Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    La famille de la Sûreté nationale célèbre le 65è anniversaire de la création de la DGSN    Variant indien : Le gouvernement britannique rassure quant à l'efficacité des vaccins    Dubaï : Ouverture du « Marché du voyage arabe » avec la participation du Maroc    Zidane va quitter le Real Madrid au terme de cette saison (radio)    Le laboratoire national de la police scientifique, un projet structurant inauguré à Casablanca    Evolution du coronavirus au Maroc :127 nouveaux cas, 514 944 au total, dimanche 16 mai 2021 à 16 heures    Le groupe ODM rachète la «Polyclinique Atlas Casablanca»    65 éme anniversaire de la création de la DGSN : Des hommes et des femmes au service de la société .    SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Chelsea défait en finale par Leicester    Un nul bénéfique pour le WAC face au Mouloudia    Le tunisien Fathi Jebal, nouvel homme fort du MAS    Maroc: Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril 2021    Taqa Morocco: Hausse des bénéfices au premier trimestre    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les transferts d'argents des migrants résistent à la crise du COVID-19 (Banque Mondiale)    Les relations maroco-espagnoles traversent la plus grande crise de leur histoire    65 ans d'existence et d'abnégation    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Le Maroc, grand défenseur du droit des Palestiniens à établir un Etat indépendant    L'ambassadeur de Palestine exprime ses remerciements et sa gratitude à S.M Mohammed VI    Sit-in de solidarité avec le peuple palestinien    Installation des jurys du Prix national des études et recherches sur l' action parlementaire....    Le Polisario et l'Algérie pris la main dans le sac    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    Calcio : La Juve toujours en course pour une place en C1    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Coupe de la CAF: le RAJA ramène un nul précieux de Johannesburg    Ahmed Fouad El Filali, Directeur de SINMARCO : Difficulté de recouvrement et trésorerie, les questions cruciales de l'après Covid-19    Casablanca : Inauguration des nouveaux sièges de la BNPJ et du Laboratoire de la Police Scientifique (reportage)    Maroc-Turquie : la nouvelle version de l'accord de libre- échange est entrée en vigueur    Situation en Palestine : Le Maroc participe à la réunion d'urgence des ministres des AE de l'OCI    47ème anniversaire de la disparition du Zaïm Allal El Fassi: Le combat du « Zaïm » pour l'éveil de la conscience    En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique    Algérie : le DG marocain d'Amana Assurance prié de rendre les clés de l'entreprise    Jordanie: Arrivée du deuxième lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens sur Très Hautes Instructions Royales    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Rabat: Le mythique café des Oudayas rouvre ses portes après sa rénovation    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interview de Nissim-Samuel Kakon, auteur du roman "Itinéraire d'un juif franco-marocain"
Publié dans MarocHebdo le 06 - 04 - 2021

Nissim-Samuel Kakon est né à Essaouira le 1er février 1951. Il quitte le Maroc en 1956 puis y retourne afin d'y vivre en 2009, à Agadir. Dans "Itinéraire d'un juif franco-marocain", paru, en mars 2021, aux éditions Auteurs du monde, il nous raconte en 528 pages son récit de différentes expériences autant sociologiques qu'affectives.
Comment est née l'idée de ce roman autobiographique?
En fait, ce n'est pas une idée qui est née concernant ce roman autobiographique, il s'agit d'une idée qui s'est, à soixante ans révolus, imposée à moi de la façon la plus naturelle possible. Il s'agit d'un âge où il devient difficile de se mentir, car le mensonge a besoin de temps pour se déployer, et quand le temps ne vous est plus donné mais compté, sa place devient de plus en plus précaire. La meilleure manière de démasquer le mensonge est peut-être de le formaliser. D'où l'importance de le décrire en l'écrivant.
C'est ainsi qu'il disparaît. Dès lors, l'écriture devient un fossoyeur à mensonge, ce qui répare, ce qui soigne. Elle a, indéniablement, l'indépassable pouvoir de clarifier les choses. Néanmoins nous nous devons de conserver toute son importance au langage, cet authentique fabriquant d'histoires. Mon frère aîné m'en avait judicieusement informé: «Ça n'est pas parce que l'on a menti que l'on doit jeter le langage...»
Dès votre enfance, vous êtes conscient du racisme et des préjugés qui vous entourent. Diriez-vous que votre parcours a été marqué par le déterminisme social?
Mon parcours a définitivement été marqué par le déterminisme social. De plus, faire partie de la caste des intouchables ou celle plus adaptée aux démocraties qui serait les «inapprochables», idiome beaucoup plus lisse et acceptable par la doxa, peut constituer la mort sociétale ou une formidable chance. Pour moi, juif, cela a été une formidable chance.
Car l'exclu, le frustré, doit forcément produire beaucoup plus d'efforts que tous ceux qui sont bien nés et qui finissent par payer d'une manière ou d'une autre la noblesse de leur extraction. J'avoue que rien ne peut contenir plus d'énergie et de force que le déterminisme social lorsqu'il produit des manques et des frustrations qui sont le socle de ladite énergie, du courage, doublé de la détermination.
Deux personnages emblématiques et récurrents traversent avec force votre confession intime; votre mère et le Maroc…
Si l'on peut identifier le Maroc à un personnage, alors oui parfaitement. Mais en fait, ma mère et le Maroc c'est un peu la même chose. Le premier, ma mère, que Dieu ait son âme, que je remercie au passage et tous les jours de m'avoir fait naître au Maroc, est la matrice qui a oeuvré pour ma naissance. Et le Maroc, c'est la terre dans laquelle j'ai été pétri et qui me parle chaque fois que je la foule.
Et, il en sera ainsi jusqu'au jour où je la rejoindrai pour me ré-amalgamer à elle, lui rendre de manière ultime le prêt qu'elle m'a fait d'une partie d'elle-même. Nous ne sommes pas simplement nés sur une terre, mais nous sommes surtout et avant tout faits d'une terre à l'image d'Adam (qui signifie «terresang » au sens littéral «Adama-Dam»). Et le jour où le dialogue entre nous et la terre que l'on foule se rompt, il nous faut vite la quitter et rejoindre notre terre d'extraction pour rétablir d'urgence un dialogue.
Pourquoi avez-vous consacré un Tome 2, en cours d'écriture, à ce récit intime tour à tour drôle et philosophique qui se nourrit de votre identité franco-marocaine et évoque votre retour au Maroc?
Le Tome 2 n'est pas exclusivement consacré au retour au Maroc. On y trouve des résurgences de ce malentendu que j'ai vécu avec la France à qui je dois beaucoup néanmoins, mais que j'ai quittée avant qu'elle ne reprenne tout ce qu'elle m'avait si gentiment donné. Tout cela est confus. Le seul résultat tangible au coeur de toute cette histoire, c'est qu'il m'a fallu un peu plus de cinquante ans pour découvrir, hébété, que j'étais marocain après avoir sciemment voulu l'ignorer. Et, pour finir, j'ai enfin compris le caractère mosaïque dans lequel ce concept s'épanouit et dont je suis une composante à part entière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.