Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aggravation du phénomène du suicide
Publié dans MarocHebdo le 05 - 05 - 2021

Suite à l'instauration du couvre feu nocturne pendant le mois de Ramadan, des milliers de familles se sont retrouvées sans ressources financières. Une catastrophe économique qui a conduit de nombreux Marocains à se suicider.
Le phénomène du suicide ne cesse de s'aggraver dans notre pays. Des médias tangérois rapportent, mardi 27 avril 2021, qu'une personne, qui travaille comme serveur dans un café dans la ville, a mis fin à ses jours. Une fin tragique pour ce marocain qui vivait probablement bien avant que le gouvernement ne décide, contre la volonté des Marocains, d'instaurer le couvre-feu nocturne pendant le mois de Ramadan.
L'histoire dramatique de ce serveur n'est certainement pas la seule puisque de nombreux serveurs de café et autres Marocains qui travaillent dans des métiers nocturnes peuvent eux aussi être tentés par le suicide, tellement la vie leur est très difficile dans un mois où la consommation connaît une forte augmentation. Ce phénomène de suicide est la conséquente d'une santé mentale des Marocains qui s'est énormément dégradée durant la crise sanitaire et qui a naturellement empiré avec les restrictions sanitaires sévères imposées pendant le mois de Ramadan.
Une situation sociale explosive
Selon des études scientifiques marocaines récentes, plus de 48% des Marocains souffrent de problèmes psychiatriques et psychiques qui nécessitent des consultations médicales chez les spécialistes. Or, eu égard à leur faible pouvoir d'achat, les Marocains dans leur écrasante majorité ne peuvent recourir aux spécialistes pour se faire soigner.
Leur recours devient alors au mieux la dépression nerveuse, au pire le suicide. Selon les mêmes études, les proportions de Marocains souffrant de troubles psychiques risquent d'augmenter à une vitesse vertigineuse avec la crise économique qui s'aggrave et le manque d'aides de la part des pouvoirs publics.
Mais où va le Maroc? Pourquoi le gouvernement, au nom d'une lutte contre le virus, s'entête à enfermer les Marocains chez eux sans leur proposer des solutions ni des perspectives d'avenir? Pour les serveurs de cafés, qui sont la catégorie des Marocains la plus touchée par la fermeture pendant le Ramadan, 80% d'entre eux ne sont pas déclarés à la CNSS. Ce qui veut dire que seulement 20% accèdent aux indemnités financières versées par la CNSS.
Dans leur ensemble, les Marocains vivent un drame psychologique après la rupture du jeûne. Non seulement, ils sont privés de sortir pour bouger un peu ou respirer l'air extérieur, mais l'offre programmatique des chaînes de télévision est extrêmement médiocre. Que faire alors? Toute la question est là. Mais une chose est certaine: c'est sur le plan économique que les Marocains souffrent le plus, ce qui augmente la pression sur leurs épaules et ravive les tensions entre les membres de la famille. D'où les nombreux cas de femmes battues ou violentées par leurs maris qui affluent dans les urgences. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la situation sociale est vraiment explosive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.