Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    Les détails du nouveau modèle pédagogique    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Professions libérales : L'Union nationale appelle à un front uni    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Immobilier. Un faux départ en 2019    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La révolution iranienne a eu un impact considérable sur le Maroc"
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

•Mohamed Darif, politologue et spécialiste des mouvements islamistes
“La révolution iranienne a eu un impact considérable sur le Maroc”
Auteur de plusieurs livres sur les mouvements islamistes, Mohamed Darif explique les influences de la révolution iranienne sur l'islamisme au Maroc.
Propos recueillis par Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Mohamed Darif. “Il ne faut pas qu'il y ait d'amalgame.”
Maroc Hebdo International: La révolution iranienne en 1979 a-t-elle eu un effet sur l'émergence de mouvements islamistes au Maroc?
Mohamed Darif: Pas uniquement au Maroc, mais partout dans le monde arabe. La révolution iranienne de février 1979 a été déterminante dans la formation et l'émergence de groupes islamistes marocains.
Il ne faut pas oublier que les premières expressions politiques du mouvement Al Adl Wal Ihsane ont eu lieu quelques mois après la victoire de la révolution en Iran.
Le guide d'Al Adl, Abdeslam Yassine, a consacré plusieurs articles dans les premiers numéros de la revue Al Jamaâ, qu'il a éditée à partir de 1980, au livre de Khomeini, Le gouvernement islamique. Sur plusieurs mois, M. Yassine a expliqué, selon sa vision, la teneur du projet des Ayatollah iraniens avec à leur tête l'imam Khomeini.
A part Al Adl Wal Ihsane, y a-t-il eu d'autres manifestations de cette influence iranienne?
Mohamed Darif: Bien sûr. Des groupuscules liés à l'organisation Chabiba Al Islamiya, de Abdelkrim Motiï, ont adopté des positions conformes aux idées de la direction iranienne. Il faut relever ici que, dès 1978, les problèmes de dissidence à l'intérieur de Chabiba islamya étaient notoires, mais la révolution iranienne a exacerbé les divergences.
C'est dans ce contexte que Mostapha El Moatassim, Mohamed Marouani et Abdelkbir Reggala ont décidé, début 1980, de créer l'organisation Al Ikhtiar Al Islami (l'option islamique) qui prônait les idéaux défendus par la révolution iranienne. Ils sont restés fidèles à cette démarche jusqu'au début des années 90 quand ils ont renié, politiquement parlant, le chiisme.
Pourquoi politiquement ?
Mohamed Darif: Ce que je veux dire, c'est qu'il ne faut pas qu'il y ait d'amalgame entre l'influence doctrinale de la révolution iranienne, chiite bien sûr, et son influence politique.
Les Marocains sont sunnites et n'ont pas suivi les rites chiites. Mais, politiquement, il y a eu un impact considérable.
Au début des années 70, par exemple, cheikh Yassine, pour ne citer que son cas, prêchait la bonne parole et appelait au respect des préceptes de l'Islam. Son livre L'Islam ou le déluge, paru en 1974, en est l'expression parfaite. Mais, après 1979, les mouvements islamistes marocains ont eu la conviction qu'ils peuvent accéder au pouvoir. Plus, qu'ils disposent seuls de la légitimité de gouverner et de diriger le pays. Ils étaient fascinés par la stratégie de la révolution iranienne et veulent en appliquer les méthodes. Autrement dit, la révolution iranienne a eu un impact considérable sur le Maroc.
Peut-on lier les attentats terroristes qu'a connus le Maroc en 2003 et 2007 à cette influence de la révolution iranienne ?
Mohamed Darif: Absolument pas. Les attentats commis au Maroc l'ont été au nom de la Salafiya Al Jihadiya. La doctrine de cette dernière est à l'opposé de ce que prônent les chiites. De plus, des salafistes considèrent les chiites comme des apostats.
Les Iraniens multiplient certes les actions de propagande à travers le monde et peuvent même financer des organisations qui leur sont fidèles, mais uniquement pour faire pression sur l'Occident. Mais jamais, on ne peut leur imputer des faits terroristes. Le Hizbollah libanais est une illustration de cet aspect là.