Mondial 2022 : Neymar "ne garantit pas à 100%" qu'il reviendra en sélection du Brésil    Maroc-Palestine: Signature d'un MoU pour créer un Conseil d'Affaires    Pétrole: le WTI, toujours en baisse, frôle les 70 dollars le baril    Mondial: Messi critique l'arbitrage du quart entre l'Argentine et les Pays-Bas    Le Conseil suprême du CCG réitère ses positions fermes en faveur de la marocanité du Sahara    La tournée des émissaires de Mohammed VI en Afrique a fait escale à Dakar    Conseil de la Concurrence : Mille et une lacunes du marché des soins médicaux    Lions de l'Atlas: Hakimi s'entraine à part, Aguerd absent de l'entraînement collectif (VIDEO)    Sky News: Riyad Mahrez va soutenir les Lions de l'Atlas (VIDEO)    Maroc : Le 20e Grand prix national de la presse dévoile les noms des lauréats    GPNP : Hespress couronné pour la sixième fois et la troisième consécutive    Maroc – Portugal : Les Lions de l'Atlas avides de victoire et d'histoire    Cliniques privées: voici ce qu'en pense le Conseil de la Concurrence    À Oslo, le Maroc et la Norvège entament des consultations politiques    Espagne : 28 passagers du Maroc s'échappent d'un avion atterri en urgence à Barcelone    Renault Commerce Maroc et NCRA inaugurent un nouveau showroom à El Kelaâ des Sraghna    Mondial 2022. Les chances des Lions de l'Atlas de vaincre la Seleção das Quinas portugaise    Sahara: le Conseil suprême du CCG réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Le roi adresse un discours au 1er Sommet sino-arabe qui se tient en Arabie Saoudite    Der Spiegel. Libération de l'activiste humanitaire allemand Jörg Lange grâce aux services de renseignement marocains    Mahi Binebine : première exposition individuelle au Maroc (VIDEO)    Vidéo. DS Automobiles lance la 2e édition du Marché des Créateurs du 08 au 11 décembre    Coronavirus: 156 nouvelles contaminations enregistrées ce vendredi    Les Etats-Unis et le Maroc appellent les pays méditerranéens et africains à adhérer à l'Initiative contre la prolifération    Les sanctions imposées sur les pays africains doivent être adaptées et proportionnées afin de garantir leur efficacité    La CNDP lance la plateforme à vocation africaine « Koun3labal »    PLF 2023: IS, IR, auto-entrepreneur… Voici les principaux amendements adoptés    Iran : Abolition de la police des moeurs Hommage à Mahsa Amini    Le ministère de la solidarité compte créer 12 incubateurs sociaux au niveau national    France : Un consulat mobile au profit des MRE dans l'Aveyron    Le photographe de National Geographic au zoo de Rabat    France : Condamné à tort pour viol il y a 23 ans, Farid El Haïry veut sa réhabilitation    AstraZeneca et la Fondation Lalla Salma agissent pour l'accès équitable aux soins contre le cancer au Maroc    Sociétés cotées en bourse : une performance revue à la hausse    L'ONMT, fier du rayonnement suscité par les Lions de l'Atlas    Mondial 2022 / Lu sur Twitter / Vahid Halilhodzic : « Au Maroc, ils ont le meilleur centre technique du monde ! »    Le chef de gouvernement ce lundi devant les députés    «Welidatna Jabouha», la dédicace de Saida Charaf pour le Onze national    La réalisatrice Sofia Alaoui en compétition officielle du festival Sundance    Tétouan des sept portes: Une 10ème édition sous le signe de la préservation des ressources hydriques    Sommet sino-arabe: Akhannouch à Riyad pour représenter le roi    Alerte météo: fortes averses parfois orageuses et rafales de vent du vendredi au dimanche    L'arbitre de Maroc-Portugal nous a déjà porté chance    Gros contrats signés pendant la visite de Xi Jinping en Arabie saoudite    Washington et Moscou échangent des prisonniers, dont la basketteuse Brittney Griner    Talbi Alami représente le Roi à la cérémonie d'investiture du président de Guinée équatoriale    Covid: la 9ème vague de l'épidémie continue de monter en France    Atteinte d'une maladie neurologique, Céline Dion reporte sa prochaine tournée mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le déni de la protection internationale
Publié dans MarocHebdo le 16 - 10 - 2020

La politique de l'Algérie et du HCR dans les camps de Tindouf n'est rien d'autre qu'un déni de justice: elle empêche les réfugiés de jouir de leurs droits en tant que réfugiés.
