ANP: Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar réalisent 70,5% du trafic en 2021    Blinken à Kiev au chevet de la crise russo-ukrainienne    Vahid Halilhodzic : « Ce soir, je vais bien dormir... »    Le match contre le Gabon, «une belle leçon pour la suite de la compétition» (Halilhodžić)    Les Etats-Unis et l'Espagne souhaitent unir leurs forces pour trouver une solution au conflit du Sahara    Décès du docteur Noufissa Kabbaj. Un autre s'est éteint pas sa lumière [Par Jamal Berraoui]    Eruption volcanique aux îles Tonga : Trois décès confirmés (agence de l'ONU)    آيت الطالب: أزمة أدوية الزكام وكورونا مختلقة ولدينا مخزون يكفي لتغطية الحاجيات من 3 أشهر إلى 32 شهرا    Aït Taleb dément les allégations concernant une pénurie de médicaments    Réactions des Lions de l'Atlas après le partage face aux Panthères    CAN-2021 : Le Maroc fait match nul face au Gabon (2-2)    Akhannouch réagit à l'accord gouvernement-syndicats d'enseignement    Météo Maroc: jusqu'à -5 degrés prévus ce mercredi 19 janvier    Les syndicats d'enseignants : l'accord est un jalon "important" pour résoudre les enjeux pédagogiques    Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar réalisent 70,5% du trafic en 2021 (ANP)    Covid-19 au Maroc: on connaît le prix du médicament Molnupiravir    Autoroute de contournement de Casablanca: démarrage des travaux d'élargissement    Maroc-Gabon: voici le Onze de départ des Lions de l'Atlas    Le Datacenter du ministère de l'Economie et des Finances certifié « Tier III » d'Uptime Institute    Pétrole: les prix au plus haut depuis 2014    Un triste bilan sur le plan économique et social    Ronaldo honoré pour son record de buts en sélection    Le ministère de la culture bien déterminé à promouvoir le théâtre et le cinéma au Maroc (Ministre)    « Le Point de Déclin » de Fatiha Morchid    «Art& Lights» associe deux univers oniriques    « INTROSPECTION » ou le « Voyage d'arts d'abstraction Russe par l'œil de l'artiste Marocain »    Musées : la FNM tient la première réunion de son comité directeur    Compteur coronavirus : les contaminations repartent à la hausse, 7.756 nouveaux cas en 24H    Résidence culturelle : appel à projets 2022 sur le fait religieux    La mère de Gad El Maleh va livrer du couscous marocain dans le monde entier    Dominic Cummings, l'ex-éminence grise devenu l'ennemi juré de Boris Johnson    Tarfaya: 45 candidats à l'immigration sauvés par la Marine    HCP: une majorité gouvernementale hégémonique implique une dynamique des réformes    Azrou : Arrestation d'un individu en état d'ivresse, ayant provoqué un accident    Covid-19. Omicron représente 95% des cas positifs au Maroc [Ministère de la Santé]    M. Daki: La justice numérique, un des piliers de la réforme globale du système judiciaire    Maroc-Espagne : les mots insuffisants de Pedro Sánchez    CAN 2021 / Halilhodzic: « C'est la Fédération Royale Marocaine de football qui paye mon salaire et non la CAF ! »    Présidence du Parlement européen: quatre candidats à la succession de David Sassoli    Commerce international : un partenariat CGEM-ADII pour l'accompagnement des entreprises    Tourisme : Le gouvernement accorde un montant de 2MMDH pour soutenir le secteur    Sécurité routière: NARSA dévoile son plan national de contrôle (2022-2024)    Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    Un séisme de 4,9 secoue le centre de la Turquie    Sahara : Washington réitère son soutien à l'envoyé onusien de Mistura    Une tempête de neige balaie le Canada    Conseil de gouvernement : la marque «Morocco Tech», en tête de l'ordre du jour    Peu de réussites, beaucoup de fustrations: un an de mandat Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ANCIENS COMBATTANTS
Publié dans MarocHebdo le 29 - 05 - 2014


Mais encore
ANCIENS COMBATTANTS
Maurice Papon est responsable de l'exécution de centaines de Maghrébins.
Il y a deux mois, le 25 août 1997, une cérémonie dédiée à la mémoire des milliers d'étrangers morts pour la France s'était déroulée à Paris. Parmi ces morts, le gros de la troupe était constitué de Marocains, d'Algériens et de Tunisiens. Ceux qui ont survécu, ceux que l'on appelle désormais les anciens combattants, ne sont guère bien lotis: à défaut d'être morts, ils s'en sont sortis avec une maigre pension (ce n'est que tout récemment que la France a fait un geste pour y remédier) et beaucoup de blessures.
L'actualité en France cette semaine est marquée par le procès de Papon, un Papon stressé par les audiences au Tribunal et qui, selon les paroles mêmes de son avocat, serait en train de se reposer.
Le Monde, dans son édition du lundi 13 octobre 1997, titre: "La mise en liberté de Papon provoque la stupeur de ses victimes". Quel lien y a-t-il entre Papon et les anciens combattants?
Apparemment aucun. Le procès qui s'est ouvert dans la Gironde vise à déterminer la responsabilité de Maurice Papon dans la déportation de 1500 Juifs français vers les camps de concentration nazis sous le gouvernement de Vichy. Pourtant, les Marocains comme les Algériens connaissent bien Maurice Papon. En mal bien entendu. D'abord en tant que responsable colonial à Constantine, en Algérie, en octobre 1949, et ensuite en tant que secrétaire général de la Résidence au Maroc sous le protectorat français, en 1954. On imagine aisément, le type de rapports que pouvait entretenir le sinistre personnage avec nos compatriotes de l'époque.
En 1961, au plus fort de la guerre d'indépendance algérienne, les soubresauts de la résistance se faisaient sentir jusque dans la capitale française. Face aux mouvements de protestation algériens, Papon, alors chef de la police à Paris, avait engagé une campagne de répression d'une cruauté sans pareille. Des policiers enragés s'étaient fait une joie de noyer dans le sang des manifestations pacifiques organisées par des Algériens. Le 17 octobre 1961, une marche où les femmes et les enfants étaient nombreux allait se transformer en une véritable boucherie. Les policiers de Papon, surexcités, organisèrent alors une chasse au faciès qui se solda par plusieurs centaines de morts dont la plupart furent noyés comme des rats dans la Seine. Parmi eux il y avait sans aucun doute de nombreux anciens combattants qui n'avaient pas eu la chance "de mourir pour que la France retrouve sa liberté" mais à défaut de mourir pour la France ils étaient morts " grâce" à la France...
Retour