3 projets de décret adoptés en conseil de gouvernement    Rabat : Remise des prix aux meilleurs projets écoresponsables du concours Climtna    Forum international des fonds souverains : Le Maroc préside le Conseil d'administration    ANP : Emission d'un emprunt obligataire par placement privé de 950 MDH    Le patrimoine automobile indécent d'Omar Azaitar    Tourisme : la ministre dévoile la répartition du plan sauvetage de 2 Mds de DH    Syrie: Six morts et 30 blessés dans un bombardement au nord    Accusations de chantage: Boris Johnson dit n'avoir « vu aucune preuve »    Casablanca: Ouverture d'une enquête judiciaire contre un propriétaire de café pour consommation de chicha sans autorisation et tentative de corruption    Affaire de cryptomonnaie, d'enlèvement et de séquestration: Saisie de plus de 10 millions DH supplémentaires    Covid : le gouvernement français dévoile le calendrier de « levée progressive » des mesures restrictives    Immigration illégale et traite d'êtres humains : Démantèlement à Tan-Tan d'un réseau criminel    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Achraf Hakimi dans l'équipe de l'année d'EA Sports    Les prix des fruits et légumes ont bondi de 9% en France entre 2019 et 2021, selon Familles rurales    USA: Suspendus à cause de la 5G, Emirates reprend « temporairement » ses vols    IPC et inflation sous-jacente : progression de 1,4% et de 1,7% en 2021    Carrefour diplomatique: à Rabat, rencontre sur l'investissement    Météo Maroc: temps assez froid ce vendredi 21 janvier    Covid-19: Gestion des cas contact et pic épidémique.. Le point avec un spécialiste    Industrie aéronautique marocaine : Décollage imminent    La Bourse de Paris perd 1,47% à 7.088,44 points à l'ouverture    Léger recul des homicides au Mexique, toujours miné par la violence    Bourita s'entretient avec son homologue malien    Russes et Américains se parlent à Genève pour tenter de désamorcer la crise ukrainienne    Sekkouri: Le programme "Awrach" reflète l'engagement du gouvernement à soutenir les piliers de l'Etat social    CAN 2021: Programme des 8ès de finale    Covid-19: chute du nombre de cas en Afrique, la 4e vague reflue (OMS)    Les Pharaons s'imposent sur le fil    Hachem Bastaoui a-t-il réellement mis fin à sa carrière ? Son frère Oussama brise le silence    CAN 2021 : Les Fennecs éliminés par les Eléphants    M. Bourita s'entretient avec son homologue malien    La Russie s'emporte contre les menaces américaines    NourAyadi, la pianiste qui évolue dans la cour des grands    Adonis le spirituel dissident !    Audience des chaînes nationales : que regardent les marocains ?    Covid-19 : 9 061 nouveaux cas, plus de quatre millions de personnes ont reçu les trois doses    Service militaire : L'annonce du ministre de l'Intérieur    La FIFA annonce une nouvelle réglementation pour les prêts    Un récif corallien très rare découvert près de Tahiti par une mission de l'UNESCO    Barça à Dembélé : '' On ne veut plus de vous M. Dembélé. Partez dès cet hiver SVP !''    Les efforts de SM le Roi en faveur de la question palestinienne mis en avant devant le Conseil de sécurité    Après une année à la Maison Blanche, Biden évoque de nombreux « défis » et « d'importants progrès »    Largement touchée par le Covid : Mission difficile pour la Tunisie face à la Gambie    Patrimoine : Rabat et Washington unis pour préserver les mosaïques historiques de Volubilis    Akhannouch , Inshallah pour un gouvernement de résultats    CAN 2021 / Programme de ce jeudi : La Tunisie se présente avec seulement 16 joueurs !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le coup d'éclat de Noubir Amaoui
Publié dans MarocHebdo le 29 - 05 - 2014


LA CDT APPRIVOISEE
Le gouvernement au congrés d¥un syndicat de l¥opposition. Ce n'est pas du consensus mou. C'est la culture démocratique qui prend racine. Des tabous politiques sont bousculés. Des blocages psychologiques sont vaincus. Les tartuferies qui ont trop longtemps sévi, ne trompent plus personne.
Le ministre de l'IntÈrieur au congrËs de la CDT, c'est plus que de l'insolite. Driss Basri, accompagnÈ d'une brochette de ministres, prend la parole ¦ la tribune du syndicat remuant et frondeur. AprËs avoir ÈcoutÈ les propos, pas du tout complaisants, du secrÈtaire général, Noubir Amaoui. Le bras de fer qui a duré prËs de 20 ans, se transforme en poignée de main. Chacun campe sur ses positions et le statut qui est le sien. Mais au dialogue de sourds succéde la communication.
On pourra toujours tergiverser sur le mÈlange des genres, la transgression des territoires, l¥incongruitÈ d¥une invitation, la prÈsence antinomique du garant de la sÈcuritÈ dans l¥antre de la contestation syndicalo-politique.
