Organisation judiciaire : le volet réglementaire achevé    Soutien de la CNSS : plus de 3 millions de salariés bénéficiaires à fin mars    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    Guinée : Managem en passe de démarrer la production d'or    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    Qualité du pain et de la farine: la COMADER brise le silence    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    Les dividendes des sociétés cotées devraient atteindre un taux de distribution historique de 96%    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    8 personnes interpellées à Laâyoune : Mise en échec d'une tentative de trafic de plus d'une demie-tonne de chira    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Le festival international du rire de Casablanca aura lieu en distanciel du 15 au 18 avril    Maroc : La Fondation TGCC pour l'Art et la Culture lance un nouveau concours destinée aux jeunes artistes    Un artisan innove un instrument de musique combinant l'Oud et l'Outar    Des pèlerins immunisés contre la Covid-19 se rendent à la Mecque au premier jour du ramadan    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE POLISARIO PIEGE PAR LE TEMPS
Publié dans MarocHebdo le 03 - 06 - 2014

Kofi Annan confirme le report du référendum au Sahara
Kofi Annan
Le ministre de l'Emploi, Khalid Alioua, a annoncé l'embauche de plus de mille jeunes diplômés chômeurs sahraouis dans la fonction publique. Il a également annoncé la mise en place d'un programme pour l'habitat qui devrait créer environ 10.000 emplois supplémentaires. Le Sahara se développe et s'intègre au nord du pays. Le Polisario continue de remuer l'air vicié dans les camps. Et Kofi Annan lui enlève ses dernières illusions sur un référendum bâclé.
Par Amale SAMIE
Le Polisario est bien parti pour comprendre que l'Accord de Houston n'était pas une si bonne aubaine pour lui. Il ne peut plus pavoiser en rejetant le report du référendum à une date indéterminée sur l'ancien ministre de l'Intérieur marocain. Ni sur aucun autre représentant du Maroc, d'ailleurs, puisque le Maroc avait immédiatement rectifié en disant que seul Kofi Annan était habilité à déterminé une nouvelle date puisque le référendum ne pouvait objectivement avoir lieu à la date prévue, soit en juillet 2000.
Aux prises avec des crises en cascades, et une véritable hémorragie due aux multiples démissions et défections de hauts cadres, le report du référendum, en conformité avec la légalité internationale peut être fatal au polisario.
On ne peut pas tenir un référendum d'exclusion, un ersatz de consultation amputé pour complaire aux séparatistes. Et encore moins accepter que la sécurité intérieure et la paix civile au Maroc souffrent de l'élimination pure et simple de Sahraouis authentiques qui ne sont pas prêts à céder sur leur identité.
Des Sahraouis dont les plus récalcitrants aux thèses séparatistes sont justement des rescapés des camps. C'est-à-dire des gens parfaitement au fait des tenants et des aboutissants d'une supercherie criminelle. Les ralliés ont laissé des membres de leur famille dans les camps, ils savent quel traitement est réservé aux leurs.
Contestation
La Minurso découvre avec retard que l'identification au coupe-coupe a sabordé la consultation. Mais qu'attendait tout ce beau monde ? Que le Maroc accepte d'être dépouillé les yeux ouverts ? L'Accord de Houston a établi la procédure des recours, et prévu l'identification de 65000 Sahraouis appartenant à des tribus contestées par le Polisario.
Alors Kofi Annan a parlé, ce 8 décembre devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Il a déclaré que le référendum ne pouvait pas se tenir avant l'an 2002 ou même au-delà.
Selon le Secrétaire général, les problèmes posés par le nombre des personnes qui demandent leur identification pour participer au référendum, selon les Accords de Houston, et les positions antagonistes du Maroc et du Front Polisario sur la question de recevabilité des demandes indiquent qu'il ne semble guère possible d'organiser le référendum à la date prévue initialement. Il a même indiqué une date approximative en reportant cette échéance à 2002, ou même après.
