M6 interdite en Algérie    Lois électorales: Laftit change de méthode    BAM: l'économie marocaine se contracterait de 6,3% en 2020    Le commerce en réseau crée sa fédération    Prix à la consommation: Voici les plus fortes hausses    Covid19: Le tourisme encaisse des pertes par milliards    Fès: Grosse saisie d'alcool de contrebande    Covid19: Durcissement des mesures à Jerada    DIAPO-Casablanca: Gigantesque incendie dans un dépôt à Bernoussi    Driss Lachguar réitère le soutien historique et de principe de l'USFP à la cause palestinienne    Covid-19, le virus dévastateur    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2.227 nouveaux cas, 105.346 au total, mardi 22 septembre à 18 heures    Luis Suarez soupçonné de triche, le parquet ouvre une enquête    Raja: les transferts pour renflouer les caisses du club?    Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)    Tanger: le fqih pédophile passe aux aveux    Meknès: la police tire sur un individu qui semait la panique    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    L'OFPPT lance les travaux de construction de sa 5ème Cité des Métiers et des Compétences    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    Ghita Mouttaqi-Allah, présidente du Rotary Club Casablanca La Sqala : « On veut vulgariser et partager des expériences touchant la maladie d'Alzheimer »    RCAZ: Saïd Chiba démis de ses fonctions    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc dans la ligne de mire des multinationales
Publié dans MarocHebdo le 01 - 11 - 2014

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1091 - du 31 octobre au 06 novembre 2014
Retour
La Banque mondiale et Frontier Strategy Group, un cabinet international basé à Washington, tirent la même conclusion: le climat des affaires au Maroc fait des progrès et l'intérêt des grandes multinationales pour y investir va grandissant.
Le climat des affaires au Maroc s'améliore. Et ce n'est pas un organisme public qui en fait la propagande. Ce sont plutôt la Banque mondiale et Frontier Strategy Group (FSG), un cabinet américain international basé à Washington, qui le confirment. Les rapports de ces deux institutions, est-il besoin de le rappeler, sont largement pris en compte par les investisseurs et bailleurs de fonds étrangers. Ainsi, l'édition 2015 du rapport "Doing Business" du groupe la Banque mondiale, dévoilée le 28 octobre 2014, montre que le Maroc a réalisé des progrès pour améliorer le climat des affaires et a gagné 16 places en passant de la 81e à la 71e place par rapport à l'édition 2014. Sur le continent, l'Ile Maurice est classée 28e, l'Afrique du Sud (43e) et la Tunisie, qui perd 4 positions, se retrouve à la 60e place.
Le rapport passe au crible le cadre réglementaire s'appliquant aux entreprises dans 189 économies, en évaluant notamment dans quelles conditions elles peuvent lancer leur activité, avoir accès à l'électricité, au crédit ou payer leurs impôts. Il en ressort que l'Afrique progresse globalement, même si de nombreux défis persistent dans la région.
À la cinquième position du classement africain, arrive le Ghana (70e) suivi du Maroc (71e). La Zambie au 111e rang et l'Egypte (112e) complètent le top-ten africain.
Ce bond en avant est étayé, fortement, par le résultat de l'indice de confiance des investisseurs (Frontier Market Sentiment Index) du cabinet international d'études stratégiques et de prospective sur les économies émergentes, le Frontier Strategy Group (FSG). L'indice rapporte l'intérêt grandissant et l'intention de 200 grandes multinationales d'investir prochainement dans l'Afrique du nord. Globalement, l'Afrique attire de plus en plus d'attention que toute autre région. Cinq dans le top-10, et 12 dans le top-20 pays attractifs sont africains. Les données montrent une augmentation notable dans l'intérêt de sociétés pour l'Afrique du Nord. Dans l'enquête du troisième trimestre 2014, ces multinationales voient que le Maroc et la Tunisie ont le plus évolué dans les réformes et la dynamique économique.
Popularité croissante
Pour David Wickham, directeur chez HSBC, la popularité croissante du Maroc tient à sa «relative stabilité politique, son environnement juridique favorable à l'investissement étranger, la disponibilité de travailleurs qualifiés avec des salaires beaucoup plus bas que ceux en vigueur dans l'Union européenne et sa proximité de l'Europe». Les multinationales ont également pris note du fait qu'en 2012 le constructeur automobile Renault a investi 1,3 milliard de dollars pour construire, sur 300 hectares, une usine d'assemblage de voitures à Tanger.
Par ailleurs, la relation du Maroc avec l'Afrique est un autre facteur pour attirer davantage d'investisseurs étrangers. Si ces derniers veulent avoir une base solide à partir de laquelle ils peuvent gérer leurs investissements dans le continent, c'est bien au Maroc. Les entreprises étrangères sont clairement à la recherche d'opportunités en Afrique subsaharienne, ce qui explique en partie le regain d'intérêt pour la création de joint-ventures pour la conquête du marché africain.