L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Abderrahmane Benbouzid : euphémisme ministériel face aux victimes du Covid    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 3 août 2021 à 16H00    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Une étude montre l'efficacité des vaccins contre les variants du Covid    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    France: recrudescence des cas de Covid-19 et pression sur le système hospitalier    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Merci Soufiane    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    Chèques : Légère hausse des incidents de paiement en 2020    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    ONU : L'allaitement maternel est essentiel pour éliminer la malnutrition des enfants    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus
Publié dans MarocHebdo le 11 - 06 - 2021

Pour les autorités marocaines, la résolution du Parlement européen est en déphasage total avec le registre exemplaire du Maroc en matière de coopération migratoire avec l'Union européenne.
Au lendemain de la résolution votée par le Parlement européen contre le Maroc, sur les flux migratoires enregistrés récemment aux portes de Sebta, le ministère des affaires étrangères a publié, vendredi 11 juin 2021, un communiqué virulent et convaincant où il affirme que cette résolution ne change absolument rien à la nature politique de la crise bilatérale entre le Maroc et l'Espagne.
Le ministère précise que les tentatives d'«européanisation» de cette crise sont vaines et n'altèrent aucunement sa nature purement bilatérale, ses causes profondes et la responsabilité avérée de l'Espagne dans son déclenchement. «L'instrumentalisation du Parlement européen dans cette crise est contreproductive. Loin de contribuer à la solution, elle s'inscrit dans une logique de surenchère politique à courte vue», relève ainsi le ministère, ajoutant que cette manoeuvre, qui vise à contourner le débat des raisons profondes de la crise, ne trompe personne.
Opportunisme européen
Pour le ministère, la résolution est en déphasage total avec le registre exemplaire du Maroc en matière de coopération migratoire avec l'Union européenne. «Ce sont ceux-là mêmes qui tentent de critiquer le Maroc dans ce domaine qui tirent en réalité profit des résultats concrets et quotidiens de la coopération sur le terrain», a-t-il soutenu. En effet, nul en Europe ne peut mettre en cause la qualité du partenariat entre l'Union européenne et le Maroc dans tous les domaines, y compris migratoire.
Les chiffres sont là pour le confirmer. Depuis 2017, la coopération migratoire entre les deux parties a permis l'avortement de plus de 14.000 tentatives de migration irrégulière, le démantèlement de 5.000 réseaux de trafics, le sauvetage de plus de 80.500 migrants en mer et l'empêchement d'innombrables tentatives d'assaut.
Le Maroc n'a, du reste, pas besoin de caution dans sa gestion de la migration. La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus. Le paternalisme est une impasse. Ce n'est pas la punition ou la récompense qui induit des comportements, mais la conviction d'une responsabilité partagée. Pour le ministère des affaires étrangères, la résolution du Parlement européen est, par ailleurs, contraire à l'esprit du partenariat entre le Royaume du Maroc et l'Union européenne.
En tentant de stigmatiser le Maroc, c'est en réalité le principe même de partenariat qu'elle fragilise. Elle démontre, à l'échelle du voisinage sud de l'UE, que même les constructions les plus anciennes et les plus abouties peuvent faire l'objet d'actions inopportunes et opportunistes au Parlement européen.
Autant le Maroc est satisfait de sa relation avec l'Union européenne, autant il considère que le problème demeure avec l'Espagne, tant que les raisons de son déclenchement n'ont pas été résolues. Le Maroc n'a jamais jugé le partenariat avec l'UE à l'aune d'incidents conjoncturels mais sur la base d'une action fiable qui s'inscrit sur le long terme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.