Recours
Dans un rapport publié mardi dernier, en application de la résolution 1263 du Conseil de sécurité du 13 septembre 1999 par laquelle ce dernier a prorogé le mandat de la Minurso jusqu'au 14 décembre, le secrétaire général de l'ONU a recommandé une prorogation du mandat de la mission de la Minurso pour deux mois et demi, soit jusqu'au 29 février 2000 afin de mener à bien le processus d'identification, la publication de la deuxième liste provisoire des personnes admises à voter et d'engager la procédure de recours pour les requérants appartenant aux groupements tribaux H 41, H 61 et J 51/52
Kofi Annan a apporté des précisions supplémentaires au sujet du volet de l'identification et des recours, indiquant que les opérations d'identification des requérants appartenant aux groupements tribaux contestés par le Polisario ont commencé le 15 juin 1999 et doivent être achevées le 31 décembre 1999. Depuis le début de ces opérations, la commission d'identification a identifié 42.774 requérants appartenant aux trois groupements tribaux susmentionnés, dont 8371 résident dans le territoire, 667 dans la région de Tindouf, 33.002 au Maroc et 734 en Mauritanie.
Au 30 novembre dernier, ces opérations portent donc le total des personnes identifiées depuis 1994 à 190.023. Soit près de 3 fois le nombre des Sahraouis recensés par les Espagnols en 1974.
Le rapport de Kofi Annan signale le respect par le Maroc de la légalité et les bonnes dispositions des autorités marocaines qui ont réaffirmé leur appui aux efforts déployés par l'ONU dans le cadre du plan de règlement qui réaffirme les droits des requérants à l'identification.
Les Sahraouis qui ont pu craindre une mise à l'écart du référendum consécutif à une quelconque incohérence ou manque de fermeté de leur pays pourront désormais se féliciter. Pour le Maroc, l'affaire est entendue, tout électeur potentiel a le droit de déposer un recours et les critères de recevabilité peuvent être remplis par la citation de témoins aptes à fournir de nouvelles informations à l'appui de l'inscription des requérants sur la liste des personnes admises à voter.
Otages
Le rapport, qui décrit les faits nouveaux intervenus au cours des 45 derniers jours, fait par ailleurs état des consultations menées par le représentant spécial du secrétaire général avec les parties en vue de la continuation de la procédure de recours et de l'identification simultanée des requérants appartenant aux groupements tribaux contestés qui n'ont pas encore été identifiés, soit près de 7000 personnes ainsi que les préparatifs nécessaires pour le rapatriement des "réfugiés", des otages, en fait, et des autres Sahraouis résidant en dehors du territoire qui remplissent les conditions pour participer au vote en compagnie de leur famille immédiate, comme le stipule expressément l'Accord de Houston. Soit le respect des critères 3, 4 et 5 qui déterminent le statut de votant
Il faut aussi croire que le dossier du Sahara est particulièrement stressant, depuis l'Accord de Houston, un deuxième haut fonctionnaire de l'ONU a été usé. Car après la démission de Charles Dunbar, le rapport signale la demande du représentant spécial adjoint, Robin Kinloch qui veut être libéré de ses fonctions dès le 31 décembre puisqu'il ne postulera pas à second mandat.
Kofi Annan ne désarme pas pour autant, il a même chargé son représentant spécial de poursuivre ses consultations avec les parties pour concilier leurs vues. Bien qu'à la vérité, le secrétaire général est le premier à convenir que les positions du Polisario sont inconciliables avec la légalité et que le Polisario n'est pas en mesure de relever ce simple défi : ouvrir les camps pour voir qui acceptera d'y rester parqué contre sa volonté.
D'autre part, on attend toujours que le HCR dise quelle mesure il compte prendre pour imposer le retour des otages de Tindouf dans leur ville ou leur région d'origine. Alors que le Polisario se répand en mensonges sur de prétendus désirs des populations d'être transportées à l'est des murs de sécurité marocains.
Les Sahraouis qui s'échappent rejoignent le Maroc, les rebelles au " président " Abdelaziz sont désormais à Bir Moghrein, Mijik, Nouadhibou, Zouérate et Bir Gandouz.
Retour