Mais que veulent les caporaux généraux algériens ?    Le spectre d'une scission plane sur le parti d'Abderrahim Bouabid    Mort de l'ex-président algérien par intérim Abdelkader Bensalah : les condoléances du roi Mohammed VI    Le président de la FMPS appelle à l'ouverture urgente de salles de sport    Affaire Abdelwahab Belfkih : la thèse du suicide confirmée par une expertise    Eruptions volcaniques aux Canaries : Vrai ou faux risque Tsunamique sur le littoral Atlantique ?    Botola Pro D1 / MAS-FUS (1-1) : Un nul qui ne satisfait aucune partie    La faillite d'Evergrande fait planer l'ombre d'une nouvelle crise financière systémique    Nucléaire : Le Maroc pour des réponses efficaces aux menaces mondiales de la prolifération    Archéologie. Une nouvelle espèce de dinosaure découverte au Maroc    Rentrée culturelle de la FNM : la photographie artistique à l'honneur    Les Forces Royales Air s'entraînent sur des hélicoptères APACHE    Mohamed El Bouhmadi et Lamia Tazi élus à tête de la FMIIP    Covid-18 au Maroc : 1 620 nouveaux cas et 26 morts    Semaine de la Francophonie Scientifique: le Maroc participe à la 1ère édition    Guerre mondiale économique. Les Etats adoptent de nouvelles postures [Par Mehdi Hijaouy]    Sécurité alimentaire: défi majeur pour les dirigeants des entreprises agroalimentaires    Abdelouafi Laftit appelle au contrôle du compte administratif des collectivités territoriales avant la passation des pouvoirs    Quelque 800 migrants morts en route pour les Canaries en huit mois    World Benchmarking Alliance. Le Groupe OCP classé 4ème mondial    Le Maroc et l'Espagne évitent une tentative d'entrée de 400 immigrés    Promotion du sport : la MDJS innove    Festival : Ciné-Université fait son grand retour !    Sinopharm : Quatre millions de doses reçues ce vendredi    Soutenir les pme pour créer plus d'emplois    Le département d'etat Américain reçoit à Washington une délégation Marocaine de haut niveau    Sara Daif, vice-championne de l'arab reading challenge 2020    La Banque soutient la 2ème édition de l'appel à projets dédié à la création et la production du spectacle vivant    Mondiaux de cyclisme sur route: L'édition 2025 au Rwanda    Usage légal du cannabis : l'Agence nationale sur les rails    Botola Pro D1 : Ce vendredi, MAS-FUS mais surtout RCA-JSS en ouverture de la troisième journée    Une première africaine et arabe : Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de futsal    Raja de Casablanca-Jeunesse sportive Salmi, attraction de la 3ème journée    L'OMS recommande officiellement un troisième traitement contre le Covid-19    Agadir. Aziz Akhannouch élu président du conseil communal    Auto Hall. Un résultat net consolidé en forte hausse au premier semestre    Tramway Rabat-Salé: partenariat pour la mise en œuvre de solutions de performance énergétique    Rabat. Asmae Rhlalou élue à la tête du Conseil de la ville    Algérie: Quatre ans de prison pour atteinte au moral de l'armée !    Internet fixe : Orange, le plus "speed" au Maroc !    Projet d'attentat d'un groupe néonazi en France : cinq personnes en garde à vue    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Maroc à la manoeuvre
Publié dans MarocHebdo le 04 - 09 - 2020

Le Royaume a été le premier pays à prendre contact, dès le 20 août 2020, avec les putschistes maliens. Le Mali constitue, pour ainsi dire, une question d'intérêt sécuritaire majeur.
C'est Assimi Goïta lui-même, le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a renversé le 18 août 2020 le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui a vendu la mèche: le Maroc a, dès le 20 août, été le premier pays à entrer en contact avec lui. Le jeune colonel de 37 ans en a fait la révélation lors de l'audience qu'il a accordée le 25 août au camp militaire de Kati, à 15km de la capitale malienne Bamako, à l'ambassadeur du Royaume au Mali, Hassan Naciri. Il a, à ce propos, qualifié la “contribution” de Rabat “aux efforts consentis en vue d'aboutir au dénouement de la crise” malienne d'“active”, et en a remercié le roi Mohammed VI, lui exprimant sa “profonde gratitude”.
Les observateurs avertis ne sauraient être surpris: il faut rappeler que le Maroc suit de près l'évolution de la situation politique malienne depuis le déclenchement de la guerre en janvier 2012, et le roi Mohammed VI s'était même déplacé en septembre 2013 à Bamako pour l'investiture de M. Keïta en tant que président, prononçant un discours à cette occasion.
Coopération sécuritaire
Un mois avant le putsch du CNSP, le Royaume était ainsi, selon ce qu'avait révélé l'hebdomadaire français Jeune Afrique dans un article publié le 17 juillet, déjà intervenu pour éviter à M. Keïta d'être renversé suite aux violentes manifestations -un mort et vingt blessés- qui avaient émaillé Bamako le 10 juillet à l'instigation de l'ancien président du Haut Conseil islamique malien, Mahmoud Dicko -principal opposant du désormais ex-président malien et nouvel homme fort du pays.
À cet égard, le Maroc a l'avantage d'être en bons termes avec tout le monde: MM. Keïta et Dicko sont depuis belle lurette tous deux en contact permanent avec les autorités marocaines, et même les rebelles touaregs du Nord, qui avaient déclenché la guerre il y a huit ans, avaient été reçus fin janvier 2014 à Marrakech par le roi Mohammed VI en la personne du secrétaire général du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), Bilal Ag Acherif, et son porte-parole, Mossa Ag Attaher.
Il s'agit là, surtout, d'une question d'intérêt sécuritaire majeur, car l'instabilité du Mali menace celle de toute la région du Sahara et du Sahel, dont profitent les groupes jihadistes tels Al-Qaïda et Daech, mais peut aussi permettre au Front Polisario de constituer une nouvelle base arrière susceptible de menacer l'intégrité territoriale du Royaume -les accointances terroristes des séparatistes, sur fond de trafics en tout genre, sont un secret de polichinelle dont ont souvent averti les services marocains.
Le Maroc se trouve d'autant plus obligé de mettre directement la main à la pâte que l'Algérie, voisine du Mali, refuse toute coopération sécuritaire, et avait même tout fait pour exclure le Royaume des accords d'Alger de 2015 entre les belligérants maliens. Lesquels accords ont d'ailleurs constitué un camouflet diplomatique, dans la mesure où ils ont aggravé la crise qui s'est propagée depuis lors au Centre malien, où notamment les jihadistes Macina et le groupe d'autodéfense dogon Dan Na Ambassagou sont en conflit ouvert depuis fin 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.