Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le déni de la protection internationale
Publié dans MarocHebdo le 16 - 10 - 2020

La politique de l'Algérie et du HCR dans les camps de Tindouf n'est rien d'autre qu'un déni de justice: elle empêche les réfugiés de jouir de leurs droits en tant que réfugiés.
Le groupe parlementaire du Parti de l'Istiqlal au sein de la Chambre des représentants vient de saisir le Parlement européen sur la situation des réfugiés à Tindouf, en territoire algérien et sur le détournement de l'aide alimentaire internationale qui leur est destinée. Il invite instamment cette institution à prendre en main cette question pour y apporter une solution conforme aux instruments internationaux.
Quelle est la situation sur place? Ces camps sont sous le commandement militaire et politique du Polisario et de l'Algérie, pays hôte. La gestion de l'aide alimentaire n'est pas assurée par des acteurs neutres mais par un organisme du mouvement séparatiste, le Croissant Rouge Sahraoui. Les destinataires et les bénéficiaires de cette aide ne sont pas connus, le Polisario refusant toujours de communiquer leur liste. Il n'y a donc ni transparence ni reddition de comptes. Le contrôle des camps est assuré par la milice armée du Polisario. Tout a été mis sur pied pour permettre un contrôle étroit sur les réfugiés.
C'est par ce siège que passent les aides internationales, les ONG et autres associations caritatives, les journalistes. Mais il y a plus. Ainsi des moyens spécifiques sont utilisés pour resserrer le contrôle sur les réfugiés.
Populations menacées
A l'intérieur des camps, l'on trouve des services de sécurité; à l'extérieur des campements, des bases militaires du mouvement séparatiste. Il faut y ajouter la dépendance des réfugiés avec l'octroi de l'assistance humanitaire, générant chez les réfugiés des sentiments mêlés d'abandon, de fatalité et de soumission. L'instauration d'un climat de peur dans les camps vient compléter ce dispositif. Règne ainsi une atmosphère de crainte et de terreur. D'où des purges récurrentes frappant des tribus minoritaires: répression du «réseau» des Tekhna en 1976, de celui des Rguibat El Foula (1977), de la «Chabaka» (1982). Des soulèvements répétés complètent ce tableau répressif…
La communauté internationale doit-elle rester les bras croisés? Les Nations-Unies ne doivent-elles pas assumer leurs responsabilités, celles précisément que le droit international leur impose vis-à-vis des réfugiés? Au premier niveau, il y a la responsabilité du pays d'accueil et du HCR dans la situation de nondroit et le déni de protection dont sont l'objet les réfugiés de Tindouf! L'Algérie est en cause. Elle a signé et ratifié la Convention de Genève de 1951 qui l'oblige à protéger les personnes auxquelles elle accorde le statut de réfugiés.
Au regard du droit international général, l'Etat hôte est en effet responsable de tout ce qui se passe dans les camps de Tindouf, des faits et actes du Polisario, de ses relais sécuritaires et militaires ainsi que de ceux de l'armée algérienne. Le HCR, lui, a une part de responsabilité dans cette situation. La supervision de la protection offerte par les pays hôtes aux réfugiés relève de sa compétence. Les dispositions de l'article 35 de la Convention de 1951 définissent cette obligation.
A un autre niveau, il faut mentionner l'obligation des Nations-Unies de concrétiser l'application du droit international lequel impose à l'Organisation mondiale de mettre fin au caractère non-civil et non humanitaire des camps de Tindouf. Les éléments militaires des séparatistes doivent ainsi être neutralisés, confinés dans un lieu loin de la frontière et séparés des populations civiles.
La politique de l'Algérie et du HCR dans les camps de Tindouf n'est rien d'autre qu'un déni de justice: elle empêche les réfugiés de jouir de leurs droits en tant que réfugiés. La communauté internationale est tenue par son devoir de protéger les populations menacées.
L'équation est simple: ou les Sahraouis des camps de Tindouf sont des réfugiés, et il faut alors les protéger: identification, recensement, démantèlement des camps militaires, (droit d'accès du HCR); ou ils ne sont pas des réfugiés, et il faut alors les libérer en incriminant aussi la responsabilité pénale internationale des responsables qui les ont privés de leur liberté depuis des décennies pour en faire un instrument d'une politique hostile dans la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.