Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LES TOILETTES PUBLIQUES À L'HONNEUR
Publié dans MarocHebdo le 21 - 11 - 2019

Il est impensable que des métropoles marocaines, grandes destinations touristiques, ne disposent pas de toilettes publiques.
Je vous vois d'ici ricaner sous cape; ou vous boucher le nez pour dire que le sujet n'est pas digne d'un débat public et qu'en plus ça sent mauvais. À dire vrai, le sujet n'est pas seulement sérieux, il a un rapport de cause à effet avec une brochette de maladies qui auraient pu être évitées. C'est tellement important que l'ONU lui a accordé l'une de ses précieuses journées, en l'occurrence le lundi 18 novembre 2019; désormais réservée aux toilettes publiques et à tout ce qui en découle. Comme vous ne l'avez certainement pas remarqué, pas plus que moi-même, il existe au Maroc une association chargée, entre autres, dans le même cercle d'activité et la même nature d'action, du manque intolérable de toilettes publiques au Maroc. Les touristes ne s'attendaient pas à ce qu'il en soit autrement; ils font le nécessaire avant de quitter l'hôtel.
Quant aux nationaux, ils s'y sont tellement habitués qu'ils s'adressent au café le plus proche pour utiliser des toilettes déjà en piteux état. Le risque d'y attraper une maladie est encore plus grand. Imaginez un seul instant une vérité de toujours; aucune des grandes métropoles; qui plus est, grandes destinations touristiques, ne dispose de toilettes publiques, telles Marrakech et Fès. Les données chiffrées livrées par l'association dédiée à cette tâche sont un peu plus qu'alarmentes. Plus de 38% des habitants ruraux ne disposent pas de toilettes chez eux; pas plus que d'un quelconque équipement à caractère sanitaire. Plus grave encore, ceci est le cas dans 6 mille écoles publiques. Les enfants n'ayant pas les moyens de se défendre par eux-mêmes, répondent à ce manque d'équipement vital en quittant un espace insalubre en guise d'école. C'est ce qu'on appelle, à tour de bras, «la déperdition scolaire». Ceci pour dire que l'autorité publique marocaine ne semble pas s'occuper de cette réalité malheureuse. Pour éviter d'y être confrontée sur le terrain, les gouvernementaux préfèrent passer leur chemin de cadres sédentaires. Un comportement qui coûte cher en terme de développement humain.
Il y a des sujets, aussi graves soient-ils, auxquels le bon peuple répond par un silence assourdissant. Les toilettes publiques inéxistantes, on le déplore par un bref échange d'indignation, puis on s'en va. Il n'empêche que des responsabilités soient vite désignées, à savoir les élus locaux et les services administratifs concernés. À ces derniers, il faut d'abord cesser de leur chuchoter à l'oreille la gravité de cette situation; mais le crier à leur aimable attention. Car ce type de problème est inscrit à la case «h'chouma» de notre grille culturelle. Alors on en parle à voix basse par «pudeur». Une «mise à jour» sans hypocrisie voltairienne. Une évolution nécessaire que l'ONU a prise en compte à partir de trois mots clés; «dignité, sécurité et droits de l'Homme». L'ONU a certes ratissé large, comme d'habitude; mais les principaux paramètres mis à contribution sont saufs. Honneur suprême pour des toilettes publiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.