possibles. À l'exclusion de la cession d'une partie du territoire national pour qu'y soit installé un crypto-Etat croupion. Les jeux et les enjeux sont donc clairs, malgré les méandres, parfois troublants, de la diplomatie.
Ceci étant dit; et l'Algérie dans tout cela? L'Algérie est au cœur du problème. Le pouvoir d'Alger en a été le maître d'œuvre, l'instigateur, l'entreteneur et le premier pourvoyeur en encadrement et en gazo-dollars.
Il a été suffisamment écrit que la question du Sahara est une création algérienne, depuis Houari Boumediène, au début des années 1970, jusqu'à son ancien lieutenant, aujourd'hui au pouvoir, Abdelaziz Bouteflika. C'est désormais connu, encore faut-il le rappeler, "Le Sahara -disait le tombeur de Ahmed Ben Bella en 1965- c'est un cailloux dans la botte du Maroc". Difficile d'être plus négatif dans les rapports entre Etats voisins. Houari Boumediène avait l'excuse du contexte, de la guerre froide et du mur de Berlin pas encore tombé. Trente ans après, son ex-poulain y est toujours. Cela paraît surréaliste, mais c'est ainsi. Ce qui n'empêche pas d'essayer de comprendre. Alors, allons-y!
Quels sont les ressorts de la position algérienne sur la question du Sahara? Quels en sont les slogans de façade et les motivations profondes?
L'Algérie brandit, comme un épouvantail rédhibitoire, le principe de "l'autodétermination des peuples" et de "l'achèvement de la décolonisation". Quel peuple à autodéterminer et quelle décolonisation à parachever?
À moins que l'on brûle les annales historiques de la région, pour en faire un autodafé amnésiant, les Sahraouis sont marocains et le Sahara est partie intégrante du Maroc. Le pouvoir algérien sait, pertinemment, que le Maroc ne peut se concevoir sans ses provinces sahariennes.
Tout comme Sebta et Melilia, les deux présides du nord, encore sous occupation espagnole -comme l'était le Sahara- sont toujours revendiqués au nom du fil inaltérable de l'histoire humaine et de la logique immuable de la géographie. Si l'on admet ces données, somme doute faciles à intégrer, comment rendre intelligible l'acharnement algérien à empêcher une issue raisonnable et réaliste de la question du Sahara? Le chroniqueur du Quotidien d'Oran, tout comme nous-mêmes, ne comprend pas. Il évacue l'alibi de la décolonisation, le besoin d'une ouverture sur l'Atlantique et les richesses minières, réelles ou supposées, que recèlerait le sous-sol du Sahara. Il en arrive à retenir une seule hypothèse: "l'affaiblissement territorial du voisin". Réflexion bien menée. Car, c'est de cela, effectivement, qu'il s'agit. Mais pourquoi affaiblir le Maroc, en voulant l'amputer d'une partie de son territoire? Pour quel objectif? C'est à partir de cette interrogation que l'on s'enfonce dans un irrationnel dangereux, érigé en raison d'Etat. Forte de ses cinquante milliards de dollars en revenus d'hydrocarbures, l'Algérie ne s'est jamais départie de son rêve de super-puissance régionale, voire continentale. Un fantasme hégémonique en décalage total avec les réalités actuelles. Par les temps qui courent très vite vers la mondialisation, la tendance irrésistible est au regroupement et au dépassement des frontières.
En principe et dans les faits, la question du Sahara devrait être soluble dans cette dynamique. À condition que l'Algérie de Boumediène et de Bouteflika s'y inscrive. Pour le présent et pour l'avenir.
Retour