Le groupe parlementaire du Parti de l'Istiqlal au sein de la Chambre des représentants vient de saisir le Parlement européen sur la situation des réfugiés à Tindouf, en territoire algérien et sur le détournement de l'aide alimentaire internationale qui leur est destinée. Il invite instamment cette institution à prendre en main cette question pour y apporter une solution conforme aux instruments internationaux.
Quelle est la situation sur place? Ces camps sont sous le commandement militaire et politique du Polisario et de l'Algérie, pays hôte. La gestion de l'aide alimentaire n'est pas assurée par des acteurs neutres mais par un organisme du mouvement séparatiste, le Croissant Rouge Sahraoui. Les destinataires et les bénéficiaires de cette aide ne sont pas connus, le Polisario refusant toujours de communiquer leur liste. Il n'y a donc ni transparence ni reddition de comptes. Le contrôle des camps est assuré par la milice armée du Polisario. Tout a été mis sur pied pour permettre un contrôle étroit sur les réfugiés.
C'est par ce siège que passent les aides internationales, les ONG et autres associations caritatives, les journalistes. Mais il y a plus. Ainsi des moyens spécifiques sont utilisés pour resserrer le contrôle sur les réfugiés.
Populations menacées
A l'intérieur des camps, l'on trouve des services de sécurité; à l'extérieur des campements, des bases militaires du mouvement séparatiste. Il faut y ajouter la dépendance des réfugiés avec l'octroi de l'assistance humanitaire, générant chez les réfugiés des sentiments mêlés d'abandon, de fatalité et de soumission. L'instauration d'un climat de peur dans les camps vient compléter ce dispositif. Règne ainsi une atmosphère de crainte et de terreur. D'où des purges récurrentes frappant des tribus minoritaires: répression du «réseau» des Tekhna en 1976, de celui des Rguibat El Foula (1977), de la «Chabaka» (1982). Des soulèvements répétés complètent ce tableau répressif…
La communauté internationale doit-elle rester les bras croisés? Les Nations-Unies ne doivent-elles pas assumer leurs responsabilités, celles précisément que le droit international leur impose vis-à-vis des réfugiés? Au premier niveau, il y a la responsabilité du pays d'accueil et du HCR dans la situation de nondroit et le déni de protection dont sont l'objet les réfugiés de Tindouf! L'Algérie est en cause. Elle a signé et ratifié la Convention de Genève de 1951 qui l'oblige à protéger les personnes auxquelles elle accorde le statut de réfugiés.
Au regard du droit international général, l'Etat hôte est en effet responsable de tout ce qui se passe dans les camps de Tindouf, des faits et actes du Polisario, de ses relais sécuritaires et militaires ainsi que de ceux de l'armée algérienne. Le HCR, lui, a une part de responsabilité dans cette situation. La supervision de la protection offerte par les pays hôtes aux réfugiés relève de sa compétence. Les dispositions de l'article 35 de la Convention de 1951 définissent cette obligation.
A un autre niveau, il faut mentionner l'obligation des Nations-Unies de concrétiser l'application du droit international lequel impose à l'Organisation mondiale de mettre fin au caractère non-civil et non humanitaire des camps de Tindouf. Les éléments militaires des séparatistes doivent ainsi être neutralisés, confinés dans un lieu loin de la frontière et séparés des populations civiles.
La politique de l'Algérie et du HCR dans les camps de Tindouf n'est rien d'autre qu'un déni de justice: elle empêche les réfugiés de jouir de leurs droits en tant que réfugiés. La communauté internationale est tenue par son devoir de protéger les populations menacées.
L'équation est simple: ou les Sahraouis des camps de Tindouf sont des réfugiés, et il faut alors les protéger: identification, recensement, démantèlement des camps militaires, (droit d'accès du HCR); ou ils ne sont pas des réfugiés, et il faut alors les libérer en incriminant aussi la responsabilité pénale internationale des responsables qui les ont privés de leur liberté depuis des décennies pour en faire un instrument d'une politique hostile dans la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.