Elections communales 2021. Nourredine Kammouch du Parti de l'Istiqlal élu président du Conseil communal de Safi    Conseils des régions. Le RNI, le PAM et l'Istiqlal se partagent la présidence    Le Maroc interpelle le HCR sur la responsabilité du régime Algérien    Futur gouvernement: l'USFP contre la participation du PAM?    Le Maroc, premier fournisseur de l'Union Européenne    Deux Marocains remportent le prix « IEC 1906 Award» 2021    Umnia Bank: point sur l'activité au premier semestre 2021    Hapag-Lloyd : Après son implantation au Maroc, l'armateur mondial ambitionne de devenir un pionnier en Afrique    Selon la CNUCED, l'impact de la crise du Covid-19 est plus ressenti en Afrique que dans le reste du monde    Attaque armée : Rapatriement des dépouilles des camionneurs marocains tués au Mali    Plus de 18 millions de marocains complètement vaccinés    Consécration: Najia El Abbadi élue présidente de la fédération mondiale des sociétés neurochirurgicales    Falsification des documents sanitaires : 300 fraudeurs arrêtés    Décès liés au travail : Le nombre s'élève à près de 2 millions chaque année    Classement THE : 6 universités marocaines dans le top mondial    Exposition : l'art à travers trois générations    Le Maroc compte développer une industrie de drones kamikazes pour Israël    Algérie : une vague d'arrestations arbitraires contre le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie    Mondial de futsal : le Maroc devant un exploit historique    Fatima Zahra Mansouri élue maire de Marrakech    Un détachement des FAR prend part au traditionnel défilé militaire en commémoration de l'indépendance du Mexique    Stations-service : Yoom obtient la certification ISO 9001    Emprunts extérieurs: gare au revers de l'alourdissement de la dette    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 17 septembre 2021    Maroc: Suppression de l'Education islamique: ce qu'il est en vraiment    Lancement du programme ClimOliveMed avec la contribution du Maroc    Quatre responsables de la sûreté nationale suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Elections 2021 : Les efforts engagés n'arrivent toujours pas à féminiser la vie politique du Royaume    Imane Feriani dévoile sa nouvelle série à la galerie Bab El-Kebir    Washington valide un contrat de maintenance d'armement avec l'Arabie saoudite    La chef de la diplomatie néerlandaise annonce sa démission après l'évacuation chaotique d'Afghanistan    Gouvernement: le groupe parlementaire du PAM charge Ouahbi de poursuivre les consultations    Prix de l'année 2021 / La championne Dina Asher-Smith et sa chronique gagnante sur le racisme : « C'est ma première médaille pour l'écriture »    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Mise en échec d'une tentative d'immigration à Mellilia : l'Espagne loue les efforts du Maroc    Attente...    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"
Publié dans MarocHebdo le 17 - 05 - 2021

A travers ses réactions diplomatiques fermes à l'encontre de l'Espagne et de l'Allemagne, le Maroc veut une révision de ses relations avec ces deux pays et, par-delà, avec l'Union européenne. Les explications de Abdelfattah Belamachi, président du Centre marocain de la diplomatie parallèle et du dialogue des civilisations.
Comment qualifiez-vous les réactions de la diplomatie marocaine, voire du Maroc, à l'égard de l'Allemagne et de l'Espagne?
D'abord, les deux communiqués sont de la même veine, si j'ose dire. Deux documents qui mettent les points sur les i en direction de ces deux grandes puissances européennes. Mais, pour ce qui est des raisons, elles sont spécifiques pour chacun des deux pays. Je commence par l'Allemagne. Ce pays a toujours eu des positions pas très nettes au sujet des questions revêtant un intérêt pour le Maroc.
Il y a eu le sommet de Berlin sur la Libye et auquel le Maroc n'a pas été convié alors qu'il était, et est toujours, un acteur clé dans la recherche de solutions à la crise libyenne. Pourquoi l'Allemagne a jugé bon de se passer du Maroc? Il y a la position de l'Allemagne après la reconnaissance par Donald Trump de la marocanité du Sahara. Berlin est allé jusqu'à appeler à une réunion du Conseil de sécurité pour évaluer cette reconnaissance et prendre la décision appropriée.
