Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sous la menace de la pauvreté
Publié dans MarocHebdo le 29 - 10 - 2019

Les ménages endettés et sans possibilité de s'en sortir sont les premiers à risquer de tomber dans la pauvreté. La réplique genre “au Maroc personne ne meurt de faim” ne suffit plus.
Parmi les clés d'entrée et de prospection de l'état de santé de l'économie nationale, il y en a une, foncièrement déterminante; l'endettement des ménages. Sans être singulièrement docte en économie ou simplement adepte d'un économisme mis à toutes les sauces politiciennes du moment, ce secteur renseigne sur les moyens et le comportement économique des ménages.
Dès les premiers chiffres dans ce sens, on pense d'emblée au HCP (Haut Commissariat au plan) et ses statistiques à qui on peut tout faire dire, y compris la vérité. Raté; c'est Bank Al Maghreb (BAM) qui a enfourché le sujet dans son dernier rapport annuel, grande chiffrite à l'appui. Il en ressort que l'endettement des ménages a connu, à fin 2018, une hausse de 6,1%, contre 4,4% en 2017.
Coût social
Cette évolution haussière est trop vague. Elle exige, pour être à la fois facile à digérer et à retenir, que les secteurs impliqués soient identifiés et quantifiés. Arrive effectivement en tête l'habitat. Une tendance attendue et visible. Elle concerne toute la gamme d'habitations, du social à l'économique, au luxueux et inaccessible pour le commun des mortels. C'est là où le crédit intervient à plein régime. Malgré les aléas du marché, l'adage «quand le bâtiment va, tout va» est toujours vivace. Il n'a de compétiteur sur la hiérarchie des crédits que la consommation. Son caractère souvent basique et vital renforce sa présence sur la fiche des prêts. Cela va de l'encadrement des prix des produits de première nécessité et de certaines survivances résiduelles de la défunte Caisse de compensation au crédit pour des postes budgétaires dans les domaines de la santé et de l'enseignement en particulier.
Dans tous les cas d'espèce, il ne faut surtout pas que ces dispositions transgressent les lois fondatrices de l'économie de marché et la liberté des prix. Ces principes de base chers au FMI ont forcément un coût social avec un impact direct sur la consommation des ménages. On en arrive à un espace quasiment sacro-saint, celui de la dette publique du Maroc et ses imbrications socio-économiques à géométrie variable. Cette dette représentait 63% du PIB en 2015; elle est de 84% en 2019. Cette évolution vers un endettement toujours plus haut est-elle un signe de bonne santé économique du pays? Voilà une question qui a fait débat dans les milieux de l'économie politique, depuis toujours.
Dette publique
Les prises de position étaient passionnelles. À ce titre, Saâd Eddine El Othmani se veut rassurant. Il estime que le niveau d'endettement du Maroc n'est pas inquiétant. Il n'en veut pour preuve que la France, endettée à 100% de son PIB. À l'évidence, c'est cette évolution que le Chef du gouvernement entend endosser sans en être forcément le concepteur. Il ne cesse de répéter que les prêts contractés par le Maroc ne serviront pas à verser les salaires des fonctionnaires, mais à investir.
À ce niveau, les prêts gouvernementaux et les prêts de consommation des ménages, non seulement se rejoignent, mais sont carrément indissociables. Aucun des deux endettements ne peut fonctionner sans l'autre. Une chose est sûre; les ménages, particulièrement les salariés, ne pourront jamais raser gratis. Ils auront toujours à répondre d'une dette en suspens. Il est vrai que les banques ne prêtent qu'aux riches. Mais des crédits accordés à des ménages à revenu limité, potentiellement insolvables, n'est pas du tout dans l'esprit et la culture des banques.
Les défis à relever
Le circuit immuable de l'argent veut qu'il y ait toujours quelqu'un pour passer à la caisse. Il payera pour lui mais aussi pour les autres sans trop le savoir. L'important, c'est que l'institution créancière récupère son bien. Encore faut-il que les créditeurs ne s'écroulent pas sous le poids de la dette. Une perspective de plus en plus incertaine, vu que l'endettement public est immanquablement accompagné d'inflation et que celle-ci est toujours synonyme des prix qui prennent l'ascenseur. En fait, tout est à la hausse sauf des salaires qui bougent insuffisamment. Lorsque ce décalage perdure, le risque patent est de voir une bonne partie du salariat dans la case peu enviable de la pauvreté.
Dans un rapport de suivi, daté de ce mois d'octobre, la Banque mondiale (BM) s'est penchée sur la situation économique du Maroc et sur les défis à relever, notamment ceux liés à la pauvreté ambiante. Ce sont 9 millions de Marocains «considérés comme pauvres ou menacés de pauvreté», selon les critères et les indicateurs retenus par la BM. Pas moins de 24% de la population sont concernés. Ce chiffre fait sursauter instinctivement comme si la tradition voulait que l'on regarde la pauvreté sans la voir, quitte à en faire un sujet de réflexion, pas plus.
Sous couvert d'une spécificité marocaine à tout vent, notre pauvreté nous est particulière; à tel point que l'on s'y est habitués. Il est plutôt convenu de sortir la même réplique; «Au Maroc, personne ne meurt de faim». Entretemps, tout se passe comme si les rangs de la pauvreté grossissaient à l'insu de nos décideurs. Les ménages endettés, avec trop peu de possibilités à en sortir indemnes, sont les premiers à risquer de tomber dedans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.