Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelles transitions pour l'Algerie?, un livre de Smaïl Goumeziane
Publié dans MarocHebdo le 14 - 12 - 2020

Ancien ministre du Commerce de l'Algérie. Smaïl Goumeziane analyse, en profondeur, le cheminement transitionnel en Algérie et l'avenir du Hirak.
Voilà un livre de l'universitaire algérien Smaïl Goumeziane qui retient l'intérêt. Il aide à éclairer de nouveau la situation dans le pays voisin. Au-delà de l'évènementiel de 2019- 2020, il met en perspective une problématique de fond à l'ordre du jour depuis plus de trois décennies. Son hypothèse? L'exigence démocratique ne date pas du hirak 2019; elle remonte aux évènements d'octobre 1988 à Alger, soldés par un soulèvement populaire et des centaines de victimes. Ce spasme a été interrompu par suite de la décennie noire des années 90 de la lutte anti-terroriste contre les islamistes du FIS et du GIA. Mais il a été une opportunité pour instrumentaliser par le «système» l'aspiration de la population à la paix.
Rentier, entre les mains d'une nomenclature affairiste et de l'établissement militaire des généraux, le régime a pu assurer sa résurrection sous l'égide du président Bouteflika depuis 1999 et jusqu'en 2019. La contestation populaire qui a été globale depuis deux ans marque sans doute le pas par suite de l'impact de la pandémie. Mais l'aspiration la plus profonde n'a pas été altérée: «libérer les Algériennes et les Algériens». Rien de bien nouveau à l'Est, donc.
Le président Abdelmajid Tebboune a été élu voici un an, avec 58% des voix. Il a promis «l'édification d'une nouvelle République, forte et développée» et qu'il sera à l'écoute du peuple pour un changement radical de la gouvernance et le respect des droits de l'Homme. La constitution a été révisée le 1er novembre 2020 avec quelque 23% de suffrages exprimés. Pas de quoi nourrir les ferveurs d'un «véritable changement». puis, le système craque, partout, du côté des hiérarques civils ainsi que de celui des généraux -mises à la retraite, emprisonnement, jugements, règlements de comptes toujours en cours. Suit le décès du patron de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, et la nomination de son successeur, Salah Chengriha, peu consensuel au sein de l'ANP. Enfin, depuis la fin octobre, l'état de santé du président Tebboune, toujours hospitalisé en Allemagne…
Une situation pleine d'incertitudes
Peut-on alors parler de transition d'un système? Personne ne peut sérieusement le soutenir. L'auteur évalue les facteurs et les hypothèques qui ont freiné et blinqué cette évolution éventuelle. Il s'attache aussi à montrer pourquoi une telle impasse. Se sont en effet conjugués «l'autoritarisme, l'embellie pétrolière, le clientélisme et la corruption». Sur quelles bases? Sur fond de compromis, précise l'auteur. Avec quelle piste politique conforter le système rentier? Si le projet radical islamiste s'effondre à partir des années 2.000, la chute des prix pétroliers exacerbe la crise du système et ses fissures politiques.
Pour l'auteur, le «miracle» se produit. Il ne vient pas d'un ultime sursaut du système en place ni du marché mondial des hydrocarbures, mais du réveil du peuple algérien. La mobilisation contestaire de 2019 s'est alors mise en marche. Elle a été pacifique, unitaire aussi; elle a pris en charge un contre-projet global: le changement de tout le système politique, économique et institutionnel. L'étincelle? Le 5ème mandat de Bouteflika qu'il fallait rejeter et récuser. Le hirak s'est alors imposé comme un acteur incontournable de la transition démocratique.
La pandémie actuelle marque sans aucun doute une pause pour le hirak en. L'on ne sait pas si, à terme, une fois le déconfinement opéré, si le mouvement populaire pourra de nouveau être porté par des marches ou d'autres voies et moyens pacifiques. L'Algérie est au ralenti -une situation précaire pleine d'incertitudes majeures dans une séquence de transition mal maîtrisée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.