Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Premier League Leicester prend ses aises comme dauphin de Liverpool    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Coupe de la Confédération : Le HUSA et la RSB bien partis pour franchir la phase de poules    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie organisée à l'occasion du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Le Congrès international de l'arganier s'ouvre à Agadir    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    50 jeunes professionnels rejoignent le réseau des « Atlantic Dialogues Emerging Leaders »    La Russie exclue des événements sportifs majeurs    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Coupe du monde 2022 : Le Qatar reporte l'inauguration d'un stade à 2020    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le WAC accroché, le Raja se ressaisit    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Royal Air Maroc : 160.000 passagers transportés en 2019 sur la ligne Casa-Tunis    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    ORMVA Gharb : Une bonne performance opérationnelle à fin novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc dans la ligne de mire des multinationales
Publié dans MarocHebdo le 01 - 11 - 2014

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1091 - du 31 octobre au 06 novembre 2014
Retour
La Banque mondiale et Frontier Strategy Group, un cabinet international basé à Washington, tirent la même conclusion: le climat des affaires au Maroc fait des progrès et l'intérêt des grandes multinationales pour y investir va grandissant.
Le climat des affaires au Maroc s'améliore. Et ce n'est pas un organisme public qui en fait la propagande. Ce sont plutôt la Banque mondiale et Frontier Strategy Group (FSG), un cabinet américain international basé à Washington, qui le confirment. Les rapports de ces deux institutions, est-il besoin de le rappeler, sont largement pris en compte par les investisseurs et bailleurs de fonds étrangers. Ainsi, l'édition 2015 du rapport "Doing Business" du groupe la Banque mondiale, dévoilée le 28 octobre 2014, montre que le Maroc a réalisé des progrès pour améliorer le climat des affaires et a gagné 16 places en passant de la 81e à la 71e place par rapport à l'édition 2014. Sur le continent, l'Ile Maurice est classée 28e, l'Afrique du Sud (43e) et la Tunisie, qui perd 4 positions, se retrouve à la 60e place.
Le rapport passe au crible le cadre réglementaire s'appliquant aux entreprises dans 189 économies, en évaluant notamment dans quelles conditions elles peuvent lancer leur activité, avoir accès à l'électricité, au crédit ou payer leurs impôts. Il en ressort que l'Afrique progresse globalement, même si de nombreux défis persistent dans la région.
À la cinquième position du classement africain, arrive le Ghana (70e) suivi du Maroc (71e). La Zambie au 111e rang et l'Egypte (112e) complètent le top-ten africain.
Ce bond en avant est étayé, fortement, par le résultat de l'indice de confiance des investisseurs (Frontier Market Sentiment Index) du cabinet international d'études stratégiques et de prospective sur les économies émergentes, le Frontier Strategy Group (FSG). L'indice rapporte l'intérêt grandissant et l'intention de 200 grandes multinationales d'investir prochainement dans l'Afrique du nord. Globalement, l'Afrique attire de plus en plus d'attention que toute autre région. Cinq dans le top-10, et 12 dans le top-20 pays attractifs sont africains. Les données montrent une augmentation notable dans l'intérêt de sociétés pour l'Afrique du Nord. Dans l'enquête du troisième trimestre 2014, ces multinationales voient que le Maroc et la Tunisie ont le plus évolué dans les réformes et la dynamique économique.
Popularité croissante
Pour David Wickham, directeur chez HSBC, la popularité croissante du Maroc tient à sa «relative stabilité politique, son environnement juridique favorable à l'investissement étranger, la disponibilité de travailleurs qualifiés avec des salaires beaucoup plus bas que ceux en vigueur dans l'Union européenne et sa proximité de l'Europe». Les multinationales ont également pris note du fait qu'en 2012 le constructeur automobile Renault a investi 1,3 milliard de dollars pour construire, sur 300 hectares, une usine d'assemblage de voitures à Tanger.
Par ailleurs, la relation du Maroc avec l'Afrique est un autre facteur pour attirer davantage d'investisseurs étrangers. Si ces derniers veulent avoir une base solide à partir de laquelle ils peuvent gérer leurs investissements dans le continent, c'est bien au Maroc. Les entreprises étrangères sont clairement à la recherche d'opportunités en Afrique subsaharienne, ce qui explique en partie le regain d'intérêt pour la création de joint-ventures pour la conquête du marché africain.