Organisation judiciaire : le volet réglementaire achevé    Soutien de la CNSS : plus de 3 millions de salariés bénéficiaires à fin mars    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    Guinée : Managem en passe de démarrer la production d'or    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    Qualité du pain et de la farine: la COMADER brise le silence    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    Les dividendes des sociétés cotées devraient atteindre un taux de distribution historique de 96%    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    8 personnes interpellées à Laâyoune : Mise en échec d'une tentative de trafic de plus d'une demie-tonne de chira    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Le festival international du rire de Casablanca aura lieu en distanciel du 15 au 18 avril    Maroc : La Fondation TGCC pour l'Art et la Culture lance un nouveau concours destinée aux jeunes artistes    Un artisan innove un instrument de musique combinant l'Oud et l'Outar    Des pèlerins immunisés contre la Covid-19 se rendent à la Mecque au premier jour du ramadan    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La formation des journalistes au Maroc remise en cause
Publié dans MarocHebdo le 03 - 06 - 2014


L'ETERNELLE QUESTION
Plusieurs experts se sont studieusement penchés sur l'éternelle question de l'adéquation formation-emploi à l'occasion d'un colloque euro-maghrébin organisé, les 12 et 13 mars, par l'ISIC, avec le concours de la Fondation Friedrich Naumann, qui fêtait le 30-eme anniversaire de sa contribution à la formation journalistique au Maroc.
Le colloque intitulé ''Formation et formation continue : les nouveaux enjeux'', ont permis véritablement de faire le point sur un certain nombre de questions concernant la formation des journalistes.
Cette rencontre, qui était également une occasion pour les anciens lauréats des différentes promotions de se retrouver avec plaisir et de côtoyer leurs anciens professeurs, s'est articulé autour de trois axes, à savoir ''formation de base dans les centres et écoles de journalisme'', ''formation permanente des journalistes'' et ''formation des journalistes et intégration des mutations technologiques, sociales et professionnelles''.
Des experts et des responsables d'établissements d'information du Maroc et des spécialistes allemands, français et tunisiens de la formation, ont pu débattre de la formation à dispenser au journaliste mais aussi de son rôle et de sa responsabilité à la lumière des mutations qui s'opèrent aux niveaux de la société et du monde des médias.
Défaillances
La grande interrogation a porté sur l'adéquation de la formation dispensée actuellement au Maroc en matière de journalisme et sur ses défaillances. Il s'agit, a estimé Jamaleddine Naji, professeur a l'ISIC, de régler à la base la relation Etat-formation dans ce domaine.
M. Naji a tenu à lever un ''équivoque'' : le journaliste n'est pas un politique et ne peut justifier sa place que par rapport à l'opinion publique, ce qui renvoie au choix démocratique. Sans cette opinion publique, le journaliste restera dans ''l'infra-journalisme'', a-t-il estimé.
Sur le plan de la pédagogie, M. Naji a estimé que le multimédia n'est plus une spécialité mais se trouve à la base de la formation du journaliste et si on ne prend pas en compte ce facteur, on aura formé des gens avec des méthodes vieilles de 20 ans.
La question centrale du colloque porte sur la nécessité de trouver un équilibre entre la formation théorique et la formation académique.
Pour Mme Soizic Bouju, directrice des études à l'Ecole supérieure de journalisme de Lille, le journalisme est un ''savoir-faire à apprendre et à appréhender''.
''Les écoles de formation au journalisme ont à relever un double défi face à la nature du métier auquel elles préparent: mettre l'individu en capacité tout a la fois morale et technique, d'appréhender la réalité de son métier et le préparer directement à répondre aux besoins d'une profession qui appelle chaque jour à plus de rigueur (face à son public) et plus de compétences techniques ou spécialisées sur le plan rédactionnel (face aux difficultés des entreprises)'', dit-elle.
À ce sujet, le directeur de l'ISIC, Mohamed Lamouri a indiqué que pour mieux préparer les lauréats à la vie professionnelle, l'ISIC vient d'introduire dans le programme de la quatrième année l'obligation pour les étudiants de passer, durant toute l'année, deux jours par semaine dans une entreprise médiatique.
