Covid-19 : le Maroc dément avoir fermé l'accès à quelques villes du pays    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    BTP/Maroc: Les ventes de ciment progressent de 24,4% à fin juin (DEPF)    La Bourse de Casablanca dans le vert du 19 au 23 juillet    Aéroport d'Essaouira: forte chute du trafic aérien à fin juin    Covid-19 au Maroc: la vaccination élargie aux 25-29 ans    DGSN : Attaque à l'arme blanche dans un café, trois multirécidivistes interpellés    VIDEO// Paris - Cap Vert à vélo, l'incroyable challenge climatique de Nordine Fayek    Covid-19: les centres de vaccination ouverts tous les jours jusqu'à 20 heures    Casablanca-Settat : Les entreprises du secteur privé appelées à privilégier le télétravail    L'ICESCO apporte un fort soutien au système éducatif au Maroc    JO-2020 : Le programme de dimanche    JO Tokyo : Le programme des Lions de l'Atlas    JO-2020 (taekwondo/-58 kg) : Médaille d'argent pour le Tunisien Khelil Jendoubi    Une délégation américaine de haut rang en visite au Maroc dans les prochains jours    Pegasus : selon Me Olivier Baratelli, l'objet de la procédure lancée est de faire tomber les masques    La DGM se dote du supercalculateur le plus puissant des centres météorologiques africains    Pluies de mousson en Inde: au moins 76 morts et des dizaines de disparus    Maghreb-Afrique subsaharienne. Les hypothèses injustifiées de certains think tanks allemands [Par Lahcen Haddad]    Compteur Coronavirus : Explosion des contaminations, 5.494 nouveaux cas en 24H !    JO / Foot féminin : Deux joueuses ont marqué 7 buts lors du match Zambie-Chine (4-4)    La 4ème édition du festival du film éducatif pour les enfants des centres d'estivage du 28 au 31 juillet    Le marché monétaire retrouve légèrement son souffle (AGR)    Port d'Essaouira : Les débarquements de la pêche côtière et artisanale en baisse de 55% à fin juin    Décès de l'ancien dirigeant sportif Mohamed Moufid, à l'âge de 80 ans    Hakim Ziyech vers un prêt au Milan AC ?    JO-2020: le programme des épreuves olympiques perturbé par un typhon    368 migrants secourus en Méditerranée par la Marine royale    Un élan de développement tous azimuts, grâce au programme « Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit »    La moyenne des délais de paiement à 40,4 jours à fin juin 2021 (DEPP)    ONU : la réunion de haut niveau de l'Assemblée générale en septembre, en présentiel à New York    Tunisie: prolongation de l'état d'urgence de six mois    France : les députés adoptent le projet de loi controversé visant l'islamisme    Fête du Trône 2021: les festivités et cérémonies reportées    Noyades : L'OMS appelle à l'action pour prévenir une cause majeure des décès    Fête du Trône: Report des festivités    Parlement: Présentation du PLF-2022, mercredi prochain    En Allemagne, 180 morts dans les inondations, selon un nouveau bilan    Maroc/Météo: Temps chaud, ce samedi 24 juillet    Israël rejoint l'Union africaine en tant qu'observateur    Le message du roi Mohammed VI au président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Une première, Rhita, chanteuse marocaine sur le billboard du Times Square    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux
Publié dans MarocHebdo le 23 - 06 - 2021

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump n'est, pour le moins, pas un ami du Maroc, tant s'en faut. Son interview à "El Mundo" lui a donné l'occasion de le rappeler.
John Bolton a, décidément, toujours une dent contre le Maroc. Et l'interview qu'il vient d'accorder à El Mundo et que le quotidien a publiée dans son édition du 20 juin 2021 vient encore le rappeler. Le diplomate américain et éphémère conseiller à la sécurité nationale de son pays sous la présidence de Donald Trump en a en effet profité pour de nouveau déverser tout son fiel à l'encontre du Royaume et en particulier son intégrité territoriale, lui qui, assure-t-il, serait avec le sénateur Jim Inhofe et l'ancien secrétaire d'Etat du président George H. W. Bush, James Baker, une des trois "personnes occupant des postes importants aux Etats- Unis qui sont très préoccupées par le Sahara occidental" -au vrai, les trois personnalités US les plus engagées en faveur de la séparation des provinces sahariennes.
Et d'accuser en substance Rabat d'être derrière le blocage du processus de règlement du conflit afférent, du fait qu'elle refuse l'organisation d'un référendum. "Le nom de la mission militaire de maintien de la paix est la Mission des Nations unies pour un référendum au Sahara occidental. S'il n'y a pas de référendum, il n'y a pas besoin de mission militaire," explique-t-il.
Moment de clairvoyance
Séduisant en apparence, sauf que M. Bolton s'est bien gardé de préciser que s'il était effectivement question au moment du cessez-lefeu, début septembre 1991, d'un référendum d'autodétermination, référendum dont le Maroc avait, au passage, accepté dès fin juin 1981 le principe au XVIIIe sommet de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) à Nairobi, il n'a plus été par la suite question d'une telle consultation en raison du désaccord dû au fait qu'Alger a voulu imposer un corps électoral comprenant uniquement des Sahraouis favorables au séparatisme, en excluant de fait les unionistes, sans oublier les Marocains non-Sahraouis assimilés par la propagande pro-algérienne à des "colons".
Le Conseil de sécurité a d'ailleurs lui-même subtilement, à partir de juin 2001, donné raison au Royaume en se limitant dans ses résolutions sur le Sahara marocain à se référer à la Minurso comme simple mission de paix; chose que M. Bolton n'ignore certainement pas lui qui se trouvait être à l'époque le numéro 2 de M. Baker, qui n'était autre que l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, dans la région.
A vrai dire, cette partie de la carrière de M. Bolton semble lui être restée en travers de la gorge -comme il l'avait à demi-mot reconnu dans la tribune qu'il avait fait publier le 15 décembre 2020 sur le site du mensuel américain "Foreign Policy" pour rejeter la reconnaissance par M. Trump de la souveraineté du Maroc sur son Sahara-, dans la mesure où elle avait vu les autorités marocaines résister au plan Baker favorable justement au référendum, et l'on peut, partant, mettre sa neutralité en question.
Dans un rare moment de clairvoyance, M. Bolton a toutefois allégué qu'un référendum serait "parfait pour que tout le monde se sauve la face", en nommant comme parties prenantes le Maroc… et l'Algérie, et aucunement le mouvement séparatiste du Front Polisario. Au moins reconnaît-il donc que c'est une guerre menée par la voisine de l'Est, ce qui, en soi, est un début...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.