Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dangers du tatouage au henné
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

Au Maroc, aucune loi n'interdit le paraphénylène diamine ou impose son étiquetage
Les dangers du tatouage au henné
Afin de renforcer la teinte et la durée de fixation du henné, des tatoueurs ajoutent à leur mélange du paraphénylène diamine (PPD). D'ordinaire inoffensif, ce type de tatouage peut tourner au cauchemar entraînant allergies, eczéma, oedèmes, et même une hypersensibilisation à vie.
Pierre Benedetti
Avec le PPD, le tatouage au henné devient
plus foncé et reste plus longtemps sur la peau.
"Soyez vigilants!" Tel est le mot d'ordre lancé par le Centre anti-poison du Maroc qui recense de plus en plus de cas d'intoxication à ce que l'on appelle le "henné noir". Souvent, les hennayates ou nekkachates, ces tatoueuses traditionnelles, ajoutent à la pâte un produit chimique toxique bon marché, appelé le paraphénylène diamine (PPD). Certes, les motifs imprimés deviennent plus foncés et restent plus longtemps sur la peau. Mais ces vertus superficielles restent bien dérisoires face aux conséquences.
Car au commencement, on "signe un contrat" pour un tatouage temporaire de deux à trois semaines, et accessoirement non douloureux… Et, au final, on se retrouve chez le médecin.Le calvaire débute toujours à retardement: les premiers symptômes apparaissent en général lorsque le motif initial du henné s'est pratiquement estompé, approximativement deux semaines après son application. Ensuite, finie l'extase.
Brûlures
On en vient même à regretter de ne pas s'être fait un tatouage permanent tant les complications sont multiples: eczéma reproduisant les motifs, plaies suintantes, oedèmes allergiques nécessitant parfois une intervention médicale urgente voire une hospitalisation… C'est sans compter que le "henné noir" peut entraîner hypersensibilisation à vie notamment à des caoutchoucs, teintures capillaires, des colorants vestimentaires, et même causer des brûlures indélébiles. De couleur marron ou orange, le véritable henné, extrait de la plante Lawsonia inermis, nettoie et purifie la peau.
Mais le PPD est en quelque sorte le bourreau de ces fantaisies corporelles. Cette substance chimique est utilisée pour ses propriétés colorantes, et on la retrouve principalement dans des teintures capillaires, le cirage, le caoutchouc, des encres de photocopieuses, certains pesticides et même… le gasoil. Pas étonnant que notre enveloppe charnelle ne l'apprécie guère! Pour le reconnaître, quelques indices existent: si l'encre ou la pâte est d'un noir pétrole et si le dessin est réalisé en quelques minutes, disons que c'est plutôt mauvais signe.
Poison
Ensuite, l'étiquette du produit doit théoriquement signaler "Contient des diaminobenzènes". Depuis quelques années, plusieurs pays prennent ce phénomène au sérieux. Quoi de plus judicieux lorsqu'on observe la fièvre du tatouage au henné qui s'est emparée autant des garçons que des filles. En Europe, la concentration de PPD dans les teintures capillaires est limitée à 6%.
La France, elle, a clairement interdit le tatouage enrichi en PPD depuis 2005, tout comme le Canada, qui a banni l'application de cosmétiques contenant ce poison masqué.
Néanmoins, malgré des avancées législatives et des campagnes de sensibilisation, le nombre d'incidents ne cesse
de grimper un peu partout dans le monde, que ce soit aux Etats-Unis, en Europe… et même au Maroc, qui est pourtant le fief du tatouage au henné dit "traditionnel".
Au Maroc, le flou règne car aucune loi n'interdit le paraphénylène diamine ou impose son étiquetage. D'ailleurs, ce produit est vendu dans des pharmacies, dans la rue, sans aucun contrôle et sans aucune information disponible sur le fabricant, les ingrédients et encore moins sur la date de péremption. Au Centre anti-poison du Maroc, on «met surtout en garde contre les tatouages faits dans la rue et dans les souks car le danger est minime lorsqu'ils sont réalisés dans la sphère privée, lors d'un baptême ou d'un mariage», déclare la responsable, avant de rappeler cependant que les campagnes de sensibilisation restent sporadiques.
En attendant, méfiez-vous lorsque vous entendez le mot "diluant". Ces quelques lettres semblent inoffensives, et pourtant elles sont synonymes de PPD, ce produit toxique qui risque de vous noircir l'existence. Alors au lieu de jouer à la roulette russe avec votre santé, n'hésitez pas à opter pour le naturel… Tout simplement parce que vous le valez bien!