Covid-19 : réélu, le chef de l'ONU veut «un monde qui tire des leçons»    Un espagnol sur 5 que pense le Maroc récupèrera Sebta et Melilia    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Hélène Le Gal : "L'ouverture d'un consulat au Sahara est liée au nombre de Français qui y vivent"    Une consécration de l'épopée de la lutte nationale    Avec l'arrivée des MRE, les hôtels baissent leurs prix    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Finlande : le Maroc, tête de pont de la nouvelle stratégie africaine    15 aéroports marocains labellisés «Airport Health Accreditation»    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Matteo Salvini : Le Maroc, pays le plus stable de toute la région méditerranéenne et nord-africaine    Jeune Afrique : « Paris dénonce la «captation de pouvoir» de Moscou en Centrafrique »    Nigeria : l'explosion d'un camion-citerne fait cinq morts et 13 blessés    Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Premier contrat pro avec le PSG pour Kaïs Najeh    Coupe arabe U20 : Maroc – Tadjikistan ce dimanche    Reprise à Schalke avec Mendyl et Boujellab, Amine Harit absent    Football : La CAN aura bel et bien lieu au Cameroun en janvier 2022    Championnats du monde de bridge : Le Maroc qualifié    FOUZI LEKJAÂ ELU AU CONSEIL DE L'UAFA    Sonarges : le site, l'application mobile… un vent de renouveau souffle    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Dakhla: arrivée du premier vol direct en provenance de Paris    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Vaccins: Israël va transférer aux Palestiniens un million de doses avant péremption    Santé privée : Akdital pose pied à El Jadida    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un mini scandale au Crédit agricole du Maroc
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014


•La déontologie bancaire en question
Un mini scandale au Crédit agricole du Maroc
Abdelaziz Nasri, ancien directeur des activités du marché du Crédit agricole du Maroc et son adjoint, Yassine Tirafi, sont impliqués dans une affaire d'opérations bancaires non autorisées par la loi.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tariq Sijilemassi. Ces opérations sont sans risques
pour le Crédit agricole Maroc.
Deux cadres du Crédit agricole du Maroc, Abdelaziz Nasri, ancien directeur des activités de marché, et son adjoint, Tirafi Yassine ont jeté l'éponge pour avoir réalisé des opérations bancaires non autorisées par la réglementation bancaire marocaine. Les deux banquiers marocains impliqués dans cette affaire ont quitté le Crédit agricole en décembre 2007 pour réintégrer le Crédit du Maroc, sans pour autant qu'ils réussissent à régulariser leur situation d'emploi avec leur premier employeur. Selon nos sources, ils sont aujourd'hui suspendus de leurs fonctions au sein du Crédit du Maroc.
Ethique
Ce dont sont accusés ces deux banquiers, c'est d'avoir réalisé des opérations triangulaires avec le Crédit agricole France et la banque d'investissement Caylon, sans que la direction générale du Crédit agricole du Maroc en soit informée. En clair, Abdelaziz Nasri, lorsqu'il était directeur des activités du marché du Crédit agricole Maroc, avait conclu un contrat d'échanges de flux avec la banque Caylon sur une base de calcul qui a porté sur 10 millions d'euros. La loi et la réglementaire bancaire veulent que ce genre de contrat porte les signatures des deux banques. Sinon, son contenu et sa valeur juridiques sont nuls.
Or, en cachant ce contrat à la direction générale du Crédit agricole Maroc, Abdelaziz Nasri et son adjoint ont sérieusement contrevenu à la loi. Selon un responsable au Crédit agricole, «La responsabilité de la direction de la banque Caylon est également engagée dans cette affaire, puisqu'elle n'aurait pas dû accepter un contrat non signé par l'autre partie». Quant au patron du Crédit agricole Maroc, Tariq Sijilemassi, il affirme que toutes ces opérations sont sans risques pour le Crédit agricole Maroc. « Par contre, elles posent un sérieux problème d'éthique et de déontologie bancaire », tient-il à préciser. La direction du Crédit agricole a saisi le gouverneur de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, et les responsables du GPBM (groupement professionnel des banques du Maroc), mais aussi le Crédit Agricole France, qui a décidé de dépêcher une équipe d'enquête.
La question qui se pose désormais est de savoir s'il faut ou non conserver des opérations qui se sont avérées rentables pour un montant, assurent les responsables du Crédit Agricole, avoisinant les 20 millions de dirhams, mais qui, selon d'autres sources, vont au-delà. À en croire ces dernières, les sommes s'élèveraient à plusieurs dizaines de millions.
Retour