Une chose est s°re. Le moment est hautement symbolique. Le Maroc est en train de vivre un enchaÓnement de dÈpassements fonciËrement qualitatifs. Des pages dÈcisives sont tournÈes. Des tabous politiques sont bousculÈs. Des blocages psychologiques sont vaincus. Les tartuferies qui ont trop longtemps sÈvi, ne trompent plus personne.
Des tabous bousculÈs
Le gouvernement au congrËs d¥un syndicat de l¥opposition, ce n¥est pas du consensus mou. C¥est la culture dÈmocratique qui prend racine. L¥adversitÈ persiste, mais la politesse est de rigueur, dit un adage marocain.
On a bien vu Nicole Notat, secrÈtaire gÈnÈral de la CFDT, prendre des positions proches de celles du gouvernement Chirac-JuppÈ, puis manifester contre la loi-DebrÈ. C¥est la meilleure preuve d¥une vÈritable autonomie syndicale.
Quel meilleur moment pouvait choisir Noubir Amaoui pour interpeller les premiers reprÈsentants des pouvoirs publics, que de les convier ¦ la sÈance d¥ouverture de sa propre assemblÈe reprÈsentative? Pour donner un sens ¦ une prÈsence gouvernementale et marquer la distance qui s¥impose, le chef de la CDT demande au panel ministÈriel de respecter les engagements pris dans le Pacte social du 1er ao°t 1996. Il prend ¦ tÈmoin ses 1500 congressistes.
Le 3Ëme congrËs de la CDT a tenu ses promesses. Cette centrale a plus d¥une fois dÈfiÈ les instances de l¥tat et mobilisÈ l¥attention du corps social. Comment va-t-elle nÈgocier le virage encore incertain du changement qui s¥amorce?
On a effectivement assistÈ ¦ l¥Èmergence d¥un syndicalisme qui se cherche. Mais aussi ¦ l¥Èclosion d¥un syndicalisme qui ose et qui croit ¦ la possibilitÈ d¥une mutation profonde. C¥est en effet un moment de franchissement crucial. Un guÈ politiquement pÈrilleux.
Trois scÈnarios
Noubir Amaoui brosse un tableau de la situation du pays et des Èvolutions possibles. Un tableau qui n¥incite pas ¦ l¥optimisme. Le Maroc, dit-il, est exposÈ ¦ trois scÈnarios:
- La transition dÈmocratique dont le succËs est tributaire de la mise en uvre des dÈcisions contractuelles entre l¥tat et la sociÈtÈ.
- La montÈe du fascisme qui exploite les faiblesses de l¥tat et l¥imprÈparation de la sociÈtÈ civile.
- Les grËves, l¥anarchie et la guerre civile.
Le harangueur des foules, l¥instigateur des mouvements de protestation les plus audacieux, les plus hasardeux aussi, est subitement pris de vertige. Il hÈsite. Puis monte ¦ la tribune, pour lire sa lettre de dÈmission du secrÈtariat gÈnÈral de la CDT et informer de son dÈsir de se retirer du bureau politique du l¥USFP.
Si l¥objectif Ètait de provoquer un choc, il fut largement obtenu. Stupeur et refus bruyamment exprimÈ.
Manuvre d¥un leader rÈcemment contestÈ? Tactique dilatoire pour une meilleure remise en scelle? Ressourcement lÈgitimiste? Sondage in vivo d¥une base versatile?
La rÈponse est moins dans la lettre d¥annonce, que dans la rÈponse du secrÈtaire gÈnÈral sortant, aux congressistes fidËlement protestataires.
Une chose est s°re: Noubir Amaoui est sincËre. Il entend rÈellement se mettre en retrait et en donne les raisons. ´En me retirant, j¥espËre donner une leÁon ¦ tous ceux qui se croient Èternels. Je ne suis pas un homme de coulisses et je ne fais pas de cinÈma. Le pouvoir et l¥argent corrompent. La pÈriode ¦ venir sera celle des dossiers et des experts. Elle exige une Èquipe et une mentalitÈ nouvelles. Le Maroc enfourche l¥impossible. Mais nous devons rÈaliser le changement, sans casser l¥outil...ª rÈpond Amaoui en substance, avec spontanÈitÈ et Èmotion.
Bref, la soixantaine ¦ peine passÈe, il revendique son droit ¦ la retraite.
Les bonnes questions
Les congressistes ne veulent rien savoir. On sort une urne transparente. Une premiËre, avant la gÈnÈrale des prochaines Èlections. Vote ¦ bulletin secret. Noubir Amaoui est reconduit. Pour une petite annÈe, concËde-t-il.
Auparavant, le leader de la CDT a posÈ les bonnes questions. Avec quel outil organisationnel le syndicat peut-il remplir sa fonction sociale et historique? Avec quelle stratÈgie le syndicat pourrait acquÈrir une mÈthode d¥action, des moyens d¥exÈcution, de gestion et de communication? En somme, un projet de syndicalisme moderne. Un syndicalisme socialiste, idÈologiquement dÈsenvo°tÈ, politiquement pacifiÈ, socialement rÈceptif mais rÈaliste.
Le mouvement syndical en phase avec la pÈriode ¦ venir, devra Ítre en mesure de fixer la cadence du changement, sans obstruction, ni prÈcipitation. Un syndicalisme positivement participationniste.
Retour