Maroc – Mali : Les Lionnes de l'Atlas de nouveau victorieuses face aux Aigles    Marhaba 2021: tarifs adaptés et liaison maritime annoncée avec le Portugal    «Mon histoire avec les médicaments»,une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 14]    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : Le WAC atomise le HUSA    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Le Conseil de gouvernement se tient jeudi: ce qui est prévu    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Nouveau modèle de développement : les défis du marché des capitaux    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Société d'aménagement Zenata et Lydec : un partenariat novateur a été scellé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 14 juin    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Espionnage d'élus : Nancy Pelosi veut entendre des procureurs généraux de Trump    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Euro 2020 : Le programme de ce lundi    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Chebbi après la défaite du Raja: « J'ai commis une erreur »    Décevant encore, Vahid peut remercier d    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Voici les bienfaits de cette plante pourtant pointée du doigt    Météo au Maroc: temps assez chaud ce lundi    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons de la brouille entre le Maroc et l'Allemagne
Publié dans MarocHebdo le 10 - 05 - 2021

Nasser Bourita et Angela Merkel, chancelière allemande.
La décision de Nasser Bourita est amplement justifiée puisqu'elle lève le voile sur les véritables raisons de la brouille diplomatique entre le Maroc et la première puissance économique européenne, qui remonte au 1er mars 2021.
La décision est annoncée jeudi 6 mai 2021. Le Royaume du Maroc a décidé le rappel, pour consultations, de son Ambassadeur à Berlin, madame Zhor Alaoui. Une décision amplement justifiée puisqu'elle lève le voile sur les véritables raisons de la brouille diplomatique entre le Maroc et la première puissance économique européenne, qui remonte au 1er mars 2021. «La République Fédérale d'Allemagne a multiplié les actes hostiles et les actions attentatoires à l'égard des intérêts supérieurs du Royaume du Maroc. Ainsi, l'Allemagne s'est démarquée par une attitude négative sur la question du Sahara marocain.
Son activisme antagonique, à la suite de la Proclamation présidentielle américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara, est un acte grave qui demeure jusqu'à présent inexpliqué», souligne un communiqué du département de Nasser Bourita. Ce n'est pas tout. Le ministère des Affaires étrangères dénonce «un acharnement continu à combattre le rôle régional du Maroc, notamment sur le dossier libyen, en tentant d'écarter, indûment, le Royaume de certaines réunions régionales consacrées à ce dossier comme celle tenue à Berlin».
La mémoire collective retient que l'intermédiation positive et fructueuse de la diplomatie marocaine dans le cadre du conflit libyen, depuis l'accord de Skhirat de 2015 jusqu'aux pourparlers de Bouznika de 2021, a été confrontée en Allemagne par la mise à l'écart du Maroc de la conférence de Berlin sur la Libye en janvier 2020 alors que l'Algérie avait été parmi les premiers convives d'Angela Merkel, la chancelière allemande.
Crise libyenne
Rabat n'avait pas tardé à réagir alors: «Le Royaume du Maroc a toujours été à l'avant-garde des efforts internationaux pour la résolution de la crise libyenne», avait souligné un communiqué du ministère des Affaires étrangères, relevant que Rabat «a joué un rôle décisif dans la conclusion des accords de Skhirat, qui sont, à ce jour, le seul cadre politique –appuyé par le Conseil de Sécurité et accepté par tous les protagonistes libyens– en vue de la résolution de la crise dans ce pays maghrébin frère». Puis, en octobre 2020, le ministre Bourita avait décliné une invitation de son homologue allemand, et des Nations-Unies, pour prendre part à la conférence de Berlin 2 sur la crise libyenne, qui fait suite à celle de janvier.
Une autre raison d'ordre sécuritaire, beaucoup plus inquiétante, est venue s'ajouter à cette liste d'écarts diplomatiques de l'Allemagne: «les autorités de ce pays agissent avec complicité à l'égard d'un ex-condamné pour des actes terroristes, notamment en lui divulguant des renseignements sensibles communiqués par les services de sécurité marocains à leurs homologues allemands».
Il s'agit de Mohamed Hajib, un daechien avec des antécédents terroristes et judiciaires. Il fait partie de 500 terroristes dont de célèbres «coupeurs de tête de Daech» vivant en Allemagne sans être inquiétés, c'est ce qu'a révélé l'émission Enquête exclusive de la chaîne de télévision M6, intitulée les «Chasseurs de Daesh: la grande traque», diffusée dimanche soir 7 mars 2021 (voir Maroc Hebdo au quotidien, n°175).
Appel au meurtre
Malgré les renseignements fournis par le Maroc au sujet de Mohamed Hajib et des attentats qu'il prépare, l'Allemagne n'a pas pris en considération ces alertes. Bien au contraire, le pays d'Angela Merkel l'a protégé et lui a accordé la nationalité allemande.
Ceux qui ont suivi l'émission de M6 se sont demandé si l'Allemagne ne couvre pas ce terroriste comme d'autres. Le cas de Mohamed Hajib, ancien détenu marocain pour terrorisme, renseigne sur le laxisme périlleux de l'Allemagne, un pays qui a pourtant souffert le martyre, trente ans durant (1968-1998), de la «bande à Baader» ou de la Fraction Armée rouge, une organisation terroriste allemande d'extrême gauche, qui a semé la terreur en Allemagne de l'Ouest et un peu partout en Europe. Profitant de la «couverture» de l'Allemagne, Mohamed Hajib n'hésite pas à monter ouvertement (via des vidéos sur youtube) ses suiveurs contre le Maroc en les incitant à y commettre des actes terroristes.
Un appel au meurtre qui n' a pas été sanctionné par Youtube. Ce terroriste qui avait fait allégeance à Daech et a été poursuivi et emprisonné au Maroc à cause de ses dérives terroristes, après son arrestation au Pakistan, montre à travers ses «prêches» sa fidélité à l'organisation terroriste et à sa doctrine criminelle. Le silence de l'Allemagne l'encourage à aller encore plus loin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.