Exposition "L'Art à travers trois générations", du 2 au 18 octobre à Rabat    Laâyoune : Mouloud Alouat réélu à la tête du Conseil provincial    Bourita: Le scrutin du 8 septembre confirme l'attachement de la population du Sahara marocain à l'unité territoriale du Royaume    Quel avenir politique pour le parti de la rose ?    L'Istiqlal dispose de la communauté partisane la plus dynamique sur internet    Câbles sous-marins : on en sait un peu plus sur le gigantesque projet maroco-britannique    Auto Hall : le futur est électrique !    Fret aérien : des turbulences à prévoir sur le marché    Voitures électriques. Ford va créer quatre nouvelles usines    URGENT : Report du Conseil de BAM au 13 octobre    Coronavirus : La pandémie des liens sociaux brisés    Ouverture: La Bourse de Casablanca frôle l'équilibre    En partenariat avec Enabel : Le CRI de Souss-Massa dotera la région d'un Réseau d'ambassadeurs économiques    Le Maroc réalise des progrès notables, selon l'ONU Femmes    Affaire des sous-marins : dépité, Emmanuel Macron dit que «les Européens doivent sortir de la naïveté» vis-à-vis des Etats-Unis    Décès de S.A.R. la Princesse Lalla Malika, tante de S.M. le Roi Mohammed VI    Nigéria : Au moins une vingtaine de pêcheurs morts dans un raid aérien    Botola Pro D1 / 4ème journée : Ce mardi, des coachs pourraient être largués !    Botola Pro / 3ème journée : Les FAR, l'OCS et le HUSA protestent contre l'arbitrage    La FRMF dévoile la liste des entraîneurs des différentes sélections nationales    L'OCK gagne mais attention au trou d'air    Covid-19 : Pourquoi il faut alléger les mesures restrictives    NMD : L'autonomisation de la femme marocaine vue par le PCNS    Accidents du travail durant la pandémie : Face au vide juridique, les enjeux sont de taille    UM5 : Ouverture de trois filières pour les futurs managers    Coronavirus. Baisse record de l'espérance de vie dans le monde en 2020 [Etude]    La princesse Lalla Malika est décédée, paix à son âme    Le ministre des Affaires étrangères de la Mauritanie en visite au Maroc    Amina Bencheikh: "L'amazigh victime d'exclusion et de manque de courage politique"    Rabat : L'Exposition « Delacroix, souvenirs d'un voyage au Maroc », se tient du 4 au 10 octobre    La 33ème édition en pleine préparation    Omar Essalki du RNI élu président du Conseil d'arrondissement de Guelliz    En France, la mauvaise santé des frégates de la marine algérienne    Maroc, Algérie et Tunisie : la France sera plus rigide dans l'octroi des visas    Prévisions météorologiques pour ce mardi    Lancement de la 19ème édition du Grand prix national de la presse    Le nouveau film « Jbal Moussa » ou le registre spirituel de Driss MRINI    La France durcit l'octroi des visas à l'égard du Maroc, de l'Algérie et la Tunisie    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un livre sur Mohamed ben Larbi Torrès
Publié dans MarocHebdo le 16 - 03 - 2021

C'est en sa qualité de représentant du Sultan que Mohamed Ben Larbi Torrès était chargé d'exécuter les décisions du Sultan, d'appliquer ses directives et de négocier avec les puissances étrangères.
On connaît la famille Torrès beaucoup plus à travers l'action de Abdelkhalek Torrès, nationaliste de la première heure et démocrate convaincu (1910-1970). On connaît un peu moins l'histoire de cette grande famille d'origine andalouse qui s'est installée au Nord du Maroc au début du 17è siècle. Et qui est devenue depuis une famille de Oulémas et d'intellectuels au service des sultans et du Makhzen.
Le livre que vient de sortir la Fondation Abdelkhalek Torrès pour l'éducation, la culture et les sciences, présidée par Dr Kenza, fille de Abdelkhalek Torrès, contribue, à n'en pas douter à faire connaître cette grande famille. Et ce, à travers le parcours extraordinaire de Mohamed Ben Larbi Torrès. En effet, né en 1820 Mohamed Ben Larbi Torrès, mort en septembre 1908 a été surtout ministre des Affaires étrangères vers la fin du 19ème et début du 20ème siècles. Et ce, en sa qualité de représentant des Sultans installé à Tanger. Sa principale mission, c'est qu'il a été parmi la délégation marocaine au congrès d'Algésiras, en tant qu'ambassadeur itinérant du Sultan Moulay Abdelaziz. C'est au cours de ce congrès, tenu en 1906, que le partage du Maroc entre la France et l'Espagne, avec Tanger ville internationale, a été décidé.
Histoire du télégraphe
C'est également à ce titre de représentant du Sultan que Mohamed Ben Larbi Torrès était chargé d'exécuter les décisions de ce dernier, d'appliquer ses directives et de négocier avec les puissances étrangères tout ce qui se rapportait à leur présence au Maroc et plus particulièrement dans la région de Tanger…
L'intérêt du livre réide dans le nombre impressionnant de documents qui y sont publiés: des ordres de mission émanant des Sultans, des directives des chefs du gouvernement (Sadr Al Aâdam, comme on les appelait à l'époque), des échanges avec des ministres marocains ou étrangers, des lettres envoyées par Mohamed Ben Larbi Torrès…
Difficile de parler des détails de tous ces documents, dont le travail harassant d'assemblage et de légende a été fait par Abou Bak Bennouna, un ancien haut fonctionnaire de l'Etat, diplomate et surtout féru d'histoire du Maroc. Mais deux lettres attirent tout de même l'attention, car elles renseignent sur l'importance du personnage et ses prérogatives. Il s'agit de la note envoyée par Hassan Ier, au début des années 1890, à M. Ben Larbi Torrès au sujet de la ligne de télégraphe que les Britanniques voulaient installer unilatéralement à Tanger.
Dans cette note, mission est confiée à M. Torrès de prendre contact avec le représentant de l'Angleterre à Tanger pour lui demander s'il disposait d'une quelconque autorisation relative à l'installation du télégraphe. «Sachant qu'il n'en a pas, vous êtes chargé de le dissuader d'entreprendre les travaux conséquents sauf si son pays se conforme aux conditions que nous avons fixées à son prédécesseur il y a six ans… Notamment le fait que la ligne (cable) ne doit pas excéder le tronçon Tanger-Gibraltar…»
Une autre lettre envoyée par le ministre des Affaires étrangères allemand à M. Ben Larbi Torrès l'informant de la désignantion du représentant de l'Allemagne à Tanger, ville internationale. Dans cette lettre au langage diplomatique fin, le ministre allemand exprime le souhait de son empereur allemand de voir M. Ben Labri Torrès entourer l'ambassadeur de la sollicitude nécessaire lui permettant d'accomplir comme il se doit sa mission et ce, vu l'amitié qui liait les deux pays… Plusieurs autres lettres adressées à M. Ben Larbi Torrès de pays étrangers sont publiées dans ce livre-recueil.
Au-delà de l'éclairage sur la personnalité de Mohamed Ben Larbi Torrès, la masse de documents renseigne aussi sur le fonctionnement de l'Etat au Maroc au 19ème et début du 20èmesiècles. Un Etat qui, sans être moderne, était structuré, avec des relais du pouvoir central au niveau régional et des principales villes et une administration locale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.