Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"
Publié dans MarocHebdo le 28 - 10 - 2021

Alors que le ministère de l'enseignement multiplie les initiatives mettant en valeur l'anglais, la question des langues étrangères dans l'enseignement revient de nouveau. Le Maroc entame-t-il sa reconversion vers la langue anglaise? Eléments de réponse avec Ayad Lemhouer, professeur universitaire diplômé de prestigieuses universités américaines et britanniques, et acteur associatif dans l'éducation.
Un Bachelor en économie enseigné en anglais ouvert à la fac de Casablanca, et une émission d'enseignement de l'anglais lancée sur la radio nationale. Le Maroc commence-t-il à se tourner vers l'anglais aux dépens du français?
Pour le Maroc, il ne s'agit pas de se tourner vers l'anglais au lieu du français. L'anglais occupe depuis très longtemps la place de première langue internationale dans le monde. Le Maroc devrait un jour ou l'autre l'adopter, officiellement, non comme première langue étrangère, mais comme langue d'enseignement, aux côtés des langues maternelles des Marocains, à savoir l'arabe marocain, qu'on appelle Darija, et le tamazight pour faciliter les apprentissages et l'acquisition des connaissances.
Quels intérêts à passer à l'anglais comme langue d'enseignement?
Les intérêts sont évidents. Tout le monde les connaît. Malheureusement, nous avons été trop lents à nous en rendre compte, pour ne pas dire que nous avons été empêchés de nous en rendre compte par des politiciens qui prêchent le contraire de ce qu'ils pensent. Il suffit de voir l'essor considérable de certains pays du Moyen-Orient. Il faut être conscient qu'ils doivent leur progrès, non seulement au pétrole, mais aussi à l'anglais, qui est leur principale langue dans l'enseignement, dans la communication et dans les transactions.
Qu'est-ce qui pourrait empêcher ou ralentir un tel passage?
Je répète que je ne considère pas que c'est un passage du français à l'anglais ou de l'arabe classique à l'arabe marocain. Ça, c'est un autre sujet. Dans un pays multilingue et multiculturel comme le Maroc, chaque langue a sa place logique et naturelle, et chaque langue a sa fonction. Malheureusement, les places ont été interverties au cours des temps et au gré des idéologies et des rapports de forces. Il est temps que chaque langue retrouve sa place. Au Maroc, si telle est la volonté de l'Etat, rien ne peut empêcher l'adoption de l'anglais.
Il m'est déjà arrivé, il y a quelques années, d'exprimer quelques réserves sur l'utilisation de l'anglais comme langue d'enseignement. Pour moi, l'obstacle majeur qui pourrait ralentir l'adoption de l'anglais est le fait que nous ne disposons pas de suffisamment d'enseignants de matières scientifiques qui maîtrisent l'anglais. Je sais qu'une expérience a été tentée, il y a quelques années, dans des classes scientifiques pilotes, avec l'anglais comme principale langue d'enseignement. J'ignore ce qu'il en est advenu de ce projet.
Néanmoins, nous, Marocains, avons toujours fait preuve d'improvisation. Rappelons-nous les années 1970 quand l'arabisation a été imposée et que les enseignants, bien que formés académiquement et pédagogiquement en français, étaient obligés de donner leurs cours en arabe classique.
Est-ce qu'un changement pareil pourrait donner lieu à des tensions entre les défenseurs de chacune des langues?
Dans toutes les sociétés dynamiques, les tensions existeront toujours, même pour des futilités. On peut être anti ou pro quelque chose pour diverses raisons, avouées ou dissimulées. Cependant, il est faux de dire qu'on est «totalement» pro ou anti.
Pour ce qui est de l'enseignement, chacun a ses propres raisons pour défendre sa position. Les pro-français, parce qu'ils le maîtrisent vu leur parcours scolaire et professionnel. Les anti-français parce qu'ils trouvent des difficultés à l'utiliser vu la politique d'arabisation des dernières décennies. Les pro-arabe classique parce qu'ils s'inscrivent dans un courant idéologique déterminé et qu'ils continuent à refuser de lui reconnaître ses limites. Les pro-langues maternelles, à savoir le dialecte marocain et le tamazight, parce qu'ils se soucient de leur efficacité dans la transmission du savoir, qui est conditionnée par la facilitation de l'apprentissage aux apprenants.
Il faut donc trouver un compromis...
Ce n'est pas une question de compromis, surtout quand il s'agit de l'avenir du Maroc et des Marocains. Nous avons le devoir et l'obligation de prendre les bonnes décisions, ici et maintenant. Le Temps ne pardonne pas. L'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier uniquement de ce qui est dans l'intérêt du Maroc et des Marocains. Le meilleur arbitre pour ces conflits devrait être la prise de conscience collective des Marocains, et le réveil de toutes et de tous d'une léthargie qui n'a que trop duré.
Le Maroc devrait aller de l'avant en s'inspirant des stratégies des pays qui ont réussi. L'Etat devrait faire de sorte à ce que les nouvelles générations soient hissées en tête du peloton au lieu de leur faire perdre leur temps à apprendre des grammaires et des vocabulaires dans diverses langues au lieu de les pousser à acquérir des connaissances, des savoir-faire, des savoir-être. Les Marocains n'ont pas besoin de multilinguisme improductif.
De même, nous devons cesser de répandre l'idée que les Marocains sont très doués pour l'apprentissage des langues étrangères. Ce n'est qu'un mythe né des souffrances de millions d'enfants qui, au lieu d'apprendre dans leur langue maternelle comment roule une voiture, ont obligés d'apprendre d'abord d'autres langues étrangères, lexiques, syntaxes, sémantiques, littératures, cultures, etc. Ils ne sauront jamais comment on fabrique une voiture.
De toutes les manières, tôt ou tard, les langues maternelles s'imposeront pour l'acquisition des savoirs, et la première langue internationale s'imposera pour s'améliorer, pour communiquer avec les autres, et pour devenir compétitifs.
Qu'en est-il des relations avec l'étranger, notamment les pays occidentaux comme la France et les Etats-Unis?
Même d'un point de vue géographique, l'adoption de l'anglais me semble personnellement un choix logique et naturel. Il suffit de consulter une carte du monde pour voir, si nous voulons bien regarder, que le Maroc est à l'intersection. Notre voisin de l'ouest, de l'autre côté de l'Atlantique, n'est autre que l'Amérique. Et notre voisin du nord, c'est le Royaume-Uni, via sa présence à Gibraltar.
Quoi qu'il en soit, l'anglais est déjà dans notre société, progrès numérique et références scientifiques obligent. Il faut nous rendre à cette évidence et oeuvrer dans ce sens, sinon l'avion qui va décoller nous laissera sur le tarmac.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.