Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte
Publié dans MarocHebdo le 21 - 10 - 2021

Le sommet Afrique-France 2021 a coïncidé avec deux crises entre Paris et des pays africains.
Hasard du calendrier, ou pas, le sommet Afrique- France de cette année 2021 a coïncidé avec deux crises entre Paris et des pays africains: l'une avec le Mali, conséquence logique de l'annonce, le 10 juin 2021, de l'arrêt de l'opération Barkhane, au moyen de laquelle les forces armées françaises contribuent depuis le 1er août 2014 à la stabilisation du Sahel; l'autre avec l'Algérie, suite aux "propos irresponsables" -dixit le ministère des Affaires étrangères algérien- du président Emmanuel Macron, qui, lors d'une rencontre en date du 30 septembre 2021, avait mis en cause le "système politico-militaire qui", selon lui, "s'est construit sur cette rente mémorielle" qu'a été la colonisation de la voisine de l'Est par la France, Alger ayant même rappelé le 3 octobre 2021 son ambassadeur Mohamed-Antar Daoud et fermé son espace aérien aux avions militaires français devant justement participer à Barkhane.
D'aucuns sont allés jusqu'à mettre cela sur le compte d'une soi-disant inexpérience de M. Macron, qui vient par ailleurs d'avoir également maille à partir avec les Etats-Unis et l'Australie après que les premiers aient subtilisé à la France un marché de 56 milliards d'euros que celleci négociait depuis plus de cinq ans avec la deuxième -les ambassadeurs français dans ces deux pays avaient été rappelés à Paris le 17 septembre 2021.
Et il est vrai que le concerné est peut-être arrivé trop haut, trop vite, élu en mai 2017 moins de cinq ans après ses débuts politiques, quoiqu'il puisse s'appuyer, au titre de ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, sur un vieux routier en la personne de Jean-Yves Le Drian, également passé par le département de la Défense sous la présidence de François Hollande. Mais il faudrait aussi y voir, éventuellement, la répétition d'une erreur dont l'avertissait déjà en décembre 2017, lors d'un conférence de presse conjointe, le président ghanéen Nana Akufo- Addo et qu'avait commise en son temps le pourtant président au long cours, François Mitterrand, coupable justement lors d'un autre sommet Afrique-France, tenu celui-là en juin 1990 dans la commune de La Baule, dans l'Ouest de la France, d'un fameux discours conditionnant l'aide au développement française à la "démocratisation" des pays qui voudraient en être les récipiendaires: avec le flair politique qu'on lui connaît, feu le roi Hassan II sera le premier à lui rétorquer que "les pays ne meurent jamais de pauvreté, mais [qu']ils peuvent mourir de honte", balayant d'un revers de main une allocution qui fut, à juste titre, considérée comme condescendante par les chefs d'Etat africains présents. En guise de La Baule, M. Macron a, lui, son discours de Ouagadougou, donné comme son nom l'indique dans la capitale burkinabè et où, quelque six mois après son élection, en novembre 2017, il clamait "qu'il n'y a plus de politique africaine de la France". "Il y a une politique que nous pouvons conduire, il y a des amis, il y a des gens avec qui on est d'accord, d'autres non," dira-t-il.
Mais au fil des années, M. Macron a, en vérité, fini par tomber dans ce même paternalisme mitterrandien dont son ancienne version aurait, du moins publiquement, dénoncé les relents: on a cité plus haut l'Algérie et le Mali; on pourrait en dire autant de nombreux autres pays dont M. Macron se plaît à dénoncer les "tripatouillages constitutionnels", mais cela de façon tellement sélective que l'on finit par deviner que ce sont avant tout les intérêts de la France qui restent en jeu, et que même quand il a raison de s'élever -sur la nature du régime algérien, par exemple- on ne peut que se mettre à soupçonner l'existence d'un agenda caché.
À côté, on se dit qu'au moins le Maroc, avec sa politique délibérée de non-ingérence qui l'amène souvent à frayer avec des chefs d'Etat et de gouvernement pas tout-à-fait fréquentables, a pour lui la cohérence. Au demeurant, et cela l'activiste burkinabè Ragnimwendé Eldaa Koama l'a bien souligné en invectivant, sur l'estrade du sommet Afrique-France, M. Macron, ce n'est pas à ce dernier de "réveiller et réaliser ce [que les peuples africains ont] décidé". Le président français a donné l'impression de l'écouter attentivement; on espère pour lui, et pour l'avenir des relations entre l'Afrique et la France, qu'il ne se contentera plus seulement de le faire en mondovision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.