Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un livre de Mohamed Amine Benabdallah sur le droit administratif
Publié dans MarocHebdo le 30 - 11 - 2020

L'auteur s'est investi depuis plus de trois décennies dans ce domaine avec une thèse de doctorat sur La Police administrative dans le système juridique marocain
La REMALD (Revue marocaine d'administration locale et de développement) vient de publier, dans sa collection Manuels et Travaux Universitaires, le volume 3 d'un nouvel ouvrage de Mohamed Amine Benabdallah: Contribution à la doctrine du droit administratif marocain*. A un premier niveau d'analyse, il est vrai que le domaine du droit administratif s'articule surtout autour de multiples textes, les uns législatifs, les autres réglementaires; pas de quoi laisser beaucoup de marge d'appréciation au juge; mais, de fait, à un autre niveau, cette appréciation doit être tempérée.
Pourquoi? Parce le droit administratif accorde de plus en plus un champ à son caractère jurisprudentiel. Pour l'auteur, il faut prendre en compte non plus seulement «le facteur quantitatif, mais qualitatif et structurel de la matière».
Référence est faite ici à ce paramètre: celui de l'origine des règles. Et de citer à cet égard des notions de principe, partie intégrante du corpus de la jurisprudence, telles l'intérêt général, l'intérêt du service ou l'ordre public. Assurément, l'on a affaire à des principes fondamentaux établis et consacrés non pas par des textes ou des coutumes mais «à partir de règles que le juge a dû dégager lors d'un litige qui lui était soumis et sur lequel la loi ne disait encore rien».
Règles de droit
En droit administratif, a été ainsi capitalisé un socle de multiples apports du juge couvrant, par exemple, plusieurs domaines: les attributions du Chef du gouvernement en matière de police générale, les théories de l'acte administratif, la décision exécutoire, la responsabilité des contrats, la voie de fait, etc. Autant de constructions jurisprudentielles. L'on peut y ajouter, aujourd'hui, les théories du fait du prince, de l'imprévision et de la force majeure; les principes généraux du droit, dont ceux de la défense, de la liberté de commerce et d'industrie, de l'égalité devant les services publics.
Qu'en est-il au Maroc? L'on pourrait penser que la Constitution de 2011, qui est venue consacrer tout un bloc de principes, de droits et de libertés, réduit le champ de la législation et de la réglementation applicables à l'activité de l'administration.
Et que, partant, le droit administratif marocain n'est que relativement et modestement jurisprudentiel. Mais cette approche ne résiste pas vraiment à l'examen. C'est qu'en effet, alors même que la première Constitution du Royaume n'avait pas encore été adoptée en décembre 1962 que l'a a vu la Cour suprême entériner un certain nombre de principes et de règles de droit (principes généraux du droit, non-rétractivité des décisions administratives, autorité de la chose jugée, droits de la défense), autant de décisions prises en six mois, de juillet à décembre 1959.
Pour autant, la juridiction administrative a eu à se prononcer à ce sujet (tribunal administratif de Rabat, 7 février 2007. Laklidi, REMALD n°70, 2006, p.65 et s.). Cette juridiction rappelle qu'elle a un «rôle de création de normes juridiques lorsque le domaine législatif souffre d'une absence de législation»; qu'elle est tenue d'édicter des normes et des critères de nature à garantir ce droit, mais aussi «l'absence de son usage abusif pour la bonne marche du service public de manière continue»; et que le juge administratif a «compétence de créer l'équilibre entre le principe de continuité du service public et le droit d'exercice de la liberté».
Au total, il faut souligner le rôle normatif du juge administratif marocain. Les textes ne manquent pas qui régissent l'action administrative et ses multiples domaines de déploiement et de mise en oeuvre. Mais il y a leur application. Leur interprétation...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.