Conseil de gouvernement: adoption d'un projet de loi portant création de l'Agence nationale des eaux et forêts    CMC: La campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    Liga: L'Atlético fonce vers le titre, En-Nesyri enfonce Valence    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Nasser Bourita aborde les relations maroco-ivoirienne avec son homologue, Kandia Camara Kamissoko    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sérieux paie
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

•10.000 travailleuses agricoles marocaines pour l'andalousie
Le sérieux paie
Près de 10.000 femmes ouvrières marocaines vont partir cette année en Espagne pour travailler dans les champs de Huelva. La main d'œuvre marocaine est très appréciée des producteurs espagnols.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Une fois en Espagne, les saisonnières marocaine sont totalement prises en charge.
“Les femmes marocaines sont toujours demandées par les producteurs agricoles espagnols et ce malgré le contexte de crise qui sévit en Espagne”, nous déclare le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani. Il donne même des chiffres: «Pendant la phase de plantations, actuellement en cours, 2.000 femmes marocaines vont bientôt voyager en Espagne; et pendant la phase de la cueillette, qui commence à partir du mois de mars de chaque année, ce nombre pourra atteindre 8.000».
Ces chiffres contredisent donc ceux avancés par la presse espagnole, qui font état de seulement 800 femmes dont auront besoin les producteurs espagnols. Il y a un mois environ, le magazine espagnol El Publico a fait savoir que face au chômage et à la crise économique actuelle, les champs et les serres de fraise et de framboise de la région de Huelva n'accueilleraient pas ou très peu de main d'œuvre marocaine. La déléguée de l'emploi de la communauté autonome d'Andalousie à Huelva, Maria José Garcia Prats, avait affirmé que les autorités voulaient «maximiser l'embauche de travailleurs locaux».
Retour
Mais, force est de constater que, quelques semaines plus tard, les Espagnols ne se bousculent pas au portillon pour travailler dans les champs. D'autre part, les producteurs espagnols font confiance aux ouvrières marocaines pour leur sérieux et leur attachement à la terre. D'où la mobilisation du gouvernement marocain, à travers son agence Anapec, dirigée par Hafid Kamal, à satisfaire les demandes de main d'ouvre des agriculteurs espagnols, particulièrement dans la cueillette de la fraise. «Les contrats sont prêts et les concours de sélection vont bientôt commencer», assure le ministre marocain de l'Emploi.
Les conditions que ces femmes doivent satisfaire: être âgées de 18 à 40 ans, avoir une expérience dans le secteur agricole, être en bonne condition physique et avoir des enfants à charge. En plus d'un examen médical obligatoire.
Une fois en Espagne, elles sont totalement prises en charge par leurs employeurs (nourriture et logement) et touchent un salaire de 40 euros par jour. Plusieurs enquêtes réalisées en Espagne et au Maroc trouvent que le taux de retour des Marocaines à leur pays, après l'expiration de leurs contrats, est désormais de 95%. «Il y a quelques années, ce taux était de 10 à 20%», affirme une source à l'agence Anapec.
Cela fait maintenant plus de cinq ans que le Maroc exporte ses compétences agricoles vers l'Espagne. La première opération avait concerné 300 femmes seulement pour atteindre aujourd'hui près de 15.000. Le patron de l'Anapec, Hafid Kamal, explique que l'Agence entend poursuivre son programme et permettre aux femmes de bénéficier d'un certain nombre de contrats, garantissant ainsi un nombre défini de séjours de travail durant une année.
Les bénéficiaires qui ont déjà travaillé en Espagne font part de leur satisfaction, même si le travail est temporaire. Pour ces femmes, deux mois de salaire en Espagne sont équivalents à une année entière au Maroc. Fatima Meliani, l'une de ces femmes ouvrières, affirme que, grâce à son travail de l'an dernier, elle a pu gagner assez d'argent pour faire réparer sa maison et envoyer son fils à l'école. Elle espère y retourner cette année.