Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Entretien entre l'ambassadeur du Maroc et le nouveau ministre libanais des AE Beyrouth    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie en proie à une crise politique qui tourne aux affrontements
Publié dans MarocHebdo le 26 - 07 - 2021

La crise politique en Tunisie atteint son paroxysme. Le président Kaïs Saïed a pris la tête du pouvoir exécutif et législatif. Il a gelé les travaux du Parlement et démis de ses fonctions le chef du gouvernement. Une décision qualifiée par ses détracteurs de "coup d'Etat".
La Tunisie replonge dans le chaos politique. Des heurts ont éclaté, lundi 26 juillet 2021, devant le Parlement tunisien au lendemain de la suspension de ses activités par le président Kaïs Saïed et du limogeage du Premier ministre, plongeant le pays dans une crise constitutionnelle.
C'est une impasse sans précédent de l'avis de l'essentiel des composantes de la société tunisienne, surprises par la décision du président Kaïs Saïed, dimanche soir 25 juillet 2021, de geler les travaux du Parlement pour 30 jours et de s'octroyer toutes les prérogatives du pouvoir exécutif. «Selon la Constitution, j'ai pris des décisions que nécessite la situation afin de sauver la Tunisie, l'Etat et le peuple tunisien. Nous traversons les moments les plus délicats de l'histoire de la Tunisie», a déclaré M. Saïed sur la page Facebook de la présidence à l'issue d'une réunion d'urgence au Palais de Carthage avec des responsables des forces de sécurité militaires et civiles.
Juste après cette déclaration, des milliers de Tunisiens ont déferlé dans les rues en dépit du couvre-feu en vigueur. Au son des klaxons, ils ont célébré la fin de plusieurs mois de blocage politique. Les manifestations à Tunis et dans d'autres villes visaient notamment le principal parti au pouvoir, Ennahda, qui a échoué à gérer les affaires du pays pendant dix ans et à empêcher la crise économique de s'enliser. Le chef de l'Etat avait menacé ces dernières semaines d'agir pour dénouer la crise politique qui se nourrissait aussi de son désaccord avec le chef du gouvernement Hichem Mechichi.
Blocage politique
Le président tunisien, qui est aussi connu pour mener une guerre au principal parti parlementaire, Ennahdha, a pris tous les pouvoirs en invoquant l'article 80 de la Constitution. Il a tenté d'anticiper les attaques dont il fera l'objet. «Ce n'est ni une suspension de la Constitution ni une sortie de la légitimité constitutionnelle, nous travaillons dans le cadre de la loi», a-t-il expliqué.
Ce à quoi il s'attendait est finalement arrivé. Les partis Ennahdha et Kalb Tounes (de Nabil Karoui) ont qualifié sa décision de «coup d'Etat constitutionnel». C'est «un coup d'Etat contre la révolution et contre la Constitution », a soulevé Ennahda dans un communiqué publié sur sa page Facebook. Lundi matin, le président du parlement Rached Ghannouchi, leader d'Ennahda, ainsi que plusieurs députés, ont été empêchés par des militaires d'accéder à l'enceinte de l'Assemblée. L'ancien président Moncef Marzouki a diffusé une vidéo appelant le peuple tunisien à ne pas suivre aveuglément la voie tracée par Saïed, car «tout ce qui brille n'est pas or».
Kaïs Saïed cherche à évincer les islamistes d'Ennahda qui accaparent le pouvoir, en s'appuyant sur l'institution militaire. Le projet du président Saïed s'apparente à un changement radical du système politique tunisien et notamment de la constitution qui donne plus de prérogatives aux députés de l'Assemblée et au chef du gouvernement mais qui diminue celles du Chef de l'Etat élu au suffrage universel. Mais la crise interne, politique, économique et sociale, risque de faire échouer ses desseins et d'embraser le pays, durement ébranlé par l'épidémie de Covid-19 et les difficultés économiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.