Mohamed Brini, directeur du quotidien ''Al ahdat al maghribia'', a été, quant à lui, catégorique. Au Maroc le peu de formation que reçoivent les journalistes s'arrête à l'école. Dans l'entreprise de presse, le journaliste est soumis a la logique des instructions.
Toutefois, si la formation est nécessaire, l'engagement déontologique l'est encore plus, a-t-on estimé. M. Brini s'est interrogé à ce sujet sur la place de la déontologie dans la formation des journalistes.
Mohamed Anis, directeur des relations extérieures à l'agence MAP, a souligné que l'Agence a réservé cette année 50 millions de centimes pour la formation en vue de permettre aux journalistes de s'adapter aux nouvelles conditions qu'impose l'évolution technologique. De même, a-t-il dit, l'agence assure des cycles de formation au profit des journalistes d'autres organes de presse.
Il a précisé que les liens de coopération qui unissent l'agence avec d'autres établissements opérant dans le même secteur ont permis aux journalistes de l'agence de profiter de stages et de sessions de formation assurés notamment par le réseau REMFOC, le CAPJC-Tunis et la FANA.
De son côté, Nabil Benabdellah, directeur de la publication ''Al Bayane'', a appelé la presse, notamment partisane, à opérer des mutations au sein de ses structures et à se transformer en une presse professionnelle au lieu de se cantonner dans des informations de positions.
M. Benabdellah a également appelé a la valorisation des ressources humaines dont disposent actuellement les organes de presse.
Déontologie
Pour sa part, Abdelouahab Benchekroun, chef de la division de la coopération et des relations extérieures à la RTM, a précisé que l'évolution des métiers de l'information et du journalisme oblige les entreprises de presse à se doter de stratégies spécifiques en matière de formation et de perfectionnement des journalistes.
À ce sujet, le directeur du Centre africain de perfectionnement des journalistes et communicateurs (CAPJC-Tunis), Ridha Najar, a souligné que le centre joue également un rôle de conseil auprès des entreprises de presse, afin de les aider à identifier leurs besoins et à définir leur politique de formation.
Frantz Thebaud, directeur adjoint du programme français de la Deutsche Welle, Cologne en Allemagne, a souligné les spécificités du recyclage et du perfectionnement des journalistes en Allemagne, tout en insistant sur l'intégration dans la formation des journalistes des impératifs économiques et techniques.
Evolution
Latifa Akherbach, enseignante à l'ISIC, a pour sa part, souligné l'importance de la formation continue. "C'est elle qui donne au journaliste les moyens intellectuels d'accompagner le progrès et de mieux s'adapter à son environnement en évolution. Elle est partout nécessaire, mais surtout dans le domaine de la presse où demain est toujours différente d'aujourd'hui".
"Le journalisme est une université permanente", conclura-t-elle de fort belle manière.
Mohamed Larbi Messari, le ministre de la Communication, qui avait ouvert les travaux, avait souligné que l'employeur et le journaliste sont appelés à mettre, dans le cadre de la convention collective, un statut pour la formation et à répondre, ainsi, au besoin commun d'améliorer la performance du secteur et de gagner le pari de la compétitivité. Le ministre a évoqué la contribution de l'ISIC à "l'injection d'un sang nouveau dans l'information marocaine'' (l'audiovisuel, agence et presse écrite).
La question de la formation ''occupe une place de premier ordre dans la gestation que connaît l'information au Maroc'', a-t-il souligné, rappelant que le ministère de la communication a décidé d'activer son service de formation, ''jusqu'ici poste vacant'', et de s'en servir comme observatoire à travers lequel ce département pourra suivre de près la formation et uvrer de façon à disposer d'une ''politique globale et permanente pour le ministère, la radio, la télévision, le cinéma, l'agence, la presse écrite, la publicité et les droits d'auteurs''.
Retour