Maroc-Israël: les ambassadeurs des deux pays à Mexico saluent les progrès réalisés depuis la reprise des relations    Le télescope James Webb atteint sa destination finale au-delà de la Lune    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    CAN2021 / Bousculade mortelle du lundi soir( Cameroun) : La CAF au chevet des blessés    Interview avec Saïd Moutaouakil : « Le Molnupiravir est efficace à 30% face à Omicron »    Covid-19 : Comment prendre soin de soi après le rétablissement ?    Relations extérieures, lois, coopération avec les institutions constitutionnelles : l'essentiel de la réunion de la Chambre basse    Bamako demande au Danemark de retirer «immédiatement» ses forces spéciales    Moulay Yaâcoub : un pas de plus vers la généralisation de l'enseignement préscolaire en milieu rural (reportage)    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Bourse. Mutandis augmente son capital    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    La Cour des comptes européenne appelle l'UE à mettre un coup d'accélérateur au déploiement de la 5G    Démission de la directrice de cabinet du président Kaïs Saïed    USA: 12 millions de personnes ne travaillent plus pour des raisons liées au Covid-19    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Coup d'envoi du V4 Virtual Challenge    CAN-2022 / Cameroun Vs Comores. Des morts, des larmes, de la joie et des accusations (vidéos)    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    USA: 12 millions de personnes ne travaillent plus pour des raisons liées au Covid-19    بوريطة: فتح الحدود يخضع للنقاش حاليا    Oujda : Aptiv démarre la construction d'une nouvelle usine de câblage automobile    La capacité d'accueil des cités universitaires en hausse de 7% pendant l'année en cours    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    Coupure temporaire de la circulation le 26 janvier sur le tronçon Midelt-Errich de la RN 13    Eurafric reçoit le label Top Employer pour la 3ème année consécutive    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    Conseil de gouvernement : l'ordre du jour de la réunion du jeudi 27 janvier    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce mardi 25 janvier    Colombie: un chef dissident des Farc tué lors d'une opération militaire    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Selim Amallah : « On devra être à 100% pour faire la différence »    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Maroc à la manoeuvre
Publié dans MarocHebdo le 04 - 09 - 2020

Le Royaume a été le premier pays à prendre contact, dès le 20 août 2020, avec les putschistes maliens. Le Mali constitue, pour ainsi dire, une question d'intérêt sécuritaire majeur.
C'est Assimi Goïta lui-même, le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a renversé le 18 août 2020 le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui a vendu la mèche: le Maroc a, dès le 20 août, été le premier pays à entrer en contact avec lui. Le jeune colonel de 37 ans en a fait la révélation lors de l'audience qu'il a accordée le 25 août au camp militaire de Kati, à 15km de la capitale malienne Bamako, à l'ambassadeur du Royaume au Mali, Hassan Naciri. Il a, à ce propos, qualifié la “contribution” de Rabat “aux efforts consentis en vue d'aboutir au dénouement de la crise” malienne d'“active”, et en a remercié le roi Mohammed VI, lui exprimant sa “profonde gratitude”.
Les observateurs avertis ne sauraient être surpris: il faut rappeler que le Maroc suit de près l'évolution de la situation politique malienne depuis le déclenchement de la guerre en janvier 2012, et le roi Mohammed VI s'était même déplacé en septembre 2013 à Bamako pour l'investiture de M. Keïta en tant que président, prononçant un discours à cette occasion.
Coopération sécuritaire
Un mois avant le putsch du CNSP, le Royaume était ainsi, selon ce qu'avait révélé l'hebdomadaire français Jeune Afrique dans un article publié le 17 juillet, déjà intervenu pour éviter à M. Keïta d'être renversé suite aux violentes manifestations -un mort et vingt blessés- qui avaient émaillé Bamako le 10 juillet à l'instigation de l'ancien président du Haut Conseil islamique malien, Mahmoud Dicko -principal opposant du désormais ex-président malien et nouvel homme fort du pays.
À cet égard, le Maroc a l'avantage d'être en bons termes avec tout le monde: MM. Keïta et Dicko sont depuis belle lurette tous deux en contact permanent avec les autorités marocaines, et même les rebelles touaregs du Nord, qui avaient déclenché la guerre il y a huit ans, avaient été reçus fin janvier 2014 à Marrakech par le roi Mohammed VI en la personne du secrétaire général du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), Bilal Ag Acherif, et son porte-parole, Mossa Ag Attaher.
Il s'agit là, surtout, d'une question d'intérêt sécuritaire majeur, car l'instabilité du Mali menace celle de toute la région du Sahara et du Sahel, dont profitent les groupes jihadistes tels Al-Qaïda et Daech, mais peut aussi permettre au Front Polisario de constituer une nouvelle base arrière susceptible de menacer l'intégrité territoriale du Royaume -les accointances terroristes des séparatistes, sur fond de trafics en tout genre, sont un secret de polichinelle dont ont souvent averti les services marocains.
Le Maroc se trouve d'autant plus obligé de mettre directement la main à la pâte que l'Algérie, voisine du Mali, refuse toute coopération sécuritaire, et avait même tout fait pour exclure le Royaume des accords d'Alger de 2015 entre les belligérants maliens. Lesquels accords ont d'ailleurs constitué un camouflet diplomatique, dans la mesure où ils ont aggravé la crise qui s'est propagée depuis lors au Centre malien, où notamment les jihadistes Macina et le groupe d'autodéfense dogon Dan Na Ambassagou sont en conflit ouvert depuis fin 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.