La Commission de l'UA appelée à jouer un rôle dans le renforcement de l' efficacité du Processus intergouvernemental    La Kafala, objet d' une circulaire du procureur général    Nasser Bourita s'entretient avec Olivér Várhelyi    600 infractions à la réglementation sur les produits alimentaires constatées durant Châabane    L'activité portuaire poursuit sa tendance baissière à fin mars    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    L'Egypte réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Le Kremlin juge " positif" que Biden, comme Poutine, souhaite renforcer le dialogue    La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet    L'efficacité des vaccins chinois remise en question    Qui est Frank Grillo, le nouveau monsieur muscles de Hollywood ?    "Raya " , "Godzilla vs Kong " : les sorties directes sur petit écran se multiplient    Jeux Olympiques de Tokyo / Football : Tirage des groupes le 21 avril    Real Madrid: clap de fin pour Sergio Ramos    Nucléaire : l'Iran a commencé à produire de l'uranium à 60 %    Maroc/Covid-19 : 7 décès et 587 nouvelles contaminations en 24h    Intempéries: Khouribga sous l'eau (PHOTOS)    Coupe de la CAF : Le Raja en Tanzanie sans ses cadres    Il n'y a pas que la Covid-19, Aubameyang hospitalisé à cause de la malaria    Ramadan 2021 : 2M s'accapare 45% de l'audience télévisuelle en prime time    Quant Ali Aarass fournissait des armes à feu au mouvement des moudjahidines du Maroc    Tanger: un centre affilié au ministère des Habous vandalisé    Al Hoceima : un jeune homme rompt son jeûne en public    Barça: l'offre de Laporta à Messi    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    Le roi Mohammed VI écrit à la reine du Danemark    Maroc : Africa Business School lance à nouveau le mastère spécialisé en action publique    Botola Pro : Le WAC tenu en échec par le MCO    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    La BVC débute en hausse    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 13 nouveaux pays    Covid-19 : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec treize nouveaux pays    Généralisation de la protection sociale : Les réactions des agriculteurs (reportage)    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre de l'intérieur présente la nouvelle loi électorale au parlement
Publié dans MarocHebdo le 02 - 03 - 2021

Les législatives de 2021 approchent à grands pas. Les textes de loi devant régir ces échéances sont dans le circuit législatif. Objectif, des élections à la hauteur des attentes des Marocains.
C'est un ensemble de textes de loi devant constituer une sorte de rupture avec le passé, même le plus récent. Surtout que les élections de cette année 2021 se tiendront dans un contexte particulier marqué par la crise sanitaire et les attentes des citoyens de plus en plus pressantes. Une rupture par rapport à certaines pratiques qui sont de nature à donner plus de crédibilité au processus électoral. Rupture qui se traduit par deux nouveautés essentielles: l'action des partis politiques et le respect de leur engagement partisan par les élus.
D'ailleurs, mardi 23 février 2020, devant la commission de l'intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur, a été clair en présentant le nouveau projet de loi organique relative aux partis politiques. Lequel projet pose les fondements législatifs pour l'augmentation du soutien public aux partis politiques. «Ce projet de loi vise à accompagner et à encourager les partis politiques à renouveler leurs méthodes de travail, rehausser leur performance et améliorer la qualité des législations et des politiques publiques…
Les partis seront appelés à affecter une partie de ce soutien aux compétences qu'ils mobilisent pour des missions de réflexion, d'analyse et d'innovation». Le ministre a relevé que «parallèlement à l'augmentation du soutien public accordé aux partis politiques et pour assurer à ces derniers un minimum de présence effective au niveau national, cette subvention est tributaire de l'obligation de couvrir au minimum, d'une part, le tiers du nombre des circonscriptions locales relatives à l'élection des membres de la Chambre des représentants, à condition que ces circonscriptions soient réparties sur au moins les trois quarts des régions du Royaume et, d'autre part, de couvrir au moins la moitié du nombre de circonscriptions régionales pour l'élection des membres de la dite Chambre.»
Autant dire que l'Etat, tout en révisant à la hausse le montant du soutien public, attend des partis politiques une sérieuse implication au côté des citoyens, une implantation plus étendue et une valeur ajoutée en matière législative. C'est à ce niveau-là que le deuxième volet apparaît clairement et de manière on ne peut plus catégorique: «Un parlementaire qui quitte le parti politique avec lequel il s'est porté candidat sera privé de son mandat et ce, afin de garantir l'engagement politique des élus», a martelé M. Laftit. Il a ajouté que la même procédure sera appliquée à tout député ayant quitté son groupe parlementaire, tout en permettant à son parti politique d'entamer une procédure de révocation en présentant une requête, dans ce sens, au président de la Chambre des représentants.
Et, pour mieux contrôler les dépenses des candidats, le projet de loi exige de tout candidat ou tête de liste d'élaborer un compte-rendu de sa campagne, suivant un exemplaire défini selon un texte organique, avant de le déposer dans un délai fixé selon les dispositions en vigueur auprès des autorités compétentes. «En cas de non-respect des mesures citées, le projet de loi prévoit la révocation du député, qui sera aussi inhabilité pour les élections législatives, locales ou celles des chambres professionnelles pour deux mandat successifs. Aussi, les mesures et les poursuites en vigueur seront entreprises concernant les sommes transférées au candidat par son parti politique», lit-on dans le texte de loi en discussion actuellement au Parlement.
Une “neutralité engagée”
Le nouveau mode électoral sera marqué d'abord par la suppression de la liste des jeunes, et le remplacement de la liste nationale de 90 sièges par des listes régionales. «Ce texte prévoit la répartition des 90 sièges consacrés actuellement à la circonscription nationale sur les circonscriptions régionales en fonction de deux critères principaux, à savoir le nombre des habitants et la représentativité de la région, eu égard à sa place dans l'organisation territoriale du Royaume», a détaillé M. Laftit. Avant de préciser que le projet de loi propose un nombre de 3 sièges comme seuil minimal pour chaque circonscription régionale et la répartition des sièges restants (54) en fonction du nombre des habitants, avec un maximum de 12 sièges pour la plus grande circonscription.
Les nouveaux projets de loi présentés devant le parlement ont été, comme l'a rappelé le ministre de l'Intérieur, le fruit de «profondes négociations avec les différentes instances politiques, représentées ou non au sein du parlement, selon une approche participative fondée sur une neutralité engagée et une responsabilité partagée, pour mener à bien l'élaboration de ces projets de textes législatifs». Néanmoins, la question du quotient électoral, qui constitue un point de divergence profonde entre le PJD et l'ensemble des autres partis politiques, demeure en suspens. A espérer que les débats parlementaires permettront ainsi de la trancher une fois pour toutes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.