3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    La DGM célèbre la Journée météorologique arabe 2021    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Les premiers touristes spatiaux prêts à décoller mercredi    Eyal David rejoint la mission israélienne à Rabat en tant que chef adjoint    Sahel : Des opérateurs Wagner au Mali ?    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Botola Pro D1 et D2 "Inwi" (2ème journée): Le programme    Le modèle marocain cité en exemple par un nouveau rapport    Disparitions forcées : le Maroc soumet sa copie préliminaire à l'ONU    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    La vaccination des 12 à 17 : Plus d'un million d'élèves ont reçu la première dose    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    Hicham Lahlou invité au Salone Del Mobile 2021, à Milan    ART: Des projets communs lancés par l'IMA et la FNM    Espagne: négociations sous haute tension entre Madrid et les séparatistes catalans    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Plafonnement des prix des tests PCR : les laboratoires demandent une baisse des coût des réactifs    La Burundaise Niyonsaba bat le record du monde 2000 m en athlétisme    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE POLISARIO NON GRATA À NOUAKCHOTT
Publié dans MarocHebdo le 05 - 12 - 2019

Malgré ses discours, le mouvement séparatiste du Front Polisario est bien en train de perdre ses dernières attaches dans la voisine du Sud.
Le Front Polisario peut se faire du mouron. Le mouvement séparatiste sahraoui est de plus en plus isolé sur le plan international, et ce même dans des pays où il pouvait compter, jusqu'à récemment, de solides appuis. C'est le cas notamment en Mauritanie, dont le président, Mohamed Ould Ghazouani, ne semble pas emballé plus que cela par l'idée de se retrouver avec un Etat fantoche, en l'occurrence la pseudo «République arabe sahraouie démocratique» (RASD), à sa frontière nord.
Ainsi, le concerné n'a cessé, depuis son entrée en fonction le 1er août 2019 en lieu et place de Mohamed Ould Abdel Aziz, de multiplier les signes d'hostilité envers le Polisario, au point que ce dernier ne rate pas une occasion de s'en émouvoir via ses plumitifs qui s'activent dans la presse et sur les réseaux sociaux. Parmi ces signes, le plus éloquent a sans doute été la déclaration du ministre des Affaires étrangères mauritanien, Ismail Ould Cheikh Ahmed, le 7 novembre, pour «une solution juste, durable et acceptable par toutes les parties en conflit», et ce dans les plus brefs délais -il a très exactement déclaré qu'«il est temps de mettre fin au conflit».
Dans les camps de Tindouf, en Algérie, où le Polisario tient son quartier général depuis le déclenchement du différend autour du Sahara marocain en novembre 1975, ses propos ont, ainsi, été considérés comme étant suffisamment inquiétants pour pousser à une offensive, dans la mesure où ils favorisent, à raison, le Maroc et ses thèses. Au cours des dernières semaines, on a, à cet égard, vu ses dirigeants multiplier les déplacements en Mauritanie, à l'instar du pseudo «ministre des Affaires étrangères» de la pseudo «RASD», Mohamed Salem Ould Salek, qui avait eu droit à une audience le 21 novembre de M. Ould Ghazouani au palais présidentiel de la capitale du pays, Nouakchott.
Ces entretiens ont, ainsi, été présentés par les médias polisariens comme un succès, sachant d'autant plus que le pseudo diplomate a pu rencontrer, au cours de sa visite, cinq chefs de partis locaux pour les inviter au prochain congrès du Polisario, mais il ne faut pas s'y tromper: le mouvement séparatiste n'a plus vraiment d'attache en Mauritanie, et ce en dépit des déclarations de M. Ould Salek sur le fait que la pseudo «RASD» et la voisine du Sud soient, selon lui, «habités par un même peuple». De fait, il s'agit d'une rencontre purement formelle, étant donné le rôle de partie prenante de la Mauritanie, en tant que pays voisin, dans le conflit du Sahara marocain. Déjà, M. Abdel Aziz, que l'on ne peut pourtant pas taxer de sympathies marocaines, mais bien au contraire, avait confié à Abdel Bari Atwan, dans une interview accordée début avril au journaliste palestinien, que personne, au sein de la communauté internationale, ne souhaitait qu'un Etat sahraoui voie le jour au Maghreb. Des sources diplomatiques américaines, jointes par le quotidien américain The Wall Street Journal pour un article sur le conflit du Sahara marocain publié le 20 août, confirmaient ces indiscrétions de l'ancien président mauritanien. Le risque sécuritaire qui se pose actuellement au Sahara et au Sahel, du fait de la présence de nombreux groupes terroristes dans le corridor désertique correspondant à ces deux régions, est, ainsi, pour renforcer cette conviction au sein des grandes chancelleries.
D'ailleurs, les autorités algériennes ellesmêmes, quand bien même elles restent le premier soutien du Polisario, viennent d'adresser à la MINURSO, la mission de paix de l'Organisation des Nations unies (ONU) au Sahara marocain, une alerte de sécurité après que ses services de renseignements aient eu vent d'un plan visant à kidnapper ses membres présents à Tindouf. Dans le sillage de cette alerte, un pays comme l'Espagne a demandé à ses ressortissants, ce 2 décembre, d'éviter tout déplacement dans lesdits camps, et pour ceux qui s'y trouvent déjà «de les quitter au plus vite». (Lire notre dossier de couverture, pages 10-17). On imagine mal, dans ces conditions, le Polisario tenir un territoire aussi large -266.000 km2- que le Sahara marocain et la communauté internationale se risquer à vouloir le lui confier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.