Agence de développement social : le syndicat met en garde El Moussali contre le retour des protestations    11ème édition des Bâtisseurs de l'Economie Africaine : Hassan Sentissi El Idrissi primé à Abidjan    Enfin, les retrouvailles!    Réunion entre Benchaâboun et le président du Groupe de la BAD    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Beach-Volley (JO) : Les Lions de l'Atlas dominent les Aigles de Carthage    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Interview avec Emmanuel Dupuy: « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est en stand-by »    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Algérie : La liste des détenus politiques s'allonge    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols du 15 au 21 juin    Les tartarinades du président Tebboune    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Sahara Marocain: Biden continue de doucher les espoirs d'Alger    Services publics : comment la nouvelle Charte sera appliquée    La CGEM élue membre du conseil d'administration de l'OIT    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Mehdia : L'afflux massif sur la plage inquiète !    LE RETOUR À LA NORMALE    Résistance aux antimicrobiens : le Maroc prépare son Plan d'action national    Maroc: Nouvelle condition pour les voyageurs en provenance d'un pays de la liste B    Philanthropie : Aawatif Hayar accueille le Lions Club Unité ENCG Casablanca    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le RNI en pole position
Publié dans MarocHebdo le 01 - 04 - 2021

Ambitionnant ouvertement de prendre les commandes de l'Exécutif à l'issue du prochain scrutin, le parti de Aziz Akhannouch a sans doute bien des motifs d'espérer que cela se réalise.
S'il est un parti qui doit sans doute se frotter les mains du changement du quotient électoral, c'est le Rassemblement national des indépendants (RNI). Car avec l'ancien système, il semblait peu probable que la formation présidée par Aziz Akhannouch arrive à surmonter le déficit de 84 sièges qu'il compte actuellement sur le Parti de la justice et du développement (PJD) à la Chambre des représentants.
Et ce, même en fusionnant avec l'Union constitutionnelle (UC), avec qui il constitue, depuis les législatives du 7 octobre 2016, un seul et même groupe parlementaire -qui, avec 59 sièges, reste quand même encore loin du PJD et ses 124 sièges mais aussi du Parti authenticité et modernité (PAM), 102 sièges à son actif et deuxième force politique du Maroc. Mais la donne a donc changé, et M. Akhannouch, que l'ancien secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, accusait en février 2018 de se voir trop vite Chef du gouvernement -"Quelle voyante [le] lui a dit?", l'avait-il invectivé-, peut aujourd'hui légitimement aspirer à prendre les commandes, à l'issue des prochaines législatives, de la primature.
Il serait bien sûr hasardeux de se risquer à faire des projections et le fait que les sondages d'opinion soient interdits n'aide pas non plus, mais on peut signaler que si c'est l'actuel quotient qui avait cours en 2016, le RNI en serait au minimum au nombre de députés dont il disposait au cours de la précédente législature, soit une bonne cinquantaine d'élus. Tandis que le PJD s'attend d'ores et déjà, lui, à perdre quelque quarante sièges. Mais bien évidemment, l'objectif de M. Akhannouch est de faire désormais bien mieux, et c'est d'ailleurs la mission pour laquelle il avait été rappelé par le RNI pour prendre la relève de Salaheddine Mezouar, démissionnaire suite à la débâcle des législatives -douze sièges perdus, si l'on n'inclut pas les trois sièges récupérés aux partielles.
Le Maroc en otage
Reconduit début janvier 2012 au sein du gouvernement Abdelilah Benkirane à la tête du ministère de l'Agriculture, dont il occupe le maroquin depuis le 15 octobre 2007, celui qui est également homme d'affaires et président de la holding Akwa Group avait alors pris ses distances avec le parti, qui ne figurait pas encore à l'époque dans la majorité -il n'allait la rejoindre qu'à partir d'octobre 2013, après que le Parti de l'Istiqlal (PI) s'en fut retiré. M. Akhannouch annonçait même, fin mai 2016, sa retraite politique, mais il avait décidément toujours à coeur d'apporter sa pierre à l'édifice. Et aussi, et surtout sans doute, de barrer la route à la déferlante islamiste représentée par le PJD.
