Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Diplomatie cartographique
Publié dans MarocHebdo le 08 - 12 - 2020

Assurément, voilà bien un terrain où se joue ce qu'il faut bien appeler une «bataille des cartes»; la diplomatie y joue certainement un rôle.
Défendre l'intégrité territoriale, ce n'est pas seulement aux Nations Unies, ni dans d'autres instances internationales. C'est aussi se préoccuper d'un front particulier: celui de la cartographie. Un géographe marocain, Moussa El Malki, (Université Mohammed V) vient précisément de publier un article sur «la diplomatie».
Que propose-t-il? De mettre sur pied une cellule de vigilance dans ce domaine pour «lutter et résister» contre toutes sortes de cartes portant atteinte à la cartographie officielle du Royaume. Certaines sont amputées, d'autre déformées ou encore erronées. Où les trouve-t-on? Un peu partout, il faut bien en convenir: sur des sites officiels des organisations de pays étrangers, sans parler des agences de voyages, des médias étrangers, des chaînes de télévision, des sites Web ou des médias sociaux. Assurément, voilà bien un terrain où se joue ce qu'il faut bien appeler une «bataille des cartes»; la diplomatie y joue certainement un rôle.
L'histoire, ancienne ou contemporaine, en atteste suffisamment, que ce soit pour ce qui de contentieux, voire de confrontations, autour de frontières maritimes ou terrestres. Pour ce qui est du Royaume, il s'agit de consacrer l'intégrité territoriale au regard de l'opinion publique internationale. La marocanité du Sahara se verra ainsi davantage confortée, dans la droite ligne des résolutions du Conseil de sécurité. Qu'un moteur de recherche mondial ait dernièrement corrigé la carte du Royaume en supprimant les pointillés d'une ligne fictive de séparation des provinces méridionales, n'est pas sans intérêt c'est un public de centaines de millions d'internautes sur Google Maps et Google Earth.
Que la question du Sahara marocain ne soit qu'un dossier très marginal pour la communauté internationale est évident. Ce n'est même pas un conflit de basse intensité comme tant d'autres; c'est plutôt une sorte de fixation d'un foyer de tension localisé, par moments –comme une grippe saisonnière…- et qui présente un caractère artificiel qui n'échappe à personne. Et puis, comment ne pas évoquer la lassitude de la communauté internationale, depuis plus de quatre décennies et demie aujourd'hui, avec un cessez-le feu depuis 1991 et une mission de maintien de la paix comme la MINURSO?
La carte authentique du Maroc avec ses provinces sahariennes ne suffit pas. Elle doit être la première illustration d'une politique continue de veille tournée vers l'international. Des documents historiques doivent être produits, des argumentaires à l'appui –de quoi nourrir le bien-fondé et la crédibilité d'une approche scientifique ne pouvant qu'entraîner l'adhésion et, partant, le soutien. De la pédagogie donc. De la communication, aussi. De la sensibilisation, enfin. Seule cette démarche permettra en effet de mettre à nu la propagande de l'Algérie et du mouvement séparatiste mise en oeuvre autour de désinformation et de dénaturation de faits historiques et de données cartographiques triturées pour les desseins d'une mauvaise cause.
Le chercheur ne se borne pas à ces seuls aspects. Il va plus loin en formulant un certain nombre de propositions de nature à décliner une véritable politique de la cartographie. Lesquelles? Une large diffusion de cartes, mises à jour, réalisées en plusieurs langues, alimentant régulièrement tous ceux qui à l'international sont autant de cibles (touristes, milieux économiques, sites officiels, presse,…). L'on peut même prévoir, en plus des sites Web officiels marocains, des cartes sonores marocaines pour une diffusion à grande échelle. Aucune tolérance ne devra être faite à propos de cartes amputées dans le domaine scientifique, académique et culturel à l'étranger. D'où l'intérêt d'une vigilance en amont, lors de la préparation et de l'organisation de rencontres.
La maîtrise de la cartographie est ainsi un élément constitutif d'une nouvelle politique de la recherche géographique. A l'heure de la délimitation des frontières maritimes atlantiques avec l'Espagne, c'est la souveraineté du Maroc qui est davantage consacrée, sans contentieux avec le voisin ibérique. La communauté internationale ne peut qu'en prendre acte: la traduction aussi de titres historiques et juridiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.