Peine perdue, mais, on l'a compris, ce pays a choisi son camp, celui des ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc. Sans parler du comportement inadmissible dans les relations bilatérales, à savoir filer des informations sensibles reçues de la part des services de renseignement marocains à un ancien condamné pour actes de terrorisme. Le Maroc ne pouvait que réagir fermement mais graduellement.
C'est-à-dire?
D'abord, le 1er mars 2021, il y a eu l'interdiction de tout contact avec les ONG allemandes agissant au Maroc, suivi de d'autres démarches et enfin le rappel de l'ambassadrice du Maroc en Allemagne pour consultations. C'était le 6 mai 2021. L'objectif étant qu'aussi bien l'opinion publique nationale et internationale que l'administration allemande comprennent la position du Maroc et sachent que ce dernier ne compte plus se laisser faire.
Et quelle approche a été adoptée avec l'Espagne?
Avec l'Espagne, c'est une autre logique, liée beaucoup plus à l'histoire commune entre les deux pays. Jusqu'à aujourd'hui encore, l'Espagne se comporte comme une puissance impérialiste avec le Maroc et principalement avec les habitants des provinces du sud. Dans ces provinces, Madrid agit comme du temps du protectorat. Elle veut avoir son mot à dire même dans les projets de développement que l'Etat marocain lance sur place.
Il y a encore aujourd'hui des résolutions du parlement espagnol concernant le Sahara marocain comme si l'Espagne colonisait encore la région. Les déclarations provocantes des hommes politiques espagnols sur le Sahara ne peuvent laisser indifférents. La crise entre les deux pays couve depuis des mois. La preuve est que la haute commission mixte a été reportée plus d'une fois…Le Maroc a diversifié ses partenaires économiques (la Chine, l'Inde, la Russie, le Brésil...) et joue un rôle important dans le continent africain, notamment. Cela dérange énormément l'Espagne qui craint pour ses intérêts dans la région.
Donc, l'hospitalisation du chef du Polisario dans un hôpital espagnol n'est que la goutte qui a fait déborder le vase?
C'est plutôt un problème en plus que la diplomatie marocaine ne pouvait en aucun cas passer sous silence. Brahim Ghali a usurpé une identité pour se faire admettre dans un hôpital près de Saragosse. Une région agricole bien encadrée sur le plan sécuritaire. L'administration espagnole, ou du moins certaines de ses composantes étaient au courant pour ne pas dire complice de ce mic-mac. Le dernier communiqué du ministère des Affaires étrangères sur le sujet a été clair même si à mon avis le langage était tempéré.
D'après vous, comment peut évoluer la situation avec les deux pays?
Dans les deux cas, le Maroc n'a pas pris de décision, comme la rupture des relations diplomatiques ou l'arrêt de la coopération économique. Il s'agit plutôt d'une prise de position ferme pour une révision conséquente des relations avec ces deux pays et, au-delà, tout l'espace européen. Le Maroc a besoin de réponses claires concernant ses dossiers prioritaires comme le Sahara ou le développement économique du pays. Le Maroc donne à ces deux pays et à l'Union européenne plus qu'il n'en reçoit. Le Maroc estime qu'il joue un rôle stratégique pour toute l'UE que ce soit en matière d'immigration, de lutte contre le terrorisme…
Le comportement de l'UE à son égard doit prendre cet apport du Maroc en considération. Il doit être respecté, bien vu et non pas considéré comme un pays du Sud demandant de l'aide. Les relations internationales c'est un package, un tout. On ne peut pas prendre que ce qui nous arrange et jeter le reste. C'est ce message que le Maroc a fait passer à l'UE à travers cette double crise avec l'Espagne et l'Allemagne. Le Maroc ne cherche pas l'escalade mais à apprendre aux autres comment se comporter dorénavant avec lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.