Car comme le soulignait, dans un texte publié fin septembre 2020, un éditorialiste de la place, "le PJD, à cause de son histoire, de ses positions, réelles ou présumées, reste dans l'inconscient des Marocains un élément de blocage", allant jusqu'à conclure que le parti, "sans peut-être le vouloir, tient en otage l'évolution politique au Maroc". "En 2016, nous avons mis 6 mois pour constituer un gouvernement. Le nouveau ministre de la Justice [Mohamed Ben Abdelkader] a retiré le projet de loi sur le code pénal, déposé par [Mustapha] Ramid. Même quand les urnes parlent, les acteurs politiques ne sont pas prêts à normaliser totalement avec le PJD," rappelait-il.
C'est le PAM qui devait, en principe, faire barrage au parti de la lampe, arrivant même à en devenir l'ennemi honni et, à ses yeux, l'illustration de la soi-disant mainmise de l'administration sur le jeu politique, mais il n'y a pas réussi, le Printemps arabe ne l'aidant pas non plus à accomplir son destin -le PJD avait alors, de façon caricaturale, fait campagne en le taxant de singer le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) du président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali. Et puis, depuis la démission, le 7 août 2017, d'Ilyas Elomari du poste de secrétaire général, le PAM se trouve en proie aux querelles intestines.
Reste donc le RNI, qui contrairement au PAM peut, en plus, se prévaloir d'une expérience gouvernementale: en dehors de l'Agriculture par le truchement donc de M. Akhannouch, le parti dirige actuellement les départements de l'Economie (Mohamed Benchaâboun), de l'Industrie (Moulay Hafid Elalamy), du Tourisme et de l'Artisanat (Nadia Fettah Alaoui) et a, au cours de la dernière décennie, également eu en main les Affaires étrangères, la Justice, la Jeunesse et les Marocains résidant à l'étranger.
Et ce sont, soit dit en passant, les départements qui ont de l'avis général été les plus performants ou dont, en tout cas, les responsables sont les plus plébiscités, si l'on en croit du moins les sondages régulièrement publiés par le cabinet Sunergia. Qui plus est, le RNI peut se prévaloir d'avoir une véritable vision en termes par exemple de santé, d'éducation et d'emploi, qui selon les différentes études de terrain sont en ce moment les trois principales priorités des Marocains -M. Akhannouch avait même fait part, au cours de la troisième université d'été de la jeunesse du RNI tenue fin septembre 2019 dans la ville d'Agadir, de son ambition d'ajouter le ministère de la Santé à l'arc de son parti, avant que le choix ne tombe finalement, au sortir des négociations pour la formation du gouvernement Saâd Eddine El Othmani II, sur Khalid Aït Taleb.
Une véritable vision
Le PJD peut-il vraiment en dire autant? Ce n'est ainsi pas sans raison que ce dernier se sent menacé par le RNI et qu'il attaque à hue et à dia son président, comme ce fut avant le cas avec le PAM. Quand les stations Afriquia avaient fait l'objet, à partir de fin avril 2018, d'une campagne de boycott lancée sur les réseaux sociaux, beaucoup y avaient d'ailleurs vu une action concertée à l'encontre de la personne de M. Akhannouch de la part de la mouvance islamiste dans son ensemble; ce que l'Ecole de guerre économique (EGE) de Paris avait, dans une analyse publiée fin septembre 2019, tenu pour vrai, estimant qu'il s'agissait là d'une véritable "campagne de déstabilisation informationnelle".
Ayant touché près de 35.000 citoyens au cours de sa campagne "100 villes, 100 jours" et ambitionnant toujours de disposer d'un total de 400.000 encartés dans les prochains mois, le RNI a, sans nul, de quoi croire espérer un véritable raz-de-marée électoral cette année 2021...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.