Entretien téléphonique entre Bourita et son homologue mauritanien    Maroc-Israël-USA : Un nouvel « Ordre régional » se dessine    Coupe du monde de futsal : Le Maroc et le Portugal se neutralisent (3-3)    LDC de la CAF : Le Raja face LPRC Oilers du Liberia, le WAC défiera les Ghanéens de Hearts of Oak    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    Mesures restrictives : Azeddine Ibrahimi plaide pour l'allègement    Bourse: Les comptes de Lydec retrouvent des couleurs au premier semestre 2021    Tarik Kadiri de l'Istiqlal prend la tête du conseil communal de Berrechid    Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Naoufal El Heziti élu président    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Angleterre : Liverpool passe devant, Manchester City cale    La Jeunesse sportive Salmi continue sur sa lancée!    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Discours du trône: Décevant régime algérien
Publié dans MarocHebdo le 05 - 08 - 2021

En mai 2020, le régime algérien s'était élevé contre le fait que le consul du Maroc à Oran, Aherdane Boutaher, ait qualifié dans une vidéo -dont la véracité a été contestée par la diplomatie marocaine- l'Algérie de "pays ennemi".
Et à voir les réactions de ses relais médiatiques au dernier discours du trône du 31 juillet 2021, où le roi Mohammed VI a renouvelé son offre déjà formulée en novembre 2018 de "main tendue" à l'endroit des dirigeants algériens, le moins que l'on puisse dire est que M. Boutaher n'avait pas tout-à-fait tort; encore faut-il préciser que le peuple algérien frère n'est aucunement visé, étant lui-même victime dudit régime qu'il conteste depuis février 2019 par le biais du mouvement de protestation du "Hirak".
En effet, la presse de la voisine de l'Est, au lieu de saisir l'occasion au bond pour aplanir ce qu'il y à l'être et prêcher l'unité maghrébine dont elle aime à se gargariser pour excuser son soutien à la séparation du Sahara marocain, a malheureusement jeté la déontologie journalistique aux orties et cédé à la provocation aussi bien envers le Maroc, en attentant encore à son intégrité territoriale, qu'à la personne de son chef de l'Etat, en des termes qui ne sont, au passage, pas sans rappeler le coup de Jarnac cathodique de la chaîne Echourouk News de début février 2021, qui avait donné en un spectacle pas très réussi et teinté au surplus d'antisémitisme une marionnette censée représenter le Souverain.
Une campagne orchestrée par la junte algérienne elle-même et balayant donc d'un revers de main l'initiative royale? Impossible de ne pas se résoudre à le conclure, tant l'argumentaire était, de titre en titre, quasiment le même, en reprenant notamment des éléments de langage déjà formulés au moment de la première proposition du roi Mohammed VI, à savoir qu'il s'agirait d'un "non-événement" et que le Maroc se devrait, s'il espère que ses frontières avec l'Algérie soient rouvertes, cesser ses soi-disant attaques médiatiques hostiles -on voit bien maintenant encore quelle partie s'y donne vraiment à coeur joie- ou, même, ne plus lui faire assumer son rôle de partie prenante dans le conflit saharien -ce que, indéniablement, elle est, elle qui finance, abrite, arme et soutient diplomatiquement le mouvement séparatiste du Front Polisario.
Mais c'était somme toute, à connaître la junte algérienne, dans l'ordre des choses, plus grand-chose n'était vraiment à espérer d'elle. Et le Maroc se devra sans doute, pour sa part, aviser et ne plus naïvement continuer à faire preuve des scrupules qui sont les siens depuis bientôt soixante ans envers un Etat qui est non seulement, de son propre aveu, militaire, mais également belliciste et, à tout le moins, voyou.
Quant au Maghreb, doux rêve porté un jour de printemps 1958 à Tanger par, entre autres, côté marocain Allal El Fassi et, celui de l'Algérie, Ferhat Abbas, pratiquement matérialisé à Marrakech en février 1989 par le truchement de l'Union du Maghreb arabe (UMA), mais rêve également aussi lointain que le sont les positions actuelles de Rabat et d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.